AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Emmaus : Formule 1.

Aller en bas 
AuteurMessage
wapasha
Langue pendue
wapasha

Nombre de messages : 4560
Localisation : Pays des Abers
Date d'inscription : 30/04/2005

Emmaus : Formule 1. Empty
MessageSujet: Emmaus : Formule 1.   Emmaus : Formule 1. EmptyMer 28 Sep à 19:23

altermonde-levillage- mercredi 28 septembre 2005, cardabelle
Emmaus : Formule 1.

Citation :
Publié dans CQFD n°26, septembre 2005.

Auteur : Le bouledogue rouge.

Un hôtel Formule 1, quelque part entre le périph’ parisien, les puces de Saint-Ouen et un échangeur d’autoroute. C’est là que la préfecture a provisoirement relogé les soixante-dix habitants du squat de la rue de la Fraternité, à Paris, fraternellement expulsés le 2 septembre.


Un Formule 1 ? Le bureaucrate qui a trouvé cette idée mérite une prime de rendement : pas de cuisine où faire à manger, aucun espace où se réunir à part le distributeur de chips, pas de riverains pour se plaindre, tout ça à un tarif imbattable. Les organisations de soutien aux familles (DAL, LDH...) leur avaient déconseillé cette solution miracle. Heureusement, Martin Hirsch veillait au grain. Le président d’Emmaüs fit prévaloir qu’un cube-étape pour VRP, c’était toujours mieux que camper dans un square, qu’il garantissait le suivi des promesses préfectorales quant à un relogement définitif, qu’il fallait pas non plus demander la lune.

Le bon Hirsch ! Toujours prêt à remettre de l’huile dans le moteur quand ça tousse trop fort. Avec ça, pas du genre à se faire du mauvais sang. Après l’incendie du boulevard Vincent-Auriol (dix-neuf morts), d’autres que lui se seraient exilés dans un ashram avec un sac sur la tête.

- Après tout, Emmaüs était à la fois propriétaire et gestionnaire de cet immeuble notoirement pourri.

- Après tout, elle extorquait à chaque famille 400 euros de loyer en échange d’un entretien inexistant et de réparations jamais effectuées.

- Après tout, la façon dont la fondation gère son parc de logements « sociaux » est parfois plus proche d’un syndic véreux que des gentils compagnons de l’abbé Pierre. Comme à Mantes-la-Jolie, où les HLM Emmaüs du domaine de la Vallée sont à ce point déglingués - moisissures, chauffage en panne, ventilateurs cassés, malfaçons diverses, factures EDF exorbitantes - que les locataires ont menacé de bloquer le paiement des loyers. Mais si on peut à l’aise vilipender les marchands de sommeil, c’est une autre affaire de chercher des poux dans l’honorable tonsure d’Emmaüs. Son fondateur a beau tourner en gélatine, il reste tout de même le Français le mieux classé au top cinquante de la popularité, avec Yannick Noah et Zidane, alors il faut prendre des précautions.

Les médias, après l’incendie, ont donc eu la pudeur de ne jamais mettre le Hirsch sur le gril. À la télé, le fringant patron d’Emmaüs avait carte blanche pour expliquer dans un premier temps que, non, l’immeuble n’était pas du tout insalubre et pas du tout surpeuplé, puis, dans un second temps, que l’immeuble était certes insalubre, mais que c’est précisément son surpeuplement qui empêchait les réparations... Va comprendre.

Faut croire qu’on sait ravaler des gratte-ciel, réparer des porte-avions et ignifuger des robots satellites, mais qu’on ne sait pas mettre un immeuble aux normes quand il y a des gosses qui jouent sur le palier. En bon émule de Bernard Kouchner, dont il a dirigé le cabinet sous Jospin, l’énarque Martin Hirsch pense que le paradis est pavé de bonnes intentions. Que la misère se soigne avec des sacs de riz et des taudis inflammables. Que la défunte Constitution européenne annonçait l’avènement « d’une Europe terre d’accueil, prête à partager et à échanger ses richesses » (lire « Le oui subversif d’Emmaüs », /Libé/, 23/05/05).

Qu’il faut remettre les Rmistes au boulot, comme il le martèle dans un rapport remis en avril à Douste-Blazy. Ou encore que les JO de Paris 2012 auraient permis à Emmaüs de « bousculer les stéréotypes sur la pauvreté et d’être associée à une manifestation positive qui véhicule une image de performance » (Hirsch interviewé par l’Essec, juin 2005). Question performance, il n’aura pas à rougir de l’incendie à Vincent-Auriol.
source : http://altermonde-levillage.nuxit.net/article.php3?id_article=3764

@+

_________________
Les conséquences de ce qu'on ne fait pas sont les plus graves.
Marcel MARIËN 1920
Emmaus : Formule 1. Ban_01
Revenir en haut Aller en bas
 
Emmaus : Formule 1.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Formule 1, vous aimez, vous suivez ou pas ?
» la 406 coupe formule open de mon fils de 8ans
» [Bertrand, Dorine] Tu seras une formule 1 mon fils
» couleur café EMMAUS
» [NEWS]Angry Birds en mode Formule 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: Le logement-
Sauter vers: