AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-23%
Le deal à ne pas rater :
TV QLED Samsung QE65Q65R 2019
999 € 1299 €
Voir le deal

 

 Nadie se fue, documentaire copyfree sur l'Argentine

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

Nadie se fue, documentaire copyfree sur l'Argentine Empty
MessageSujet: Nadie se fue, documentaire copyfree sur l'Argentine   Nadie se fue, documentaire copyfree sur l'Argentine EmptyJeu 16 Fév à 21:24

Citation :

Nadie se fue, documentaire copyfree sur l'Argentine, en téléchargement

Par ftp.ftp://nadie:sefue@clovisnet.no-ip.info Via le peer to peer : Limerwire et Emule

Par ftp.: ftp://nadie:sefue@clovisnet.no-ip.info Entrez l'adresse dans votre navigateur internet. Pour parer le risque d'une interruption de la transmission, veuillez vous assurer que votre navigateur vous permet de reprendre le téléchargement ou utiliser un client ftp.
Client ftp.à télécharger pour Windows : http://sourceforge.net/projects/filezilla/

Sur les réseaux peer to peer, essentiellement Emule et Limewire. Pour toute difficulté pour se procurer le film, n'hésitez pas à nous contacter à nadiesefue@sur-le-champ.org

« Nadie se fue », littéralement « personne n'est parti », est un voyage au pays du libéralisme déchu, en Argentine, deux ans après la crise économique et les émeutes spectaculaires des 19 et 20 décembre 2001 qui virent la population descendre dans la rue au cri de « qu'ils s'en aillent tous », sous-entendus patrons véreux, hommes politiques corrompus, juges, militaires, etc.

Le bilan de ces deux journées d'émeutes ne s'est pas seulement soldé par une quarantaine de morts du côté du peuple et par la démission du président de la nation. On avait comme l'impression que la trahison était si grande que rien ne serait plus jamais comme avant, que le coup du libéralisme économique, on ne pourrait jamais plus le refaire, ici en Argentine, du moins. De fait, si l'économie de marché a très vite repris ses droits dans le pays, les journées et les mois qui ont suivi ces évènements ont accessoirement vu l'émergence de luttes sociales particulièrement intenses et innovantes.

Dans les quartiers, des solidarités se sont construites et des centaines d' « assemblées populaires » ont été créées, avec pour mode de fonctionnement l'horizontalité dans la prise des décisions. Beaucoup de travailleurs ont récupéré les entreprises, qui les avaient précédemment licenciées, pour en reprendre la production, sous contrôle ouvrier ou sous forme de coopératives améliorées.

Le film ne s'attarde pas sur les raisons qui ont mené le pays à la faillite (privatisations, corruption, endettement…) mais sur ceux qui se sont organisés face à la situation dans un pays en crise où la résignation et l'individualisme priment. Les discours se croisent, souvent plein de combativité, d'enthousiasme et d'inventivité mais aussi de contradictions.

Petit à petit, alors que le pays revient au calme et les citoyens aux urnes, le mouvement social s'institutionnalise. Des représentants de l'Etat commencent à s'intéresser aux branches les plus dociles pendant que ceux qui se maintiennent dans la radicalité sont condamnés à la marginalisation. On pressent que ceux qui détiennent le pouvoir ne seront pas inquiétés par ce mouvement social et qu'ils parviendront sans difficulté à expurger ce qu'il peut contenir de subversif et de prometteur. Mais, finalement, ce qui importe le plus, c'est qu'une fois encore, dans des lieux plus ou moins grands et sur un temps plus ou moins long, on aura su dire « non » et s'organiser conséquemment, ensemble. Ce sont ces moments-là qui sont intenses, ceux-là mêmes qu'on n'oublie jamais.

Avec :

Carissa, Mario et Ana de la coopérative IMPA (métallurgie) Paola et Javier de l'assemblée populaire de Haedo. Teo et kike du centre social « las Malvinas ». Natcho et Fabio du MNER (Mouvement National des Entreprises Récupérées). Placio et Candido de la coopérative Chilavert, imprimerie. Eva, Gladys et Paula de l'hôtel récupéré Bauen. Delicia, ouvrière de l'usine Brukman. Fabio, Gustavo et Paco, ouvriers de l'usine de céramique Zanon.

Contact : nadiesefue@sur-le-champ.org [url]http://www.sur-le-champ.org/nadie se fue.htm[/url]

anonyme article:50362 sur-le-champ
le dimanche 29 janvier 2006 à 22h47

http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=50362
Revenir en haut Aller en bas
 
Nadie se fue, documentaire copyfree sur l'Argentine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Alternatives de vie :: Le Monde du Libre :: Média libre-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser