AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-46%
Le deal à ne pas rater :
Promo rare sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
206 € 379 €
Voir le deal

 

 Un opposant politique guinéen en passe d’être expulsé !

Aller en bas 
AuteurMessage
wapasha
Langue pendue
wapasha

Nombre de messages : 4560
Localisation : Pays des Abers
Date d'inscription : 30/04/2005

Un opposant politique guinéen en passe d’être expulsé ! Empty
MessageSujet: Un opposant politique guinéen en passe d’être expulsé !   Un opposant politique guinéen en passe d’être expulsé ! EmptyVen 7 Oct à 19:36

altermonde-levillage-Reçu de RESF-vendredi 7 octobre 2005
Un opposant politique guinéen en passe d’être expulsé !

Nicolas Sarkozy ne comprendra sans doute pas qu’en France, en dépit d’une réserve trop importante de racistes, le peuple, lui, n’est pas prêt à accepter les rafles ou la livraison d’hommes à des régimes barbares ou pas plus civilisés que la France rêvée de Sarkozy.

L’histoire lui dira non, comme le peuple commence, enfin, à le rejeter. J’ai bon espoir ! La lutte n’en sera que plus farouche, il en va de la dignité de tout un pays.

Jean Dornac


Citation :
Communiqué RESF 34 et RESF 93 - 7 octobre
Un opposant politique guinéen, père de famille, en France depuis 12 ans, en passe d’être expulsé !


Nous venons d’apprendre que Monsieur Diakhaby, parti du centre de rétention de Rivesaltes le lundi 3 octobre a été transféré au centre de rétention du Mesnil Amelot près de Roissy, et serait en instance de départ pour Conakry par un vol prévu à 11H demain samedi 8 octobre.

Monsieur Mamadou DIAKHABY est arrivé en France en 1992 après avoir fui la Guinée Conakry suite à des menaces contre lui et son père. Opposant politique, il a fait l’objet d’un mandat d’arrêt dans son pays en 1993. Pourtant sa demande d’asile faite la même année auprès de l’OFPRA a été rejetée.

Devant cette déni du droit d’asile, il n’avait d’autre solution que de se maintenir en sécurité sur le territoire français chez des amis, à Paris, puis dans le Sud de la France. Sa femme est venue le rejoindre par la suite. Ils habitent à Sète depuis 2004 et ont deux fils, nés sur le sol français, âgés de quatre ans (scolarisé à Sète) et d’un an et 4 mois. Sa femme aujourd’hui enceinte doit accoucher dans 1 semaine à Sète...

Contrôlé dans la région de Perpignan où il venait faire les vendanges, la préfecture des Pyrénées Orientales a pris à son encontre un arrêt de reconduite à la frontière et l’a placé au centre de rétention de Rivesaltes. Son recours a été examiné au TA de Montpellier le vendredi 30 septembre. Son avocat a fait valoir des arguments dont chacun aurait dû suffire à justifier une décision favorable : 12 ans de présence en France, respect des dispositions de la Convention européenne des droits de l’homme, de la Convention des droits de l’enfant, situation de sa famille s’il était reconduit dans son pays, danger pour lui de retourner en Guinée Conakry, dans un pays où le climat politique actuel est caractérisé par une insécurité et une violence généralisées. En effet les informations dont nous disposons permettent d’affirmer qu’il sera en danger physiquement en raison même de ses engagements politiques et que les autorités politiques en place ne lui assureront aucune protection réelle (cf article de « Jeune Afrique » dans le numéro 2333 du 25 septembre, page 52 à 57). Pourtant rien n’y a fait, le juge n’a posé aucune question et n’a desserré les dents que pour annoncer sa décision de rejet du recours.

Son embarquement dans un avion à destination de Conakry serait prévu pour le samedi 8 octobre à 11 heures dans un vol régulier d’Air France à destination de Conakry (aérogare 2 F). Nous appelons à manifester à M. DIAKHABY, qui n’a pas l’intention d’embarquer, la plus large solidarité.

La France, qui prétend donner au monde en général et à l’Afrique en particulier des leçons en matière de Droits de l’Homme, s’honorerait en décidant de renoncer à cette mesure d’éloignement qui menace la vie même de celui qui en est l’objet et représente une atteinte supplémentaire aux Droits fondamentaux. D’autant plus que l’article L.313-11, alinéa 3, du Code de l’Entrée et du Séjour des Etrangers et du Droit d’Asile, prévoit la régularisation de droit de tous les étrangers « qui justifient par tout moyen résider en France habituellement depuis plus de 10 ans ». En conséquence, si la loi n’était pas appliqué de façon restrictive, notamment par l’obligation de présenter de nombreuses preuves de séjour, si M. Sarkozy ne poussait pas les préfets à « utiliser toutes les failles » pour augmenter le nombre des reconduites, M. DIAKHABY aurait dû être, non expulsé, mais au contraire régularisé.

Cette famille a droit au séjour : elle doit pouvoir se maintenir sur le territoire français et y recevoir le titre vie privée et familiale lui permettant de mener une vie normale.
source : http://altermonde-levillage.nuxit.net/article.php3?id_article=3854

@+

_________________
Les conséquences de ce qu'on ne fait pas sont les plus graves.
Marcel MARIËN 1920
Un opposant politique guinéen en passe d’être expulsé ! Ban_01
Revenir en haut Aller en bas
 
Un opposant politique guinéen en passe d’être expulsé !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: Immigration et droit d'asile-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser