AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Les 10 jeux vidéo indispensables pour bien ...
Voir le deal

 

 Atelier Alternatives pratiques

Aller en bas 
AuteurMessage
wapasha
Langue pendue
wapasha

Nombre de messages : 4560
Localisation : Pays des Abers
Date d'inscription : 30/04/2005

Atelier Alternatives pratiques Empty
MessageSujet: Atelier Alternatives pratiques   Atelier Alternatives pratiques EmptyDim 11 Sep à 16:31

decroissance-le dimanche 11 septembre 2005
Atelier Alternatives pratiques

Lors de la marche pour la décroissance (au Lac des sapins) les marcheurs se sont réunis pour échanger anonymement des idées pratiques pour vivre la décroissance au quotidien....

Parfois incongrus, évidents, simples ou extrêmes ces petits gestes et ces conseils sont autant de pistes vers un mode de vie moins polluant et moins égoiste ...

Attention ! Ne pas voir cette liste comme un « code de bonne conduite » mais plutôt comme le témoignage d’hommes et de femmes qui cherchent la porte de sortie de notre société de sur-consommation.


Citation :
Don à l’étalage :
1.Trouver une étagère
2.La placer dans un endroit visible de tous dans votre appartement/maison/squat
3.Poser dessus des objets que vous donnez sans contrepartie

Version plus compliquée : Organiser un grand don
1.Choisir un objet qui vous appartient
2.Fixer une date et un lieu (une rue)
3.Inviter des gens
4.Tenter de donner les objets aux passants

Le grand don n’est pas un troc,
Le grand don n’est pas un vide grenier
Le grand don n’est pas un potlatch
Les voies et les moyens :
- Stop la télé
- Stop la pub
- Stop les médias de masse, devenons les médias
- Diminuer ses besoins, ne garder que l’essentiel
- Economiser et ne plus gâcher l’eau, la nourriture, etc....
- Vive la récup’ et le système D
- Partager et donner sans attendre de retour
- Consommer local, vive les Amap
- Privilégier le bio et le commerce équitable en attendant mieux
- Cesser toute activité salariée
- Travailler le moins possible
- Eduquer des enfants, développer une école décroissante et autogérée
- Libérer l’énergie : éoliennes et panneaux solaires sur tous les toits
- Voyager à pied, stop l’avion

- Vélo
- Marché
- Un petit peu de bio
- M’informer (Silence)
- Lire
- acheter des produits non transformés non emballés
- faire le tri des poubelles
- apprendre le tri aux gens
- pas de télé
Mise en œuvre de l’action calinesque : le câlin représente un moyen d’action et un objectif de plaisir.

Câlin = rapprochement sensible consensuel

Mettre une bouteille pleine dans le WC.
Ne pas tirer la chasse quand tu pisses.
Mettre une multiprise avec interrupteur sur tous les appareils électriques et l’éteindre lorsque l’on ne l’utilise pas.
Acheter au maximum local, et éviter d’acheter bananes, café, thé...ou sinon acheter équitable.
Récupérer l’eau de cuisson pour les plantes.
Eviter de mettre du produit vaisselle quand c’est possible.
Choisir de la lessive sans phosphate.
Mettre des pulls plutôt que de chauffer.
Envoyer 10 chèques différents à EDF, pour l’eau... en leur expliquant pourquoi on n’est pas d’accord avec leur politique.

Juste pour ceux qui vivent en ville ou en appart, pour réduire la consommation d’eau : récupérer toute l’eau de la vaisselle et de la douche pour tirer la chasse d’eau.

Alternatives pratiques :

- Utiliser des mouchoirs en tissu plutôt qu’en papier.
- Utiliser le « keeper » (réservoir en caoutchouc ou latex lavable sans aucun problème hygiénique avec une durée de vie de 40 ans) plutôt que des tampons ou serviettes hygiéniques.
- Acheter un vieil appareil photo argentique d’occasion et développer ses photos soi même plutôt que d’acheter le dernier numérique.
- Ne plus acheter du neuf, préférez l’occasion ou la récupération (tente, vélo, ustensile de cuisine, vêtements...)

- Ne pas nuire
- Ne pas se désocialiser

« Théorie de la moitié » Pour toute utilisation des choses qui se mesurent :
- transport
- chauffage Réduire
- eau : ne pas la salir et la réutiliser
- nourriture : ne pas le jeter
- vêtements : les réparer

Réduire sur une période significative, de la moitié, l’usage ou le prélèvement. En cas d’amélioration de la « qualité de vie », recommencer jusqu’au seuil de socialisation.

- Faire sécher des fruits et légumes
- Faire des graines germées
- Vivre sans voiture
- Légumes lacto-fermentés
- Toilettes sèches : refuser de chier dans l’eau
- Planter 100m² de topinambours
- Vélo couché

Utiliser des plantes pour se soigner.
Ne pas utiliser de papier toilette.
Acheter en vrac plutôt qu’emballé.
Transports en commun, vélo et covoiturage plutôt que toute voiture individuelle.

Conditionnel :
S’inscrire à une Amap.
Organiser un repas de quartier.
Récupérer les invendus dans les marchés et dans les boulangeries.

- Consommer le plus local et le plus bio. Je ne fais pas encore mon jardin mais j’habite chez des gens qui me filent des légumes et des œufs...
- Vélo- mais pas encore assez...
- Limiter l’emballage (bientôt yaourt à la maison avec le lait du coin...)
- Chiottes à sec bientôt installées

Pour la décroissance, je cocrée des lieux de partage, des communautés où l’on peut avoir son espace et ses activités personnelles et où l’on peut aussi se rassembler dans une salle collective pour manger, faire la fête, faire des cercles de parole. Ces lieux ont des jardins collectifs, on y organise régulièrement des chantiers communs pour les besoins du groupe. O y passe des accords pour vivre de façon supportable pour la planète et ses habitants présents et futurs.

Pour décroître au quotidien :
- Marche à pied en ville.
- Un potager, pour l’autonomie (en fait, je ne suis pas du tout autonome : mon potager de balcon ne mesure qu’1,20m sur 1,20m...mais c’est un début, un apprentissage du jardinage vivrier...)
- Un (lombri) compost, pour réduire mes déchets et avoir un beau potager bio...
- Un frigo débranché (pour faire un placard !) pour réduire ma consommation d’énergie.
- Ramassage des sacs plastiques sur mon chemin, pour inciter les gens à réduire leurs déchets ?...Euh, en fait, je ne suis pas sure que ce soit un acte très décroissant.
- Participation aux repas de quartier (prochainement, participation à l’organisation des repas de quartier). ...

Mais si tout ceci est naturel, il faut tout de même que j’utilise mon cerveau pour consommer local, ne pas utiliser de voiture à la campagne etc. et je n’arrive pas encore à : faire plus de vélo, arrêter d’enrichir les industriels du tabac, etc.

La décroissance ça commence par une vie sans bagnole, puis sans supermarché, puis sans électricité, puis sans eau courante...

Faire du colportage de décroissance : organiser des évènements locaux en invitant tous les gens du coin et discuter de ce qu’on peut réaliser ensembles. Du coin = à distance cyclable ou pédestre- Voyage en âne, vélo, pied, bateau...

- J’achète tous mes fruits et légumes au marché de mon quartier à des producteurs locaux.
- Je vais à la fac en vélo.
- Pas de télé.
- J’essaye de ne pas acheter suremballé.

Expériences alternatives au quotidien : Tous les aliments/déchets organiques dans un composteur. Ça diminue la taille des poubelles et c’est utilisable ensuite pour les légumes du jardin. De plus, c’est facile à faire : au plus simple on fait un tas de déchets ; au plus décoratif : avec des planches...

- En ville, je marche, et prends le bus que si ça m’arrange vraiment.
- Je récupère les restes sur le marché.
- Dans les grandes surfaces, je mets plusieurs fruits ou légumes dans le même sachet.
- Quand je vois une conférence/débat...je participe ou donne l’information.
- Je prends les tracts dans la rue que si ils m’intéressent et rend ce qui est court à lire ou pas intéressant.
- Je n’utilise pas de produit vaisselle.
- Je consomme peu, sauf de la bouffe et pas de cochonneries.
- Je pense que l’on est tous des merdes, tous non parfaits, et je n’aie peur et n’adule personne.

- Lire
- Pas de chauffage
- Pas de voiture
- Débrancher son frigo lorsqu’on part faire la marche.
- Faire l’amour... (Tendresse...)
- MARCHER (100% énergie métabolique)
- débattre, prendre son temps.

- Au quotidien, aller sur les marchés afin de faire vivre les producteurs locaux, et d’avoir une qualité de produits supérieure issue d’une éthique environnementale.
- Trier nos poubelles avec rigueur.
- Le covoiturage, utilisation des transports en commun, train, etc.
- Petits gestes quotidiens pour économiser l’énergie.
- Echanges d’opinions, et respecter et tolérer les autres modes de vie pour ne pas creuser les différences et créer une communication plus riche entre les individus.
- Toujours se remettre en question, rester lucide et ne pas se laisser atteindre par les nombreuses pressions extérieures nocives.

Pas de voiture, de portable, d’ordinateurs récents, d’achats en supermarchés d’abus de télévision, de voyages en avion ; des achats très majoritairement locaux, dans des coopératives biologiques, des marchés, dans le pire des cas des petites épiceries. Achat de bio quand c’est possible ; être végétarien, si possible végétalien ; parler de la décroissance autour de soi ; participer à/organiser des conférences-débats sur les alternatives à la société de consommation ; économiser l’eau au maximum ; de même pou l’électricité ; choisir un sac non jetable plutôt que plusieurs sacs jetables.

Pour remplacer les aliments consommés souvent qu’on ne peut produire localement :
Café : chicorée
Thé : tisane
Tabac : tussilage+herbes aromatiques Léticine Orpérule odorante
Chocolat ?

... Tout ça au conditionnel
La suite en dessous :

_________________
Les conséquences de ce qu'on ne fait pas sont les plus graves.
Marcel MARIËN 1920
Atelier Alternatives pratiques Ban_01
Revenir en haut Aller en bas
wapasha
Langue pendue
wapasha

Nombre de messages : 4560
Localisation : Pays des Abers
Date d'inscription : 30/04/2005

Atelier Alternatives pratiques Empty
MessageSujet: Re: Atelier Alternatives pratiques   Atelier Alternatives pratiques EmptyDim 11 Sep à 16:32

Suite :

Citation :
Notre médecine occidentale fait aujourd’hui autorité dans le monde entier. Mais elle est loin d’être parfaite : les médicaments, traitements chimiques qui ne traitent que les symptômes physiques, sont largement dépendants de grandes multinationales et des ressources pétrolières.

Quand les réserves de pétrole bon marché seront taries, l’accès aux médicaments sera réservé aux plus fortunés ou sera certainement plus difficile en tous cas. Il est grand temps de redécouvrir les médecines dites traditionnelles. Les médecines orientales entre autres résultent de recherches plurimillénaires et tentent de soigner l’être dans sa globalité.

De nombreuses formations existent en France : acupuncture, ayurvéda, médecine chinoise, shiatsu...

Il faudrait aussi redécouvrir les plantes de chez nous qui ont des vertus thérapeutiques.

(pour en savoir plus, venir en parler à Etienne).

Gestes quotidiens :
- Aller à pied ou en vélo
- Distances plus longues (rares) : train
- Regarder la provenance des aliments
- Acheter au marché (bio) si possible
- Limiter l’utilisation du chauffage (18°, 20° pas nécessaire tout le long de l’année)
- Cuisine végétarienne
- Douches (pas bains)
- Savon de Marseille
- Recyclage matériel informatique « usagé » pour les copains
- etc. beaucoup de geste devenus « évidents »

Depuis les quelques mois qui ont suivi la lecture du journal La décroissance :
- J’utilise la marche à pied pour me déplacer en ville, le train pour des grands déplacements (au-delà de 30 Km). La voiture que je possède me sert pour aller à la campagne où les gares ne sont plus desservies. Elle reste la majorité du temps sur le parking et profite à des voleurs de pièces détachées.
- J’ai arrêté de faire fonctionner mon frigo
- Je sensibilise mon entourage et les personnes à mon travail, qui consomme l’électricité en excès.
- J’achète ma nourriture au marché chez les producteurs locaux (fruits, légumes) et en AB quand c’est possible, le reste de mes achats en Biocoop, en cherchant les produits les moins emballés.
- Mon portable est éteint la majorité du temps (ce qui évite de répondre à des appels inutiles et de gagner du temps).
- Je regarde l’étiquette de mes vêtements et n’achète plus de Made in China, Made in Indonesia, Made in Turkei, Made in Maroco, etc...

Si décroissance pure il existe, ma vie tend vers cette pratique mais aujourd’hui, je n’en suis qu’aux compromis. En résumé, je prends le temps d’avoir du temps.

Ça existe déjà en Belgique et au Luxembourg ; dans les déchetteries il y a un local où peuvent être déposés les objets encore en état et pouvant servir à d’autres. Pourquoi pas en France ?

- Je prends le train au lieu de la voiture
- Je consomme moins de produits manufacturés, sur emballés, mille fois transformés et industriels.
- Je consomme bio, local (le plus possible) des produits de base. Le moins souvent possible en supermarché.
- Je baisse ma consommation électrique par des ampoules basse consommation de faible capacité procurant une lumière douce et tamisée.
- Je parle d’écologie autour de moi.
- Je n’ai plus de télé.
- Je lis énormément de textes dont les thématiques tournent autour des idées de vie sociale en symbiose avec l’écosystème.
- Je ne bois plus de café ne consomme plus de chocolat, de bananes, d’ananas, de poisson pêché à l’autre bout du monde ou issu de l’élevage.

Mes trucs pour décroître :

- Manger peu de viande (quasiment jamais chez moi, que chez des amis)
- Acheter quasi-exclusivement du Bio, du sous emballage (vrac), éviter la grande distribution comme la peste.
- Adhérer à une AMAP (assoc. pour le maintien de l’agriculture paysanne), acheter de la terre pour nos paysans collectivement avec les adhérents (gros problèmes fonciers en IdF)
- Pour les courses régulières, marché bio dans ma ville, sinon marché classique et bio coop, faire attention à la provenance. Déplacements à vélo, parfois métro/bus pour aller travailler, et autant que possible télétravail.
- Récup’ de vêtements chez des amis non décroissants, réparation et reprisages
- Pas ou très peu de chauffage- j’habite un immeuble avec chauffage central, il me suffit de ne pas ouvrir les robinets des radiateurs + pulls et pantalons chauds.
- J’évite de faire tourner le frigo quand je peux (hiver, j’ai un balcon)
- Pas de cosmétiques, uniquement savon de Marseille pour tout lavage du corps.
- Se débarrasser des objets qu’on utilise plus lors de manifs de type « grand don »
- Se désintoxiquer de l’ordinateur ! (Je bosse dans l’informatique)
- Travailler avec une entreprise autogérée (à monter soi-même avec des amis si on ne trouve pas son bonheur !)
- Ne pas avoir le réflexe « poubelle ». Se poser la question à chaque objet que l’on va jeter : comment pourrais-je le réutiliser ? Puis-je le donner ? Se poser cette même question lors d’un achat, en pensant à la durée de vie du produit acheté, à sa « réparabilité ».
- Proposer à ses amis des alternatives « décroissantes » lors de sorties, vacances ou autres.
- Favoriser la mutualisation des biens (achats collectifs, prêts d’objets, etc. avec des amis)

Mes actions quotidiennes pour diminuer mon empreinte écologique :
- Chauffage à 10° ou 12° l’hiver.
- Déplacements vélo pour le local, train pour les grands trajets, voiture quand pas le choix.
- Pas de viande (ou peu), chez moi. A l’extérieur, je m’adapte et mange ce qu’il y a. Volaille avant le bœuf bien sûr.
- Achats minimum dans tous les domaines. Récup max. Système D.
- Fabrication de meubles en bois plutôt qu’achat IKEA.
- Pas de voyages vacances à l’autre bout du monde.
- Plus de moto cross, plus de ski en stations, mais du vélo, de l’escalade pas loin...
- Auto construction, éco-construction quand je peux.
- Au boulot, rendre le même service au client, mais en réduisant au max les nuisances écologiques.

- Faire ses courses sur les marchés et dans les magasins bios, les AMAP
- Eviter de succomber à la fièvre consommatrice niveau fringues et niveau divertissements.
- Se passer de la voiture, le train peut aller aussi loin !
- Penser à contrôler le débit des robinets d’eau, une ressource qui se fait rare...
- Être à l’écoute de la nature qui nous entoure, de ses bruits, ses odeurs et ses couleurs.

- Choix d’une diminution de salaire, donc diminution du pouvoir d’achat, pour plus de temps libre et une meilleure qualité de vie.
- Boycotte du grand magasin Champion du quartier (qui a entraîné la fermeture de plusieurs petits commerces). Donc achats sur le marché, de préférence aux producteurs.
- Pas d’ordinateur, pas de mobile, pas de lave-vaisselle, de four micro-ondes...
- Choix de la marche à pied, le plus souvent possible.
- Économie d’ascenseur, donc 9 étages par l’escalier (sauf bien chargés !!!)
- Achats des vêtements et autres objets d’occasion dans les bric à brac, brocantes et autres...le plus souvent possible.
- Végétarien, surtout afin de faire cesser le commerce de la viande qui appauvrit les pays pauvres.
- Etc....

« Mes petites règles de décroissante » au quotidien :

- Pas de télé
- Pas de voiture
- Pas de consommation pour les WC : je récupère l’eau de vaisselle, toilette, lavage, légumes...
- Pas de chauffage l’hiver, température entre 15-20°C, cumul de vêtements.
- Pas de désodorisant WC, consommatrice ( !) de citrons, les zestes parfument.
- Petits trucs de fille :

* Gommage au marc de café
* Epilation au sucre ou cire
* Masques naturels : argile, miel...
* Huiles 100% naturelles plutôt que crèmes...

- Pas de produits ménagers pour sol, WC, SDB : mélange vinaigre + citron
- Diverses récupérations pour la maison afin de fabriquer objets de déco, coussins garnis de vieux tissus, rideaux, abats jours...
- Pas de consommation de viande mais protéines végétales riches comme graines germées (élevage = déforestation + pollution...)
- Récupération de papier quand verso vierge chez moi et sur lieu de travail pour imprimante, fax...
- Pas d’aluminium : présent dans déodorants, pierre naturelle ; dans dentifrices, dentifrice à l’argile et au citron... Ni en feuilles, récup’ des enveloppes pour emballer.
- Pas de produits alimentaires raffinés
- Pas de pubs dans boîte aux lettres
- Pains maison variés...

Carine

Actions pour la décroissance :

Je suis demandeur d’emploi depuis un an principalement parce que je ne veux pas d’une profession dont je sais qu’elle a des conséquences nuisibles pour l’environnement, ne serait-ce que du fait de la nécessité de se déplacer en voiture. Je ne crois plus en l’organisation sociale en grandes villes, qui crée plus de problèmes qu’elle n’en résout. Il faut partir de ce qui existe (les villes) pour aller vers une organisation en écovillages sans voitures, comme le propose François. Il faut aussi favoriser la proximité dans les quartiers. Par exemple, l’opération « Immeuble en fête » semble bien fonctionner à Paris. Je souhaite favoriser le système WWOOF (World Wild Opportunities on Organic Farms) qui diffuse des adresses de fermes biologiques où l’on peut travailler en échange du logement, de la nourriture et de l’acquisition de savoirs et de savoirs faire. Je ne souhaite pas faire de la décroissance ma nouvelle religion. Le monde arabe, l’Afrique, savent aussi être en harmonie avec Gaïa (la terre) sans s’appeler « décroissants ». Je crois que c’est en restant humble et ouvert que l’on peut prendre conscience que l’incarnation terrestre est une occasion pour une multitude d’âmes de se connaître en tant qu’amour en rapport avec les autres. C’est seulement en reconnaissant cela que l’on pourra proposer à ceux dont le mode de vie nous inquiète de nouvelles façons de consommer et de se déplacer.

Atelier Alternatives pratiques Pdf-distAtelier Alternatives Pratiques (PDF, 264.6 ko)
source : http://www.decroissance.info/Atelier-Alternatives-pratiques

@+

_________________
Les conséquences de ce qu'on ne fait pas sont les plus graves.
Marcel MARIËN 1920
Atelier Alternatives pratiques Ban_01
Revenir en haut Aller en bas
 
Atelier Alternatives pratiques
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Alternatives de vie :: Décroissance, alternatives au capitalisme ...-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser