AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-19%
Le deal à ne pas rater :
Ecran Gamer Aoc 24G2U5/BK (Vente flash)
129.99 € 159.99 €
Voir le deal

 

 Au bon plaisir de Nicolas Sarkozy

Aller en bas 
AuteurMessage
wapasha
Langue pendue
wapasha

Nombre de messages : 4560
Localisation : Pays des Abers
Date d'inscription : 30/04/2005

Au bon plaisir de Nicolas Sarkozy Empty
MessageSujet: Au bon plaisir de Nicolas Sarkozy   Au bon plaisir de Nicolas Sarkozy EmptyVen 5 Aoû à 14:53

altermonde.levillage- vendredi 5 août 2005, Jean Dornac
Au bon plaisir de Nicolas Sarkozy

Il ne passe plus de semaine, sans que l’honneur de la France, celui des droits de l’homme, le seul qui vaille, ne soit bafoué, traîné dans la boue pour le bon plaisir et l’obsession de « faire du chiffre » d’un ministre fonctionnant comme un petit marchand à l’esprit étriqué de vieux rabougri.

Citation :
Je ne cesserai de dire ma honte d’appartenir à cette forme abjecte de mon pays. Ce n’est plus mon pays ; ce n’est plus celui en qui j’ai cru, que je trouvais beau en dépit de tous ses défauts et de ses crimes. Là, nous fonçons dans l’inqualifiable, nous subissons un recul d’humanité effroyable.

Comme beaucoup d’autres, les rafles continuelles que subissent nos frères étrangers, me rappellent, sans cesse, comme une atroce mélodie qui revient et revient encore, les rafles contre les juifs. Même si nombre de concitoyens ne pouvaient que rire de ce que je vais écrire, j’affirme que ces rafles sont une douleur puissante à mon cœur, une insulte continuelle à mon intelligence, un crachat sur l’avenir de l’entente entre les peuples. e refuse quant à moi, catégoriquement, l’affrontement des civilisations qu’une poignée de fous, de misanthropes obsédés par l’argent pour s’accaparer le pouvoir et le conserver, nous imposent sans nous demander notre avis.

Et j’affirme, quels que soient les ennuis éventuels que de tels propos pourraient me valoir, que ce pouvoir n’est pas le mien, que je ne me reconnais absolument pas en lui, que je le rejette comme un corps étranger à l’esprit français. Ce Président n’est pas le mien, ce gouvernement n’est pas le mien, ce ministre de l’Intérieur n’est pas le mien. Je les subis comme des dictateurs extérieurs à l’esprit français. Nous avons eu, et combien en France nous en sommes fiers, « le siècle des Lumières » ; nous avons désormais par la faute de ces gens sans âme, « le siècle des Ténèbres ».

A présent, je vous laisse découvrir, pour ceux qui les ignoreraient encore, les informations qui justifient ma prise de position.

2 rafles importantes à Calais

Ce matin d’après les témoins réfugiés qui ont échappé :
vers 9h/10h, derrière LIDL, entre 8 et 15 cars de CRS. Il y a eu aussi rafle au squatt des afghans, parc Richelieu.

Je suis allée à la PAF vers 11h. Beaucoup de policiers dans le parking, la grille d’entrée fermée et surveillée par deux policiers. Des cars à la pelle et 5 fourgons. Côté centre de rétention, une voiture supplémentaire.

Cette après-midi, durant le repas, les CRS sont revenus. Les humanitaires présents n’ont pas voulu avertir des gens. Pour eux c’était normal, une bagarre s’étant déclarée la veille. Ils croyaient que les CRS étaient là pour protéger la distribution du sac d’aliments...

Les CRS ont d’abord arrêté un jeune homme et l’ont menotté, près des lieux du repas. On en a retrouvé derrière LIDL, interpellant les africains. Ils étaient en train de contrôler un français dont le visage n’était pas de la bonne couleur. Je me suis retrouvée au commissariat peu de temps après.

Et j’ai appris ce soir, par des réfugiés politiques, qu’ils avaient raflé tout le monde sur le terrain du repas quand les humanitaires furent partis.

Sarkozy a vraiment lancé ses chiens.


Retour à la page d'accueil 4-Combats Les combats de l’après NON Présidentielles 2007 (ou avant...) Nicolas Sarkozy


Nb de visiteurs:267662
Nb de visiteurs aujourdhui:499
Nb visiteurs connectés:18



Au bon plaisir de Nicolas Sarkozy

vendredi 5 août 2005, Jean Dornac

image1

Il ne passe plus de semaine, sans que l’honneur de la France, celui des droits de l’homme, le seul qui vaille, ne soit bafoué, traîné dans la boue pour le bon plaisir et l’obsession de « faire du chiffre » d’un ministre fonctionnant comme un petit marchand à l’esprit étriqué de vieux rabougri.

Je ne cesserai de dire ma honte d’appartenir à cette forme abjecte de mon pays. Ce n’est plus mon pays ; ce n’est plus celui en qui j’ai cru, que je trouvais beau en dépit de tous ses défauts et de ses crimes. Là, nous fonçons dans l’inqualifiable, nous subissons un recul d’humanité effroyable.

Comme beaucoup d’autres, les rafles continuelles que subissent nos frères étrangers, me rappellent, sans cesse, comme une atroce mélodie qui revient et revient encore, les rafles contre les juifs. Même si nombre de concitoyens ne pouvaient que rire de ce que je vais écrire, j’affirme que ces rafles sont une douleur puissante à mon cœur, une insulte continuelle à mon intelligence, un crachat sur l’avenir de l’entente entre les peuples. Je refuse quant à moi, catégoriquement, l’affrontement des civilisations qu’une poignée de fous, de misanthropes obsédés par l’argent pour s’accaparer le pouvoir et le conserver, nous imposent sans nous demander notre avis.

Et j’affirme, quels que soient les ennuis éventuels que de tels propos pourraient me valoir, que ce pouvoir n’est pas le mien, que je ne me reconnais absolument pas en lui, que je le rejette comme un corps étranger à l’esprit français. Ce Président n’est pas le mien, ce gouvernement n’est pas le mien, ce ministre de l’Intérieur n’est pas le mien. Je les subis comme des dictateurs extérieurs à l’esprit français. Nous avons eu, et combien en France nous en sommes fiers, « le siècle des Lumières » ; nous avons désormais par la faute de ces gens sans âme, « le siècle des Ténèbres ».

A présent, je vous laisse découvrir, pour ceux qui les ignoreraient encore, les informations qui justifient ma prise de position.
2 rafles importantes à Calais

Ce matin d’après les témoins réfugiés qui ont échappé :
vers 9h/10h, derrière LIDL, entre 8 et 15 cars de CRS. Il y a eu aussi rafle au squatt des afghans, parc Richelieu.

Je suis allée à la PAF vers 11h. Beaucoup de policiers dans le parking, la grille d’entrée fermée et surveillée par deux policiers. Des cars à la pelle et 5 fourgons. Côté centre de rétention, une voiture supplémentaire.

Cette après-midi, durant le repas, les CRS sont revenus. Les humanitaires présents n’ont pas voulu avertir des gens. Pour eux c’était normal, une bagarre s’étant déclarée la veille. Ils croyaient que les CRS étaient là pour protéger la distribution du sac d’aliments...

Les CRS ont d’abord arrêté un jeune homme et l’ont menotté, près des lieux du repas. On en a retrouvé derrière LIDL, interpellant les africains. Ils étaient en train de contrôler un français dont le visage n’était pas de la bonne couleur. Je me suis retrouvée au commissariat peu de temps après.

Et j’ai appris ce soir, par des réfugiés politiques, qu’ils avaient raflé tout le monde sur le terrain du repas quand les humanitaires furent partis.

Sarkozy a vraiment lancé ses chiens.

(J’ai eu aussi droit à mon message personnel : cherchant de l’argent à un guichet, un homme s’approche et me déclare : "On m’a dit de vous faire passer le message : si vous continuez à nourrir les réfugiés, le Reich sera à vos pieds". J’ai failli rire, en pensant que le Reich serait sous mes pieds et que je l’écraserai)..

* * *
A Calais, la brutalité des CRS se conjugue avec les intimidations envers témoins


Remarquant depuis peu, que les CRS utilisaient des véhicules ressemblant à ceux de la police nationale, je remarquais également que leurs passagers étaient souvent accusés de violences gratuites par les réfugiés : usage de gaz, coups de pieds, coups de matraque... uniquement pour les déloger de là où ils peuvent s’abriter.

Hier soir, quittant le domicile vers 22h30 pour aller chercher des cigarettes, un réfugié m’avertit de la présence de la police au squatt. Je me décide alors à aller voir, et prendre des photos si nécessaires.

Peu de temps après mon arrivée, une voiture de police arrive, elle aussi. Des CRS en descendent. Je m’installe pour les prendre en photo. Mes flashs attirent leur regard. Je sais qu’ils comprennent qu’il s’agit d’un témoin.
Un CRS alors, joue à faire semblant de me poursuivre. Je me sauve, mais à chaque fois je reviens. Le lieu est désert et sombre. Mais des immeubles ne sont pas loin.
La quatrième fois où il essaie de m’attraper, il a pris des copains avec lui ; je réussis à atteindre la route passante. Ils retournent à leurs véhicules, s’en vont. Je me cache au passage du fourgon.

Mais, poursuivant mon idée de départ, je me rends au tabac. Face à un jardin public, les deux véhicules de CRS m’ont retrouvée, la porte s’ouvre. Je me mets à courir. Rattrapée, ceinturée, transportée ainsi jusqu’au fourgon, menottée, ils m’emmènent d’abord à l’hôpital !!!
Ils disent que je suis folle. Ils se moquent de moi, avec l’assistance d’un raciste présent, travaillant à la chambre de commerce. Ils m’insultent. Ils réquisitionnent une doctoresse ou une infirmière pour me fouiller. (j’ai pris le nom de la femme)
J’ai réussi à parler de ce que je faisais au médecin et à une jeune qui l’accompagnait. Ils me rendent aux CRS. Direction commissariat de Calais.
Refus d’avertir mon conjoint. "Allez au dodo" furent les derniers mots de ces policiers.
Vers 5h40, ce jour, un policier me sort de la cellule et j’apprends que, sans le savoir, j’avais bu beaucoup d’alcool, que j’avais dormi dans une cellule de dégrisement.

Qui arrêtera ces gens qui se croient tout permis ?


Qui sinon, tous les représentants politiques censés rappeler les principes de leur parti ? C’est leur absence qui donne tout ce pouvoir aux extrémistes et autres Sarkozistes. J’ai l’impression d’avoir face à moi des militants du Front National, en costume de CRS. Marie-Noëlle Gues

* * *
Rafle à Belleville (hier, 4 août 2005)


Nouvelle rafle à Belleville. Une cinquantaine de sans-papiers ont été raflés aujourd’hui vers 15H30. Ils sont actuellement au Commissariat de Couronnes. Un père a été séparé de son enfant, et laissé chez quelqu’un.
Urgent, il faut dénoncer cette rafle en se mobilisant aujourd’hui.

Rassemblement pour dénoncer les rafles
Le 9ème Collectif organise un rassemblement samedi 6 août à 15H00 à Belleville pour protester contre les raffles.

Dernière information : les personnes raflées sont à la Cité (Section RG). Nous avons eu un contact avec la Préfecture par rapport à ces pratiques scandaleuses et plus particulièrement par rapport à la séparation d’un père et de sa petite âgée d’un an. Elle a été confiée à une personne qui ne peut pas la garder. Nous continuons à les interpeller.

* * *
Voilà ce qui fait mon dégoût. Et il faut encore y ajouter les ordonnances d’assassinat du droit du travail ; l’obsession sécuritaire etc. Non, décidément, ce pouvoir n’est pas et ne sera jamais le mien ; il me répugne ! Il n’a donc aucun droit de prétendre me représenter !
source : http://altermonde.levillage.org/article.php3?id_article=3358

@+

_________________
Les conséquences de ce qu'on ne fait pas sont les plus graves.
Marcel MARIËN 1920
Au bon plaisir de Nicolas Sarkozy Ban_01
Revenir en haut Aller en bas
 
Au bon plaisir de Nicolas Sarkozy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Télécharger Le Pacte (Seeking Justice) 2012 [DVDRIP MD][FR] (Avec Nicolas Cage)
» De retour a la maison avec toi (PV Riku) (Hentaï ) (terminer)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: De la relativité des droits et de la liberté :: Répressions et dérives-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser