AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
ASOS : code réduction -15% cumulable avec la ...
Voir le deal

 

 La pétro-révolution d’Hugo Chávez suscite des résistances

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

La pétro-révolution d’Hugo Chávez suscite des résistances Empty
MessageSujet: La pétro-révolution d’Hugo Chávez suscite des résistances   La pétro-révolution d’Hugo Chávez suscite des résistances EmptyJeu 20 Juil à 0:12

Citation :

La pétro-révolution d’Hugo Chávez suscite des résistances

Pilier des politiques sociales au Venezuela, l’exploitation des ressources énergétiques ne fait pas que des heureux. Une contradiction exposée en janvier dernier lors du Forum social mondial de Caracas.

par Alain Cassani

Venezuela, Brésil, Argentine, Uruguay, Bolivie... à l’heure où une majorité de pays d’Amérique du Sud bascule à gauche, que le projet de Zone de libre-échange des Amériques (ALCA, sigles en espagnol) semble « enterré » [1], se pose la question du modèle de développement énergétique choisi par ce nouvel ensemble. Le socialisme latino-américain émergeant peut-il révolutionner sa politique d’exploitation des ressources naturelles non-renouvelables ? Va-t-il prendre en compte les peuples originaires, victimes depuis la colonisation de l’extraction des richesses minières sur leurs terres ? La question ne pouvait échapper au dernier Forum social mondial (FSM) qui s’est déroulé en janvier à Caracas, capitale du Venezuela « révolutionnaire, socialiste et bolivarien ».

Car malgré une rhétorique emphatique sur l’environnement, le réchauffement climatique, et les droits des peuples amérindiens, le président vénézuélien Hugo Chávez continue de prôner le développement à marche forcée et avec l’aide d’une cohorte de multinationales de toute une infrastructure d’extraction et de drainage des ressources naturelles en zones écologiquement et socialement sensibles. C’est en tout cas ce qui ressort des ateliers organisés par le réseau Oilwatch [2], lors du forum.

« Le même modèle »

Présentation de diapositives à l’appui, la professeure Alicia Garcia fait un inventaire des projets d’extraction de ressources naturelles du gouvernement : oléoducs géants, nouveaux forages pétroliers dans le bassin de l’Orénoque, creusement d’un canal jusqu’à l’Amazone voire au río Plata, projets d’extraction du charbon, édification d’une ligne à haute tension, le Venezuela joue plus que jamais la carte énergétique. Superposant les tracés de ces projets sur des cartes, Alicia Garcia souligne que cette infrastructure se calque sur le développement antérieur... « Chavez a continué le même modèle politique en reprenant tous les projets antérieurs, (...) Son projet n’est pas l’Alternative bolivarienne pour les Amériques (ALBA) [3], mais bien l’Initiative d’intégration de l’infrastructure régionale d’Amérique du sud (IIRSA) [4], qui est un projet privatisateur ouvrant la porte à l’ALCA », s’insurge Mme Garcia. « Ce modèle n’a pas été changé ni par Lula, ni par Kirchner, ni par Chávez, et c’est pour cela que nous réclamons une vaste consultation populaire », poursuit-elle.

Talon d’Achille écologique

Si le gouvernement de M. Chávez encourage effectivement la participation populaire au niveau microéconomique (coopératives, médias populaires, etc.), il en va tout autrement à ce niveau, selon le professeur Lusbi Portillo, anthropologue à l’Université de Zulia et responsable de l’association Homo y Natura : « D’amples secteurs de la population vénézuélienne ignorent les enjeux de cette stratégie énergétique de l’IIRSA. Le gouvernement n’a pas convoqué, devant une décision aussi transcendantale pour la vie du pays, de débat sur le sujet, même pas à l’assemblée nationale ni dans les universités, pour ne parler que des espaces traditionnels de discussions ; les émissions dominicales « Allo presidente » [5] ne suffisent pas pour construire une démocratie participative et souveraine », grince M. Portillo.
Pour le militant d’Homo y Natura, « cette révolution a un talon d’Achille : l’écologie ». Pour extraire le précieux combustible, le gouvernement doit mettre en danger forêts, fleuves et lacs, souvent situés en terres indigènes. A l’instigation des peuples Wayuu, Bari et Yukpa, de la Sierra de Perrija, à la frontière colombienne, une marche de protestation l’a rappelé dans les rues de Caracas durant le FSM [6].

Pro et anti-Chávez

Ralliés sous la bannière « Non au charbon, pour la défense des fleuves et des terres indigènes », de nombreux groupes se sont joints à cette manifestation inclassable dans un Venezuela très polarisé entre les pro et les anti-Chávez. Elle a ainsi rassemblé des organisations paysannes pro et anti-Chávez, des groupes écologistes, des associations de « sans toits » urbains, des mouvements libertaires, des réseaux de médias communautaires - promus par le président, mais critiquant un dévoiement de la révolution par la bureaucratie, la corruption et les intérêts des multinationales - le tout soutenu par de nombreux délégués étrangers participant au forum.

Venu depuis sa communauté isolée avec une importante délégation de son peuple, le Yupka Jésus Teran, a témoigné de l’impact de l’exploitation carbonifère : « Quand l’exploitation commence, le fleuve s’assèche, et tous les animaux qu’il y a dans la montagne meurent, a raconté le jeune représentant. Ces terres où l’on vit, pêche, cultive, sont tout ce qui nous reste. » Les émissaires yupkas ont également réclamé « que le président Chávez nous octroie le titre collectif de propriété afin que nous puissions mettre en route des projets productifs qui puissent répondre aux besoins de la communauté ».

Rapport critique

Lusbi Portillo, qui a été à la base de la résistance à l’exploitation du charbon, rappelle qu’une première marche sur le palais présidentiel, en mars 2005, avait permis la formation d’une commission du ministère de l’Environnement chargée de répertorier les impacts de l’extraction du charbon sur le fleuve Guasare. Mais malgré les conclusions négatives de ce rapport (notamment en terme de perte d’eau potable pour une région de plusieurs millions d’habitants), le gouvernement n’a pas encore réagi. Les opposants craignent que ce silence n’annonce l’imminente mise en place d’une infrastructure visant à ouvrir de nouvelles mines sur les derniers fleuves intacts de la région de Maracaibo, conformément aux accords passés avec des compagnies nord-américaine, hollandaise et brésilienne.

******

Le dernier espoir des Wayuus

Au bout de la route goudronnée, quelques bâtisses où l’on vient acheter ou vendre des fruits, légumes, fromages, produits de la ville... à quelques heures de Maracaibo, capitale torride du pétrole vénézuélien, « El Paradiso » est l’entrée en territoire indigène wayuu. Ici, la végétation tropicale encore bien conservée vient tempérer la touffeur du trajet, et notre délégation improvisée à partir du Forum social de Caracas a le plaisir de pouvoir se rafraîchir dans le fleuve Socuy, dans un cadre encore idyllique, mais pour combien de temps ?

Depuis que d’importants gisements de charbon ont été découverts le long de son lit, les communautés wayuus attendent anxieusement une décision gouvernementale qui donnerait le feu vert à l’exploitation minière. Elles n’auraient alors plus qu’à plier bagage, risquant la dissolution dans la misère des barrios [quartiers populaires] de Maracaibo... Les habitants du Socuy pressentent bien qu’ils jouent là leur dernière carte, certains d’entre eux ayant déjà vécu le déplacement forcé du fleuve Guasaré tout proche, maintenant accaparé par les mines et en grande partie détruit et pollué. Des représentants des communautés se rassemblent pour nous faire part de leurs doléances, ainsi que de leur détermination à résister à l’expulsion. Ils n’accepteront aucune compensation financière, qui ne pourra jamais remplacer un territoire pour perpétuer la vie communautaire des générations futures. Puis sont étalés sous nos yeux des restes de céramiques et objets usuels retrouvés sur ces terres, démontrant par là leur présence ancestrale en ces lieux.

A la sortie du territoire, nos hôtes nous montrent encore l’école wayuu, dont les murs ont été entièrement peints avec les enfants, et où l’on peut voir des animaux se demandant ce qui se passerait en cas d’exploitation du charbon. « Nous resterions sans eau, sans forêt et sans logis », répondent un papillon, un poisson et un oiseau. Les promoteurs wayuus de cette école nous informent que les compagnies du charbon proposent de refaire cette peinture à la gloire du progrès charbonnier, tandis que le mouvement chaviste des écoles bolivariennes souhaiterait simplement effacer ces dessins au profit d’une peinture aux couleurs du drapeau national !

Malgré l’enjeu majeur que représente l’eau potable pour la ville voisine Maracaibo, la population urbaine ne semble pas très concernée par la résistance des indigènes. Rien d’anormal, explique Ruth, média-activiste de l’ANMCLA , le réseau de radios communautaires qui a pris fait et cause pour les problèmes environnementaux et indigènes : « Ici, le financement de la presse n’est pas assuré en premier lieu par la publicité, mais directement par le paiement de mensualités par les entreprises elles-mêmes ! Dès lors, il devient évident que les journaux ne reflètent la réalité que selon les vues de leurs clients - qui sont ici tous impliqués dans le négoce du charbon. » Le principal quotidien local ne manquera pas de confirmer ces propos. Après notre visite, il relatera une manifestation de mineurs dénonçant la présence dans la région de « pseudo écologistes venus du Forum social » qui seraient, en fait, à la solde d’entreprises minières colombiennes concurrentes.

******

Repères

Manne pétrolière :


En 2005, la société publique pétrolière PDVSA a versé 22,7 milliards de dollars au budget de l’Etat. En outre, 4,4 milliards sont allés directement aux « missions » sociales (éducation, soins, alimentation, réinsertion...) destinées au 70% de Vénézuéliens vivant sous le seuil de pauvreté. Secteur privé compris, le pétrole rapporte 75% des recettes fiscales du pays.

Atout diplomatique :

Hugo Chávez a fait du secteur énergétique le pilier de son projet d’intégration latino-américaine. Des accords ont notamment été passés avec le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay, Cuba, la Jamaïque et la Bolivie. Plus largement, Caracas se profile comme le leader de la coopération Sud-Sud. Si les USA continuent d’acheter une bonne part de son or noir, le Venezuela s’est beaucoup rapproché de l’Inde et de la Chine.
NOTES:

[1] [NDLR] Consultez le dossier « L’ALCA en panne » sur RISAL.

[2] http://www.oilwatch.org.

[3] [NDLR] Consultez le dossier « Alternative bolivarienne pour les Amériques (ALBA) » sur RISAL.

[4] [NDLR] Consultez le dossier « Initiative d’intégration de l’infrastructure régionale d’Amérique du sud (IIRSA) » sur RISAL.

[5] Emission télévisée dominicale, durant laquelle Hugo Chávez s’exprime sur des sujets d’actualité et explique sa politique.

[6] [NDLR] Voir la galerie de photos sur cette marche : http://risal.collectifs.net/planche....

En cas de reproduction de cet article, veuillez indiquer les informations ci-dessous:

RISAL - Réseau d'information et de solidarité avec l'Amérique latine
URL: http://risal.collectifs.net/

Source : La Courrier (www.lecourrier.ch), mars 2006.

http://risal.collectifs.net/article.php3?id_article=1656
Revenir en haut Aller en bas
 
La pétro-révolution d’Hugo Chávez suscite des résistances
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Alternatives de vie :: Révolutions et résistances :: La révolution bolivarienne-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser