AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Service public : l’Etat n’a toujours rien vu, rien entendu..

Aller en bas 
AuteurMessage
wapasha
Langue pendue
wapasha

Nombre de messages : 4560
Localisation : Pays des Abers
Date d'inscription : 30/04/2005

Service public : l’Etat n’a toujours rien vu, rien entendu.. Empty
MessageSujet: Service public : l’Etat n’a toujours rien vu, rien entendu..   Service public : l’Etat n’a toujours rien vu, rien entendu.. EmptyDim 22 Mai à 21:17

bellaciao-dimanche 22 mai 2005
Danger sur le service public : l’Etat n’a toujours rien vu, rien entendu... !

Communiqué des élus communistes et citoyens du Conseil d’administration du syndicat des transports d’Ile-de-France

CA du STif du 13 Mai


Citation :
Règlement européen sur les transports de voyageurs
Danger sur le service public : l’Etat n’a toujours rien vu, rien entendu... !

Le Règlement Européen sur les Transports de Voyageurs : presque quotidiennement la presse s’en fait l’écho. Le projet a été traduit dans toutes les langues des pays de l’Union, il circule très largement. Le Commissaire européen UMP aux transports, Jacques Barrot, est intervenu dans la presse à de nombreuses reprises sur ce sujet.

Ce projet de Règlement européen est explosif pour l’Ile-de-France : il imposerait à terme la mise en concurrence des axes de transport public, et donc le démantèlement du service public offert par la RATP et la SNCF. Les récents articles de presse commençant à évoquer la privatisation de la RATP ne viennent que renforcer les lourds soupçons.

Moins de deux mois avant le transfert de compétences au Conseil Régional et aux huit Conseils Généraux d’Ile-de-France, il est invraisemblable que ce projet de Règlement Européen n’ait pas fait l’objet de débats au sein du Conseil d’Administration du STIF (Syndicat des Transports d’Ile de France).

C’est pourquoi les élus communistes et citoyens administrateurs du STIF, Jean Brafman, Daniel Davisse et Pierre Mansat ont déposé une motion au Conseil d’Administration du STIF de ce vendredi 13 mai pour qu’une information soit présentée sans délai aux administrateurs, et que l’Etat s’engage à intervenir auprès de la Commission Européenne afin que le service public de transport en commun en Ile-de-France soit préservé.

Une exigence de débat démocratique minimale. Et face à cette motion, l’Etat n’a offert aucune véritable réponse, et s’est retranché derrière des arguties juridiques, affirmant que ce texte n’avait pas d’existence publique.

L’Etat est beaucoup moins frileux lorsqu’il propose, sans consulter personne, d’imposer la présence du patronat (auto désigné) dans les instances dirigeantes du STIF.

Une fois de plus le gouvernement fait la sourde oreille.

Une fois de plus, il fait comme si les projets ultra-libéraux portés par la Commission Européenne n’existaient pas.

Comme si le service public de transport en Ile-de-France n’était pas menacé.

Face à une telle surdité et à un tel silence de l’Etat français, les élus communistes et citoyens du STIF ont décidé de dire non,

et d’interpeller directement la Commission Européenne, et en particulier Jacques Barrot, au sujet du Règlement Européen sur les Transports de Voyageurs.

L’indignation est générale !

Contact : Jacques Baudrier

Site internet : www.eluscrcidf.org

L’Etat va imposer un service minimum dans les transports d’Ile-de-France, selon le Journal Du Dimanche.

PARIS (AP) - L’Etat va imposer la création d’un service minimum dans les transports franciliens le 17 juin lors d’un conseil d’administration du Syndicat des transports d’Ile-de-France (STIF), rapporte le "Journal du dimanche".

Selon l’hebdomadaire, deux avenants aux contrats liant le STIF à la RATP et à la SNCF seront proposés au vote. Ils précisent que la Régie autonome des transports parisiens "s’engagera à assurer pendant les jours de grève un service garanti correspondant à 50% du trafic habituel, soit un métro sur deux, tandis que la SNCF s’engagera à assurer 33% du trafic, soit un train sur trois".

L’Etat détient la majorité au conseil d’administration du STIF, qui coordonne les transports publics à Paris et en Ile-de-France, avec 17 représentants plus la voix du préfet de région, Bernard Landrieu, président en titre. Cette décision coïncide avec le transfert de l’autorité du STIF à la région, prévu le 1er juillet.

"Je n’ai jamais refusé de mettre en place un service public continu par accord avec les organisations syndicales", a rappelé sur France Info le président socialiste du Conseil régional Jean-Paul Huchon. Mais "tant qu’à faire, (...) on exigeait d’être associé à la définition de manière à ce qu’après, on puisse le gérer correctement", a-t-il expliqué, redoutant que cette décision ne crée un conflit avec les syndicats. AP
source : http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=15255

@+

_________________
Les conséquences de ce qu'on ne fait pas sont les plus graves.
Marcel MARIËN 1920
Service public : l’Etat n’a toujours rien vu, rien entendu.. Ban_01
Revenir en haut Aller en bas
 
Service public : l’Etat n’a toujours rien vu, rien entendu..
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» plus de pub sur le service public
» Un bon café avec une machine grand public... possible?
» Gagnez de l'oseil sans rien faire !
» [AIDE] MicroSd Hors service aprés Flashage
» Il ne reste rien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: Le capital au pouvoir :: Autres-
Sauter vers: