AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
MisterGoodDeal : jusqu’à -68% sur sélection de Petit et Gros ...
Voir le deal

 

 Vers une révolution technologique au Venezuela

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

Vers une révolution technologique au Venezuela Empty
MessageSujet: Vers une révolution technologique au Venezuela   Vers une révolution technologique au Venezuela EmptySam 13 Mai à 23:55

Citation :

Vers une révolution technologique au Venezuela, par Sébastien Brulez.

15 avril 2006

L’un des sujets abordés durant le Forum social mondial à Caracas en janvier dernier était le droit à la communication. Dans ce domaine le contexte vénézuélien constitue, au niveau mondial, un véritable laboratoire pour l’analyse des processus de communication massive. Après avoir tiré les leçons du coup d’Etat du 11 avril 2002, le gouvernement bolivarien essaie peu à peu de garantir son indépendance technologique.

La Gauche, 13 avril 2006.

« La connaissance est le premier pouvoir du peuple », affirmait un jour le président vénézuélien Hugo Chavez. Mais qui dit connaissance dit avant tout communication. Et le pouvoir de cette dernière n’est effectivement plus à démontrer. Une des premières initiatives du gouvernement putschiste qui s’était emparé de Miraflores (le palais présidentiel à Caracas) le 11 avril 2002 [1] , avait été de couper les émissions de Canal 8 (l’unique chaîne publique qui existait alors au Venezuela) et de fermer certaines radios et télévisions communautaires.

Le rôle des médias alternatifs et communautaires [2] dans la lutte pour l’émancipation sociale a été particulièrement souligné lors du Forum. Pour cela, il est nécessaire que ces médias sortent de la marginalité et de l’amateurisme. Ils doivent tendre vers une professionnalisation, non pas dans le sens où tous les journalistes qui y participent doivent être rémunérés mais bien dans l’idée d’améliorer la qualité de ces médias. Selon Osvaldo León, directeur de l’Agence latino-américaine d’Information (ALAI) [3], « Les médias alternatifs doivent être capables de répondre à la violence de la concentration du pouvoir médiatique. Si le FSM a su répondre au Forum économique mondial de Davos, les médias alternatifs doivent eux aussi répondre aux médias commerciaux. »


Indépendance technologique

La Révolution bolivarienne ne peut s’émanciper sans une certaine indépendance technologique vis-à-vis des grandes puissances occidentales et des multinationales. C’est dans cette optique que le gouvernement vénézuélien, aidé par les « missions » [4]et les communautés, essaie de faciliter l’accès aux nouvelles technologies. Parmi les multiples initiatives mises en œuvre, on peut notamment citer les InfoCentro. Il s’agit d’une sorte de cybercafés publics comptant en général une dizaine d’ordinateurs, avec accès gratuit [5]. Selon Adalnel Pantoja, coordinateur des InfoCentro dans l’Etat de Lara, il en existe actuellement 350 dans le pays mais l’objectif est d’en créer 350 de plus cette année : « Le but de ces centres est de favoriser l’inclusion sociale, de faciliter l’accès de la population à la technologie et à l’information. Cela aide également à développer le potentiel des communautés en favorisant la création de coopératives, de petites entreprises, de collectifs, etc. »

Actuellement, de nombreux InfoCentro continuent de fonctionner sous Windows mais le but à terme est d’abandonner complètement ce système d’exploitation pour ne plus utiliser que des logiciels libres. « Les gens sont culturellement habitués à Windows, alors que Linux n’est pas plus difficile à utiliser. Nous nous donnons deux ans de transition pour passer définitivement à Linux. Un logiciel accessible gratuitement et permettant aux utilisateurs de participer à son amélioration en y apportant leurs modifications personnelles, c’est ça la véritable démocratie technologique », affirme-t-il [6].


Satellite bolivarien

Afin de garantir à la population un accès aux TIC (Technologies de l’information et de la communication) à des prix abordables, le gouvernement bolivarien, appuyé par la technologie chinoise, a lancé récemment une chaîne de production d’ordinateurs (y compris portables) dans l’Etat de Falcon. La VIT (Venezolana de Industrias Tecnológicas) produira 80 000 unités dans sa première année, à un prix 30% en deçà de ceux pratiqués sur le marché [7] .

A l’heure actuelle, le Venezuela travaille également à la construction d’un satellite avec l’aide des Chinois. « Le satellite Simon Bolivar devrait être opérationnel en 2008. Il sera mis au point par une équipe sino-vénézuélienne et nous permettra d’assurer notre indépendance technologique », affirme Monsieur Pantoja. Ce satellite permettra d’amener la technologie dans les coins les plus reculés du pays avec l’aide des missions sociales mais il garantira également le transfert sécurisé d’informations pour le gouvernement [8] .

Sébastien Brulez


- Source : La Gauche (www.sap-pos.org), mensuel du Parti ouvrier socialiste, Bruxelles, mars 2006.

- Diffusion : RISAL
[url]http://risal.collectifs.net/article.php3 ?id_article=1619[/url]

http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=3567
Revenir en haut Aller en bas
 
Vers une révolution technologique au Venezuela
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Alternatives de vie :: Révolutions et résistances :: La révolution bolivarienne-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser