Discutaction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-45%
Le deal à ne pas rater :
Compresseur digital programmable Michelin 12V – 6,9 Bars
43.99 € 79.90 €
Voir le deal

 

 Buenos Aires : 50.000 personnes, manifestation anti Bush

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

Buenos Aires : 50.000 personnes, manifestation anti Bush Empty
MessageSujet: Buenos Aires : 50.000 personnes, manifestation anti Bush   Buenos Aires : 50.000 personnes, manifestation anti Bush EmptyLun 7 Nov à 18:49

Citation :

Buenos Aires : 50.000 personnes, manifestation géante anti-Bush

Buenos Aires : 50.000 personnes, manifestation anti Bush Chavez_maradona

Le continent se réunit jusqu’à samedi à Mar del Plata, en Argentine. Des milliers de manifestants entendent bien en faire une gigantesque tribune anti-Bush.

Le Sommet des Amériques qui s’ouvre vendredi 4 novembre à Mar del Plata, en Argentine, risque de se transformer en duel entre deux visions de l’Amérique latine, celle, néo-libérale, de l’Américain George W. Bush, et celle incarnée, dans sa version la plus extrême, par le président "bolivarien" du Venezuela, Hugo Chavez.

Et ce aux dépens du récurrent projet de grand marché unique de l’Alaska à la Terre-de-Feu, que Washington appelle de ses vœux, mais peu susceptible aux yeux des premiers concernés d’alléger l’immense pauvreté de la région.

George W. Bush, particulièrement impopulaire en Amérique latine, est arrivé jeudi sous forte escorte à Mar del Plata. Le Boeing "Air Force One" du chef de la Maison Blanche a atterri à 20h07 locales (23h07 GMT) dans cette station balnéaire de la classe moyenne argentine.

Maradona présent

La star du football argentin Diego Maradona est arrivé vendredi matin à Mar del Plata. Après une nuit de train depuis Buenos Aires, distant de 400 km, l’ancien footballeur, nouvel héraut de l’opposition anti-Bush, est arrivé en gare de Mar del Plata, accompagné, entre autres par le cinéaste Emir Kusturica, qui tourne actuellement un film sur sa vie.

Une foule d’admirateurs et de journalistes argentins et étrangers ont accueilli Maradona. Outre Kusturica, plusieurs dizaines de personnes ont fait avec lui le voyage vers Mar del Plata, dont des acteurs, un cinéaste, un député et plusieurs journalistes.

Diego Maradona doit participer à un grand rassemblement dans le stade de la ville.

Il sera aux côtés du président vénézuélien Hugo Chavez. Maradona a cependant renoncé, selon une radio argentine, à participer à la manifestation dont le départ est prévue plus tard dans la matinée.

Manifestations

Plus de 40.000 personnes devraient participer à différentes marches organisées à bonne distance de l’hôtel Hermitage où se réuniront les leaders du continent américain, sauf le Cubain Fidel Castro, exclu, faute de diriger un gouvernement démocratique.

Des milliers de manifestants ont ainsi afflué dès jeudi dans la plus courue des stations balnéaires d’Argentine, histoire de dire tout le mal qu’ils pensent de Bush et après avoir défilé à Buenos Aires contre la guerre en Irak.

Vendredi, au moment où s’ouvre, sous haute sécurité et surveillée par 8.000 policiers, la quatrième rencontre officielle des 34 nations des deux Amériques, les militants du "contre-sommet", ou "Sommet du peuple", organisent une manifestation géante où l’on attend 50.000 personnes.

Cuba, seule nation de l’hémisphère à ne pas être officiellement invitée, est présente en force au "contre-sommet", avec une délégation de 300 personnes emmenée par le président du Parlement Ricardo Alarcon.

La zone arlésienne

Quant à la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEEA, ALCA selon son acronyme en espagnol), sur laquelle les négociations piétinent depuis des années, elle ne figurera peut-être même pas dans la déclaration finale. Selon le négociateur argentin Victor Hugo Varsky, les discussions entre sherpas "avancent très lentement" sur la place à y donner à ce projet censé donner naissance à un grand marché unique de l’Alaska à la Terre-de-Feu. "Certains ne veulent même pas une mention, d’autres veulent avancer vers un accord", notait-il.

Pour les "anti", tout comme pour Caracas et La Havane, l’administration Bush cherche juste à ouvrir les marchés d’Amérique latine aux grandes entreprises, avec pour conséquence un appauvrissement encore pire pour les populations déjà exsangues.

S’ils ne sont pas aussi extrêmes dans le propos, les autres pays de la région désormais à gauche, de plus en plus nombreux, Brésil et Argentine en tête, cherchent aussi d’autres voies pour le développement.

Répondant à ces critiques, Stephen Hadley, conseiller à la Sécurité nationale, a noté les récentes propositions de George W. Bush pour répondre aux inquiétudes latino-américaines sur les subventions aux agriculteurs américains, une des pierres d’achoppement des discussions en cours à l’OMC (Organisation mondiale du commerce). Le secrétaire américain au Commerce Carlos Gutierrez faisait lui aussi son lobbying à Buenos Aires, cherchant à convaincre l’Argentine kirchnériste que l’ALCA est le meilleur moyen de créer de la richesse.

Discours attendu de Chavez

Ce n’est pas ainsi que l’entend Chavez.

L’allié de Fidel Castro, nouveau sauveur autoproclamé de l’Amérique latine, qui distribue son pétrole à ses voisins en crise et les aide à payer leurs dettes, devait prononcer un discours vendredi dans un stade occupé par le Sommet du peuple, aux côtés d’une autre légende régionale, l’ancien footballeur Diego Maradona.

Si Washington peut compter sur le soutien du Mexique ou encore des pays de l’Amérique centrale, qui veulent fixer une date pour la reprise des négociations, les experts estiment que tous les efforts sur la zone de libre-échange pourraient être reportés à 2007.

En effet, tous sont concentrés pour l’instant sur les tractations en cours dans le round de Doha de l’OMC. Si elles réussissent à faire tomber les barrières, les discussions de Doha pourraient déboucher sur des règles contraignantes pour tous les pays-membres de l’OMC.

Du coup, en attendant que Doha avance, l’ALCA devrait rester dans les limbes, estime notamment Gary Hufbauer, économiste de l’Institut d’économie internationale (IIE) de Washington. (avec AP)

http://permanent.nouvelobs.com/etranger/20051104.OBS4269.html

De : Buenos Aires
vendredi 4 novembre 2005

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=20229
Revenir en haut Aller en bas
 
Buenos Aires : 50.000 personnes, manifestation anti Bush
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Général :: Actualité :: Novembre 2005-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser