Discutaction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Nike : Promotions Sur Les Chaussures, ...
Voir le deal

 

 WELCOME Mr. Bush, au Brésil

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

WELCOME Mr. Bush, au Brésil Empty
MessageSujet: WELCOME Mr. Bush, au Brésil   WELCOME Mr. Bush, au Brésil EmptyLun 7 Nov à 16:27

Citation :

"WELCOME" Mr. Bush, au Brésil

"Mes soldats sont toujours prêts pour intervenir avant n’importe quelle catastrophe naturelle"

de Frei Betto trad. Esteban


WELCOME Mr. Bush, au Brésil Us_army

"Président Bush : Bienvenue dans un pays souverain qui s’appelle Brésil. Comme le président Lula l’a démontré, nous ne voulons pas l’ALCA (Area de Libre Comercio de las Americas, zone de libre-échange des amériques. NdT) et nous avons un gouvernement solidaire avec le Venezuela de Chavez et avec Cuba de Fidel. Nous fûmes déjà une colonie Portugaise durant 322 ans, et nous savons ce qu’est produire des richesses au bénéfice d’autres peuples.

Aujourd’hui encore le peuple Brésilien travaille, et travaille beaucoup, pour payer la dette e(x)terne contractée par nos élites sans que la population ne fut consultée. Notre charge tributaire est la plus importante au monde, 36% du PIB ; Notre taux d’intérêts dépasse 19% par an ; Notre gouvernement dépense chaque année, à cause de l’amortissement des intérêts de cette dette, plus de dix fois le budget pouvant aller à d’autres investissements. Officiellement notre excédent primaire est 4,25%. En fait il dépasse 5% parce que l’équipe économique de notre gouvernement croit, religieusement, que le dieu marché est capable de produire le miracle du bien-être de la nation sans qu’il y ait des changements de structures, comme la réforme agraire. Et je dis, cela n’est pas un problème à nous, parce que notre économie est contrôlée par le FMI, dans lequel vous commandez. Je ne connais pas un seul pays qui soit sorti de la pauvreté grâce au FMI.

Je vous demande la Paix. Il y a 2800 ans, un Hébreu « Isaias » affirmait « qu’il y aura de Paix seulement si elle est le fruit de la justice ». Monsieur croit qu’elle adviendra imposée par les armes. De même que, la guerre est le terrorisme des riches, le terrorisme est la guerre des pauvres. La déroute des États-Unis au Vietnam, n’a-t-elle pas suffit ? 1 million de personnes sont mortes, parmi lesquelles 50.000 nord-américains. Tôt ou tard votre pays devra quitter l’Irak, sans aucun orgueil, avec le fardeau de milliers de jeunes nord-américains (beaucoup d’entre eux d’origine latine et de race noire) condamnés à la mort parce qu’ils avaient cru que ce qui était bon pour les États-Unis était bon pour le monde.

Votre pays ne représente seulement que 6% de la population du monde. Néanmoins il contrôle 50% de la richesse de la planète. Vous n’avez jamais exigé la démocratie en Arabie Saoudite, où se trouvent les plus grandes réserves de pétrole du monde, parce que le gouvernement autocratique de ce pays est docile à la politique de l’oncle Sam, et même si, de ce pays soient sortis Ben Laden et les terroristes qui détruisirent les tours jumelles. L’an passé, dans le monde entier, fut dépensé près de 900 milliards$US en armements. Les Etats-Unis en ont déboursé presque la moitié, 390 milliards$US. Et penser que seulement 50 milliards$US seraient nécessaires, jusqu’en 2005, pour éradiquer la faim dans le monde !

Pourquoi la mort devrait-elle mériter plus d’argent que la vie ? N’y aurait-il pas quelque chose d’erroné dans cette logique ? Pourquoi le capitalisme place-t-il la propriété privée au-dessus des vies humaines et du bien collectif ? Pourquoi 5 millions d’enfants de moins de 5 ans meurent-ils de faim chaque année, sans que les nations riches ne destinent plus de 10% des dépenses guerrières, dans la coopération internationale ?

Monsieur doit savoir que 86 millions de personnes sont mortes, victimes de la guerre depuis 1940. Les 2 bombes atomiques que votre pays a largué sur les populations innocentes d’Hiroshima et Nagasaki fauchèrent près de 100.000 vies et ont laissé le cancer (en héritage. NdT), jusqu’à aujourd’hui, aux descendants des victimes. Presque toutes des jeunes. Près de 2000 soldats des États-Unis sont morts en Irak dans cette guerre démente re-initiée en 2003. Votre père avait envahi ce pays en 1991, et le résultat fit si honte à votre nation que vous vous êtes senti dans l’obligation de répéter le geste, avec l’espoir de renverser Saddam Hussein, vous l’avez obtenu, et la résistance des Irakiens aussi, qui défient depuis la puissance guerrière de votre pays. Dans la population civile, environ 130.000 Irakien(e)s sont morts, conséquences des attaques des troupes des Etats-Unis en 1991. Grâce aux armes, y compris les armes chimiques, fournies par les Etats-Unis, pendant la période de la guerre contre l’Iran, Saddam a tué près de 200.000 Irakien(e)s.

J’ai séjourné récemment dans votre pays. Dans l’Utah, beaucoup m’ont demandé quelle était mon impression sur les Etats-Unis. J’ai répondu que la différence entre votre pays et le mien est que le votre est convaincu qu’il ne peut exister de bonheur sans argent. Et le mien est heureux sans argent. Les cinq « F » nous suffisent : Fréjol (haricot), Farinha (harina, farine), Fe (foi), Fùtbol (football) y Fiesta (fête). Cette surenchère effrénée de la richesse est celle qui empêche le peuple des Etats-Unis d’être solidaire avec les pauvres du monde. Nous avons tous vu ce qui est arrivé aux populations noires et pauvres de La Nouvelle Orléans durant la catastrophe causé par l’ouragan Katrina. Ils sont restés à l’abandon, jusqu’à ce que, Monsieur réagisse, c’est à dire à partir du moment où il perçût qu’aux yeux du monde, le roi était nu. Et pour compléter, un de vos conseillers eut l’indécence de proposer l’avortement des femmes noires...comme mesure pour réduire la pauvreté aux Etats-Unis.

Président Bush, « welcome » à la nation de futur. Nous voulons être les amis fraternels du peuple des Etats-Unis, sans que la CIA ne revienne menacer notre démocratie, comme en 1964 lorsqu’elle aida à implanter une dictature militaire qui dura 21 ans, et que l’on arrive à des relations commerciales réciproques, avec le respect intégral de notre souveraineté."

Frei Betto, Écrivain, auteur entre autres de "Tipicos Tipos" (A. Girafa) prix Jabuti 2005

Trad. Esteban

http://www.rebelion.org/noticia.php...

http://alainet.org/

De : Esteban
dimanche 30 octobre 2005

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=20101
Revenir en haut Aller en bas
 
WELCOME Mr. Bush, au Brésil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Général :: Actualité :: Novembre 2005-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser