AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -78%
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
Voir le deal
23.95 €

 

 Algérie : contre l'autoamnistie, pétition

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

Algérie : contre l'autoamnistie, pétition Empty
MessageSujet: Algérie : contre l'autoamnistie, pétition   Algérie : contre l'autoamnistie, pétition EmptySam 13 Mai à 23:31

Citation :

Algérie : contre l'autoamnistie, pétition

Algérie : contre l'autoamnistie, oui à la justice, non à l'impunité !


23 mars 2006

Le 27 février 2006, le régime d'Alger a promulgué une ordonnance de mise en œuvre des dispositions de la « Charte sur la paix et la réconciliation nationale » (adoptée en septembre 2005 par un référendum aux résultats largement truqués). Sous le prétexte de mettre un terme à la période sanglante inaugurée par le coup d'État de janvier 1992, le régime d'Alger décrète l'impunité des assassins, qu'il s'agisse des membres des groupes armés se réclamant de l'islam ou des « forces de défense et de sécurité de la République, toutes composantes confondues ». Et il interdit, sous peine d'emprisonnement, d'évoquer sous quelque forme que ce soit la responsabilité des parties qui ont organisé les violations du droit et ordonné, couvert ou justifié les atrocités commises depuis près de quinze ans.

Les parents de victimes, les familles de disparus sont sommées de se taire - elle n'auront plus le droit de porter plainte - et d'oublier contre une indemnisation financière, méthode honteuse où l'outrage le dispute à l'aveuglement. Mais comment effacer la mer de sang et d'horreurs qui a submergé la société algérienne ? La seconde guerre d'Algérie - qui a porté à son paroxysme les formes perverses et inhumaines de guérilla et contre-guérilla développées au cours de la guerre d'indépendance par les forces coloniales - a coûté près de 200 000 morts, 20 000 disparus, un nombre très élevé de blessés et de personnes déplacées.

Après avoir imposé une guerre meurtrière et particulièrement « sale » au peuple algérien, les généraux putschistes qui détiennent le pouvoir réel à Alger, dont le président Abdelaziz Bouteflika n'est que le représentant diplomatique, désirent s'absoudre des crimes contre l'humanité perpétrés sous leur autorité effective, et effacer ceux de leurs anciens adversaires. En violation directe des engagements internationaux signés par l'Algérie et des principes fondamentaux du droit, cette politique d'oubli forcé est en soi un aveu éclatant de responsabilité.

Cette démarche inacceptable est clairement confortée et cautionnée par nombre de dirigeants des grandes démocraties occidentales. Motivés essentiellement par des considérations économiques, ils mettent en avant le « péril islamiste » pour justifier ce déni des valeurs universelles des droits humains.

L'autoamnistie des chefs de guerre a déjà été tentée ailleurs, notamment en Amérique latine, et partout elle a connu l'échec. Car nul ne peut disposer du pouvoir d'effacer l'histoire. Il ne peut y avoir de paix et de réconciliation sans vérité ni justice. Le peuple algérien connaît son histoire et aucune manœuvre ne peut effacer des crimes imprescriptibles. Vouloir lui imposer le silence par la menace est strictement illusoire.

Les femmes et les hommes à travers le monde épris de liberté, signataires de ce texte, rejettent cette loi d'un autre âge et appuient sans réserve la société algérienne dans sa marche vers la justice et les libertés.

Premiers signataires : Lahouari Addi (sociologue), Hocine Aït-Ahmed (président du Front des forces socialistes), Omar Benderra (économiste), Sihem Bensedrine (Conseil national pour les libertés en Tunisie), Anna Bozzo (historienne), François Gèze (éditeur), Burhan Ghalioun (politologue), Ghazi Hidouci (économiste), Alain Lipietz (député européen), Gustave Massiah (président du CRID), Salima Mellah (Algeria-Watch), Adolfo Perez Esquivel (Prix Nobel de la paix), Werner Ruf (politologue), Salah-Eddine Sidhoum (chirurgien).

Signatures (prénom, nom, profession, organisation le cas échéant, pays de résidence) à adresser à : impunite_non@algeria-watch.org

Cette pétition sera envoyée à la fin du mois d'avril à diverses institutions algériennes et internationales. http://algeria-watch.org/fr/article/pol/amnistie/petition_contre_impunite.htm

anonyme article:58673
le vendredi 14 avril 2006 à 20h52

http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=58673
Revenir en haut Aller en bas
 
Algérie : contre l'autoamnistie, pétition
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De retour a la maison avec toi (PV Riku) (Hentaï ) (terminer)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Suggestions d'actions :: Pétitions et appels-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser