AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-39%
Le deal à ne pas rater :
Huawei P30 Smartphone
395 € 649 €
Voir le deal

 

 police arrête les parents et laisse leurs enfants à l’abando

Aller en bas 
AuteurMessage
wapasha
Langue pendue
wapasha

Nombre de messages : 4560
Localisation : Pays des Abers
Date d'inscription : 30/04/2005

police arrête les parents et laisse leurs enfants à l’abando Empty
MessageSujet: police arrête les parents et laisse leurs enfants à l’abando   police arrête les parents et laisse leurs enfants à l’abando EmptyMer 3 Aoû à 17:25

altermonde.levillage- mercredi 3 août 2005
Bidonville de Vitry : la police arrête les parents et laisse leurs jeunes enfants à l’abandon

"Faire du chiffre" ! Voilà bien une harangue qui transforme des policiers en monstres ; voilà un slogan de marchand parfait pour oublier qu’ils procèdent à des rafles de sinistre mémoire...

C’est quoi la France ? Bof, n’en parlons plus, elle crève...

Jean Dornac


Citation :
Deux communiqués de Romeurope

1) Bidonville de Vitry : la police arrête les parents et laisse leurs jeunes enfants à l’abandon


Mardi 26 juillet une importante opération policière a eu lieu dans un bidonville situé en bordure de la Nationale 305 sur la commune de Vitry sur Seine.

Les forces de l’ordre agissaient dans le cadre d’une commission rogatoire pour des délits identifiés. Dans ce cadre, selon les informations qui nous sont parvenues, 18 personnes, dont une dizaine de mineurs ont été arrêtées pour vols, recels, mendicité agressive, motif devenu un délit depuis les lois Sarkozy.

Dans un premier temps, toujours le 26 juillet, les forces de l’ordre en ont profité pour contrôler la situation de chacun sur la régularité de leur séjour, et ce sont 30 personnes supplémentaires qui ont été arrêtées pour un motif d’irrégularité essentiellement en raison de l’insuffisance de ressource évaluée dans l’arbitraire le plus complet.

La nature de l’opération a donc été transformée en une véritable chasse aux sans papiers. Des enfants très jeunes, de 5, 7, 10 ans, dont les deux parents ont été arrêtés, ont été laissés à l’abandon sur le bidonville, sans que les services de l’aide à l’enfance n’aient pu intervenir comme le prévoit pourtant la loi. Ces arrestations ont été faites sans tenir compte de la situation de famille, ni des problèmes de santé, ni des projets d’insertion (école, titre des séjour en cours d’examen,.).

Dans un deuxième temps de fortes pressions policières ont fait fuir sans solution les personnes qui n’avaient pas été arrêtées. Résultat : mercredi 27 au matin le terrain était vide et l’après-midi, les caravanes et autres abris étaient détruits, rendant définitivement impossible la récupération des biens personnels de ces familles. (ndlr : ils ont dû apprendre ça pendant des stages en Israël, dirait-on - C’est l’un des jeux favoris des colonisateurs contre les Palestiniens.)

Ni le comité de soutien, ni les associations travaillant auprès des familles n’ont été avertis. Il leur reste la charge de retrouver les petits laissés sans parents et de chercher des abris introuvables à ceux qui sont n’en ont plus.

Le Collectif Romeurope

- dénonce le détournement de procédure qui, comme à Saint-Denis il y a quelques semaines, au prétexte de démanteler d’éventuels réseau de délinquance, procède en réalité à des arrestations massives. Il faut bien entendu faire le lien avec la scandaleuse politique des charters, déjà mise en oeuvre par le gouvernement, avec l’objectif de faire du chiffre, sans rechercher des réponses adaptées aux situations personnelles des personnes en question.

- dénonce les procédés indignes, inefficaces et pervers qui depuis quelques semaines à Montreuil, à Saint-Denis, au Bourget, à Villetaneuse (93), à Vitry (94) et encore aujourd’hui au Réaux (77), obligent les familles à quitter précipitamment leurs lieux de vie, les condamnant à l’errance dans un plus grand dénuement qu’auparavant

- demande un moratoire des expulsions pour que « l’éradication des bidonvilles » ne soit pas réalisée par des harcèlements policiers mais bien dans le cadre du projet du Conseil Régional Ile de France pour lequel il a voté un budget d’un million d’euros.

- demande qu’enfin de réels dispositifs d’accueil et d’insertion soient mis en place, en priorité par le droit au travail, pour que les familles qui ont fui les discriminations et le racisme dont elles sont victimes dans leur pays d’origine puissent obtenir la place à laquelle elles ont droit sur notre territoire.

Collectif national droits de l’homme Romeurope :

ALPIL (Action pour l’insertion sociale par le logement), ASAV (Association pour l’accueil des voyageurs), CIMADE (Comité intermouvements auprès des évacués), GISTI (Groupe d’information et de soutien avec les travailleurs immigrés), Identité rrom, LDH (Ligue des droits de l’Homme), MDM (Médecins du Monde), MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) Mouvement catholique des gens du voyage, Une famille un toit 44, URAVIF (Union régionale des associations voyageurs d’Ile de France)
Et les Comités de soutien de Fontenay sous Bois, Montreuil, du Nord-ouest parisien, de Saint Michel sur Orge, de Savigny-Lieusaint-Melun, du Val de Marne.
* * *

A Calais, ils font le même travail mais, plus malins, ils font réaliser la destruction des biens par le personnel de la CCI de Calais, sous surveillance policère et sécurité du port. Il est impossible de récupérer quoi que ce soit. Tout est broyé ou brûlé. Affaires de demandeurs d’asile ou pas. De l’argent est perdu à jamais.

Pour éviter tout commentaire négatif sur leurs actes odieux, les policiers et la sécurité ont pour ordre de dire que les couvertures et les vêtements sont contaminés. Imaginez qu’ils mettent une combinaison et des gants pour réaliser l’opération. J’ai même vu des jouets d’enfants jetés à la benne. Bien entendu, les acteurs n’apprécient pas que je les photographie en pleine action.

J’ai eu l’occasion de parler avec des employés, et des policiers du commissariat. Je me suis rendue compte que la préfecture et sa police diffusaient de mauvaises informations sur l’état de santé des réfugiés, qui seraient dangereux pour la population.

Je ne tombe jamais sur un contaminé. Et personne n’est capable de me citer une personne en particulier qui en serait victime.

Marie-Noëlle Gues
source : http://altermonde.levillage.org/article.php3?id_article=3349

@+

_________________
Les conséquences de ce qu'on ne fait pas sont les plus graves.
Marcel MARIËN 1920
police arrête les parents et laisse leurs enfants à l’abando Ban_01
Revenir en haut Aller en bas
 
police arrête les parents et laisse leurs enfants à l’abando
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UD] Laisse-moi entrer [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: De la relativité des droits et de la liberté :: Répressions et dérives-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser