AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits – Français
12.90 €
Voir le deal

 

 Le travail : bien rare, ou mal nécessaire ?

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

Le travail : bien rare, ou mal nécessaire ? Empty
MessageSujet: Le travail : bien rare, ou mal nécessaire ?   Le travail : bien rare, ou mal nécessaire ? EmptySam 13 Mai à 0:04

Citation :

Le travail : bien rare, ou mal nécessaire ?

http://fr.news.yahoo.com/10042006/326/le-travail-bien-rare-ou-mal-necessaire.html

Le travail : bien rare, ou mal nécessaire? Par Maxime Gouzevitch,

Cet article a été rédigé par un reporter d’AgoraVox, le journal média citoyen qui vous donne la parole.

Dans ce court essai je me propose d’analyser les déboires de notre pays avec le marché du travail, à partir de deux propositions qui me semblent décrire assez bien la conception du travail qui prévaut en France. Tout d’abord, je tiens à préciser que ceci n’est qu’un essai ! Un effort de sondage rigoureux est naturellement nécessaire pour attester le bien-fondé de ces affirmations. Ceci dit, il me semble qu’elles représentent une sorte de conception moyenne « à la française ».

Le travail en France est un mal nécessaire.

Cela veut dire que le travail est conçu par la vox populi non pas comme une valeur en soi, mais comme une « nécessité malencontreuse ». En effet, le travail est nécessaire pour gagner sa vie et pour produire les biens qui nous servent à la mener. Cependant, il a une valeur sociale secondaire.

Les causes de cette situation sont complexes et multiples, mais l’une d’elles, que je pourrais évoquer et qui me semble pertinente, est notre héritage d’une société empreinte de culture catholique, où le travail et l’argent sont relégués au second plan derrière la charité, la culture du partage et la vie associative. Nous considérons aujourd’hui que la vraie valeur est l’épanouissement dans les loisirs, la famille, les hobbies et la participation aux associations diverses et variées (à but non lucratif). Ceci implique naturellement la dévalorisation du travail, qui devient une « corvée nécessaire » puisqu’il nous empêche de nous tourner vers les « vraies valeurs ».

C’est ce qui nous différencie des sociétés protestantes (Allemagne, Pays-Bas, pays anglo-saxons) et juives. Dans ces dernières, le travail sert de voie d’insertion sociale, il est nécessaire pour être reconnu par la société en tant que membre « utile », et le chômage est vécu comme « l’inutilité ».

Quelles en sont les conséquences ?

Une tendance à la diminution du temps de travail par tous les moyens. Nous sommes déjà à 35 heures, et des voix s’élèvent pour descendre jusqu’à 32 heures. La propension du patronat à exiger plus de travail est en conséquence vécue comme un réflexe « esclavagiste ». Une tendance à considérer le travail à l’aune de l’argent qu’il rapporte. Ceci induit une désolidarisation entre l’employé et l’entreprise. En effet, toute entreprise cherche à s’enrichir et à augmenter ses bénéfices, que l’employé voit comme une ponction de ses propres revenus. De plus, les professions d’argent étant plutôt mal vues par les Français (ces professions méprisables, mais nécessaires, étaient réservées dans la société catholique aux Lombards et aux Juifs), le revenu du capital l’est automatiquement aussi. Ceci explique la faiblesse en France de l’actionnariat salarié, la quasi-inexistence des fonds de pension, etc. Une préférence nette pour le chômage plutôt que pour un travail mal rémunéré. L’argument principal avancé par les adversaires du modèle anglo-saxon (connu pour son faible taux de chômage) est la présence ostensible de la catégorie dite des « travailleurs pauvres », autrement dit des gens qui travaillent, mais qui ne gagnent pas assez pour subvenir à leurs besoins. Cette préférence s’explique aisément à la lumière du concept du « mal nécessaire ». En effet, le travail étant une corvée, il doit au moins rapporter un revenu. S’il ne rapporte pas le revenu nécessaire, pourquoi travailler ? Il est socialement tout aussi acceptable de rester au chômage. On vit alors de la solidarité nationale, mais au moins on n’est pas un esclave. Et puis la solidarité est une valeur reconnue, et en profiter n’a rien de négatif. Le travail en France est un bien rare.

Cette conception malthusienne est caractéristique d’un marché où, pour des raisons diverses, l’offre d’un bien nécessaire est en manque chronique par rapport à la demande. C’est la situation de notre marché du travail. Les raisons en sont complexes et ne font pas l’objet de ce texte (bien que l’attitude même que nous avons face à ce bien rare puisse en être une, la célèbre problématique de la fluidité du marché n’y est pas étrangère). Cependant les conséquences sont, elles, beaucoup plus visibles.

Tout d’abord, un bien rare mais nécessaire doit être partagé, dans le pays fort d’une culture de solidarité qu’est le nôtre. Ce sont les propos mêmes de Martine Aubry qui parlait du « partage du travail » afin de justifier les 35 heures. Ensuite, un bien rare doit être protégé contre un « voleur » éventuel. Le travail doit, donc, être protégé par des lois anti-licenciement et par une législation à toute épreuve. On s’explique alors facilement la levée de boucliers face au CPE qui blesse ce sentiment de protection de son bien. Le CPE est vécu un peu comme une interdiction de fermer sa porte à clefs, lorsqu’on a moins de 26 ans.

Quelle conclusion pouvons-nous tirer de cette réflexion ? Celle qu’une éventuelle solution de notre problème chronique face au marché du travail, qui nous poursuit depuis 25 ans, nécessitera forcément, d’une façon ou d’une autre, l’évolution en profondeur de notre mentalité nationale. Naturellement, on peut se dire qu’il n’est point nécessaire d’évoluer, cependant dans une concurrence directe avec des pays où le travail est une valeur de base, nous nous trouvons démunis, car non concurrentiels. Ce dernier terme, qui blesse horriblement l’œil de nombre de mes lecteurs, ne manquera pas de provoquer une multitude de remarques acerbes, telles que : « Mais à quoi bon vivre dans ce monde de sauvages où l’argent et la consommation à outrance sont une valeur de base ? Résistons ! ». Je répondrai simplement :

Soit ! Allez voir les altermondialistes. Cependant, réfléchissez-y à deux fois. Les intérêts du tiers monde vont à l’encontre de beaucoup de vos propres intérêts et vous coûteront, forcément, à court terme du moins, des concessions douloureuses ! Etes-vous prêts à cela ? C’est bien ça, le problème et la triste vérité, autrement le cycle de Doha aurait abouti depuis longtemps !

De : Maxime Gouzevitch
lundi 10 avril 2006

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=26092
Revenir en haut Aller en bas
 
Le travail : bien rare, ou mal nécessaire ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MU] Tout va bien, The Kids Are All Right [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: Travail, emploi et précarité-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser