AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-55%
Le deal à ne pas rater :
-30 € sur AUKEY USB C – Station de charge
24.99 € 54.99 €
Voir le deal

 

 Sauver la planète : les bactéries à la rescousse

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

Sauver la planète : les bactéries à la rescousse Empty
MessageSujet: Sauver la planète : les bactéries à la rescousse   Sauver la planète : les bactéries à la rescousse EmptyLun 8 Mai à 4:23

Citation :

Sauver la planète : les bactéries à la rescousse

Eliminer les déchets, remplacer les hydrocarbures qui s’épuisent, limiter la production des polluants, les bactéries peuvent sauver la planète et la communauté scientifique étudie comment les y aider.

"Le rôle de l’infiniment petit dans la nature est infiniment grand" : citant Louis Pasteur, Jean Weissenbach, directeur du Centre national de séquençage à Evry, près de Paris, qui a établi la carte génétique de l’homme, s’intéresse aujourd’hui à celle des micro-organismes vivants.

La bactérie, estime-t-il, est "la solution biotechnologique, économe en énergie", à la disparition programmée des hydrocarbures et au recyclage des déchets.

"Le monde bactérien est gigantesque et très important pour

l’environnement. Il doit permettre de mieux connaître les changements globaux qui guettent le monde, dont le réchauffement du climat", insiste le chercheur. "Il faut donc reconstituer le génome complet des bactéries. Le génoscope entend y prendre une part majeure", a-t-il indiqué mercredi lors d’une conférence de presse.

Sauver la planète : les bactéries à la rescousse Kayapo12

Les bactéries sont les plus anciennes formes de vie : leur apparition remonte à 3,5 milliards d’années, soit 1 milliard d’années après celle de la Terre. Elles sont partout, dans les sols et le corps humain, les océans ou les canalisations et représentent près de la moitié de la biomasse, presque à égalité avec la masse végétale.

Elles ont su s’adapter à toutes les températures, aux milieux acides et salins et ont été "capables de coloniser un nombre considérable de niches écologiques", souligne Jean Weissenbach.

Aujourd’hui, moins de 1% des bactéries existant dans le milieu naturel sont isolées et cultivées en laboratoire. La tâche est immense, car l’arsenal de gènes bactériens développés au cours de l’évolution pourrait atteindre les 10 milliards.

Le génoscope entend donc procéder à l’inventaire des espèces bactériennes et des gènes présents dans ces bactéries, puis tenter de mieux connaître les processus biochimiques de synthèse et de dégradation des composés organiques. Le travail systématique sur Acinetobacter a ainsi permis d’identifier et d’étudier la fonction de ses 3.200 gènes.

Une fois compris les paramètres à l’oeuvre, il deviendra possible de développer des solutions biologiques aux problèmes d’environnement et au profit de la chimie de synthèse, celle qui se passe des hydrocarbures.

Un programme en cours depuis 1999, Cloaqua Maxima - du nom du grand égoût de Rome - s’intéresse ainsi aux boues de la station d’épuration des eaux usées d’Evry afin d’obtenir un tableau exhaustif des espèces présentes et de mieux connaître les mécanismes et les acteurs de l’épuration, explique Jean Weissenbach.

L’enjeu est aussi ici, dans le cadre d’un projet européen qui vise à réduire la production des boues d’épuration sans compromettre l’efficacité du traitement, de faire en sorte que ces boues "soient moins nombreuses et moins dangereuses pour l’environnement".

"L’industrie chimique, surtout en France, a mis du temps à se convaincre que la bioconversion sera cruciale dans les années à venir", reconnaît Jean Weissenbach. "Mais aujourd’hui, elle essaie de s’approprier ces cultures pour remplacer les hydrocarbures, dont le prix augmente et la disponibilité diminue", ajoute le directeur du centre d’Evry, Pierre Tambourin.

"Nous avons une mission d’évangélisation technologique", renchérit Philippe Marlière, chercheur au Génoscope. Il cite l’avance des Etats-Unis sur le séquençage des bactéries de l’environnement financé par le Département de l’Energie, qui espère ainsi, grâce aux bactéries, dépolluer ses sols et produire du bio-hydrogène.

http://terresacree.org
-http://20six.fr/nul

De : nul
jeudi 6 avril 2006

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=25711
Revenir en haut Aller en bas
 
Sauver la planète : les bactéries à la rescousse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Ecologie :: Pollution et solutions-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser