Discutaction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
Voir le deal
21.95 €

 

 La Ligue Odebi demande la démission du ministre Donnedieu

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

La Ligue Odebi demande la démission du ministre Donnedieu Empty
MessageSujet: La Ligue Odebi demande la démission du ministre Donnedieu   La Ligue Odebi demande la démission du ministre Donnedieu EmptyMar 28 Fév à 21:26

Citation :

La Ligue Odebi demande la démission du ministre Donnedieu

Communiqué de la Ligue Odebi 03-02-2006 : La Ligue publie et dénonce le point d'étape du ministère de la culture en date du 31-01-2006 relatif au projet de loi DADvSI, et demande la demission du ministre Donnedieu

Considérant la transparence comme une condition nécessaire au débat démocratique, la Ligue ODEBI a décidé de publier le point d'étape du ministère de la culture.

La Ligue dénonce ce document, qui démontre -si besoin était- l'allégeance du ministère de Donnedieu aux lobbies des industries culturelles.

La Ligue dénonce en particulier les points suivants :

Il est inacceptable que le droit à la copie privée de DVD soit supprimée : d'une part les français paient une redevance pour copie privée, et d'autre part les dispositifs anti-copie des DVD ont été condamnés par la justice française. Il est intolérable que le ministère de la culture essaie de légaliser les agissements illégaux des éditeurs de DVD.

En matière de sensibilisation du public, il n'est pas acceptable que le ministère de la culture persiste à prétendre que le p2p représente un danger : la réalité objective est qu'aucune étude sérieuse n'a jamais réussi à démontrer que le p2p pouvait être responsable d'une éventuelle baisse de ventes de CD.

Concernant les dispositifs de contrôle d'usage (DCU), la Ligue rappelle le droit non négociable des internautes à la copie privée, à l'interopérabilité, au respect de la vie privée, et à la sécurité informatique : Partant de là, soit les DCU portant atteinte à l'un de ces droits doivent être déclarés illégaux, soit la conception, la diffusion, l'incitation à l'usage, la détention, et l'utilisation d'outils permettant aux français de neutraliser tout élément d'un DCU portant atteinte à l'un de ces droits doivent être explicitement déclarés légaux. Nul ne peut accepter que la loi autorise a priori les multinationales culturelles à utiliser des DCU portant atteinte aux droits des internautes, ou que ces derniers ne puissent utiliser des outils leur permettant de se défendre contre de tels abus.

La Ligue dénonce l'amalgame que le ministère persiste à faire entre téléchargement (download) et mise à disposition (upload), et rappelle que le download seul a été jugé comme relevant de la copie privée, même si le ministère essaie de cacher ce type de décisions de justice aux jeunes français. Par conséquent le fait de prévoir de désormais sanctionner un tel acte de copie privée par une contravention ne peut que mener à la disparition de la redevance pour copie privée, ce qui nuirait en particulier aux artistes et aux collectivités locales (25% de la redevance sert au financement des événements culturels en région).

Il n'est pas acceptable que le projet de loi ne fasse que favoriser l'interopérabilité : la loi doit rendre celle-ci _obligatoire_, et prévoir les sanctions idoines à l'encontre des contrevenants.

Concernant le prix relatif des CD et des albums en ligne, dire que les albums coûtent moins cher en ligne relève de la désinformation : la qualité de ces différents produits n'est tout simplement pas comparable.

Refuser une licence globale au prétexte que cela obligerait une surveillance du réseau relève de la plus pure hypocrisie : cette surveillance effectuée par des milices privées existe déjà, et la riposte graduée consistera à la légaliser.

Affirmer que le projet de loi garantit la copie privée est une contre-vérité, ne serait-ce que parce que le ministère propose de l'interdire pour les DVD.

Prétendre que les DCU sont légitimes car ils permettent d'éviter le clonage des oeuvres relève du domaine du rêve : de toutes façons, il suffit d'un clone introduit sur le Net pour réduire à néant l'efficacité de DCU qui dès lors n'auront plus comme effet que de gêner les utilisateurs ayant acheté des oeuvres "protégées" par DCU. Qui plus est , le meilleur moyen de ne pas avoir à subir un DCU est de télécharger des oeuvres "propres" sur le Net.

En matière de logiciel libre, il est à première vue heureux que le ministère affirme que la diffusion du code source des DCU ne soit pas limitée : le seul problème est que cette affirmation démontre soit l'hypocrisie, soit l'incompétence des rédacteurs dans la mesure où la neutralisation d'un DCU est triviale dès lors que le source est accessible.

L'affirmation "trop d'interopérabilité nuit à la sécurité des mesures techniques" est totalement inacceptable. L'interopérabilité est un droit fondamental, celui de lire et de copier pour son usage privé sur tout support, tout format, et par tout moyen. Le législateur ne peut pas légaliser l'arnaque : un CD ou un fichier est la pleine propriété de celui qui l'a acheté.

Enfin, en particulier au vu des points précédemment dénoncés, la page du document du ministère intitulée "halte à la désinformation" constitue très exactement une désinformation.

La Ligue demande l'arrêt immédiat des campagnes de diabolisation et de désinformation menées conjointement par le ministère et par les industries culturelles. Les _prétendus_ "pirates" en ont marre de voir leurs droits bafoués, et rappellent : - que les dispositifs anti-copie sur CD et DVD ont été jugés illégaux,
que le download a été jugé comme relevant de la copie privée,
qu'à chaque fois qu'un français achète un support vierge pour sauvegarder ses données personnelles, il doit payer les industries culturelles,
que ces industries se servent sans vergogne dans les caisses des hôpitaux français qui sont obligés de payer une taxe à ces industries à chaque achat de support numérique vierge pourtant utilisé à des fins purement médicales,
et enfin, qu'on ne peut pas racketter les français en leur demandant de payer une taxe copie privée et dans le même temps autoriser les dispositifs anti-copie.

Pour finir les internautes en ont assez de recevoir des "leçons" d'un ministère qui est de connivence avec les industries culturelles, d'un rapporteur condamné pour avoir tenu des propos homophobes, et d'un ministre condamné pour blanchiment.

La Ligue demande le retrait de l'urgence, la prise en compte des intérêts des électeurs, et la démission du ministre Donnedieu.

Liens : Le document du ministère est disponible à cette adresse : http://www.odebi.org/docs/PointDADVSI.pdf

anonyme article:50957 Ligue ODEBI
le jeudi 9 février 2006 à 13h24

http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=50957
Revenir en haut Aller en bas
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

La Ligue Odebi demande la démission du ministre Donnedieu Empty
MessageSujet: Re: La Ligue Odebi demande la démission du ministre Donnedieu   La Ligue Odebi demande la démission du ministre Donnedieu EmptyDim 5 Mar à 0:46

Citation :

La Ligue ODEBI dénonce les amendements gouvernementaux au projet de loi DADvSI

La Ligue ODEBI vient de prendre connaissance des projets d’amendements au projet de loi DADvSI du gouvernement Villepin.

Au vu de ce qui apparaît comme un arbitrage en faveur du ministre blanchisseur Donnedieu et des industries dites "culturelles", il semblerait que le gouvernement n’ait pas encore mesuré à sa juste valeur la dimension sociétale, politique, voire électorale, du projet de loi DADvSI.

Il est temps que la majorité parlementaire réalise que les internautes électeurs ne peuvent plus supporter qu’on leur assène des lois méprisant leurs droits les plus élémentaires au profit d’un certain nombre de lobbies qui ont les moyens financiers leur permettant de manipuler la loi dans l’unique sens de leurs intérêts économiques.

Il est temps que cette majorité réalise que le prétexte constamment avancé de l’obligation de transposition des directives communautaires ne peut que générer un rejet légitime d’une machine européenne qui -directive après directive- s’avère en pratique être ni plus ni moins que la cour de récréation de lobbies cupides méprisant l’intérêt général.

Le bilan du quinquennat est édifiant : soutien aux brevets logiciels, soutien aux directives Vivendi-Fourtou, LCEN, LIL, LCT, DADvSI... Autant de textes liberticides mettant à mal les fondements démocratiques de la Société de l’Information : A chaque fois les législateurs, le gouvernement et une majorité de parlementaires ont obéi servilement à des lobbies, en oubliant les électeurs qu’ils étaient censés représenter.

La "petite sauterie au champagne" organisée hier par la SACD -dirigée par Mr Rogard Père- pour tenter de convaincre les élus de faire voter la riposte graduée n’en est qu’une illustration parmi tant d’autres. Au passage : on ne peut que dénoncer un népotisme qui a mené le ministre blanchisseur Donnedieu à croire judicieux de s’adjoindre Mr Rogard fils comme conseiller technique.

En pratique : La Ligue suggère au Premier Ministre de prendre en compte l’intérêt des électeurs - qu’ils se soient exprimés à ce sujet, ou pas encore..... - en corrigeant le projet d’amendements ci-dessous communiqué au public.

-[art. 8] Il n’est pas possible de limiter le nombre de copies qu’un acquéreur peut effectuer pour son usage privé sans nuire à sa vie privée et vouloir la disparition de la redevance pour copie privée dont de nombreux artistes perçoivent aujourd’hui les bénéfices.

-[art. 9] Il n’est pas acceptable de priver le citoyen de son droit d’accès au juge indépendant et impartial en matière d’accès aux oeuvres en créant un "collège de médiateurs" qui n’a d’autre but que de substituer une justice d’exception à une justice dont les dernières décisions démontrent sans appel l’illégalité (en France) des dispositifs anti-copie imposés par les multinationales du divertissement.

-[art. additionnel après l’art. 12, art. 13, art. 14] Il est particulièrement intolérable de sanctionner pénalement la conception, la diffusion, la communication au public, la détention, et l’utilisation d’outils destinés à se prémunir légitimement des effets de prétendues mesures techniques de "protection" lorsqu’elles portent en pratique atteinte au droit à l’usage, à l’interopérabilité, à la copie privée, au respect de la vie privée, et à la sécurité informatique.

-[art. additionnel après l’art. 14] Il n’est pas concevable qu’une démocratie impose par la loi aux FAI de participer à une désinformation de masse -digne des heures les plus sombres de l’histoire- quant à un prétendu danger du "piratage" pour la création artistique. A ce sujet, la Ligue dénonce le projet inqualifiable du ministre blanchisseur Donnedieu, consistant à prétendre aller servir la propagande des lobbies du divertissement - déjà planifiée par l’administration Clinton !- aux enfants de CM1 et CM2 dans les établissements scolaires français.

La Ligue ne peut que faiblement douter de la capacité du Premier Ministre à bien peser les poids respectifs d’un e-lectorat jusque là malmené, et de l’enclume médiatique que constitue un ministre de la culture au casier judiciaire notoirement défloré .

http://www.odebi.org/new/theme/accueil.php?a=290

De : Ligue ODEBI
samedi 11 février 2006

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=23081
Revenir en haut Aller en bas
 
La Ligue Odebi demande la démission du ministre Donnedieu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dvdrip l'émission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: Informatique et Internet-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser