AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -48%
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour ...
Voir le deal
68 €

 

 Pas de trève estivale entre le RTO et la mairie de Paris

Aller en bas 
AuteurMessage
wapasha
Langue pendue
wapasha

Nombre de messages : 4560
Localisation : Pays des Abers
Date d'inscription : 30/04/2005

Pas de trève estivale entre le RTO et la mairie de Paris Empty
MessageSujet: Pas de trève estivale entre le RTO et la mairie de Paris   Pas de trève estivale entre le RTO et la mairie de Paris EmptyLun 1 Aoû à 19:35

samizdat-1/8/2005
Pas de trève estivale entre le RTO et la mairie de Paris

Citation :


L’été s’écoulait paisiblement dans les espaces insertion : les sbires du département de Paris, croyant le RTO en vacances, en profitaient pour tenir des commissions locales d’insertion : ainsi mercredi dernier, pas moins d’une trentaine de Rmistes avaient vu leur RMI suspendu dans le 19ème. dans un excès de confiance qui devait leur couter cher, les travailleurs sociaux de l’espace insertion 10ème envoyaient même une convocation à une membre du RTO : souhaitant s’en débarasser au plus vite, ils commençaient d’ailleurs directement par la deuxième convocation, en plein mois d’aout, espérant ainsi pouvoir suspendre si la troisième restait sans réponse.

Bien mal leur en prit : ce sont une vingtaine de précaires qui envahissaient ce jeudi l’espace insertion.

Nous notons tout d’abord que nos remarques sur la littérature disponible dans ces espaces avaient porté leurs fruits : en effet, nous nous plaignions du fait qu’il n’était pas possible de trouver autre chose que le Figaro. Désormais, il y a aussi Madame Figaro, ce qui permettra aux Rmistes de lire des interviews passionantes de Laurence Parisot ou d’apprendre comment dépenser leur Rmi d’un coup en achetant un string Gucci.

Après ces passionantes lectures, nous transmettons nos demandes à la directrice de l‘espace insertion.

Elles concernent deux cas particuliers : d’une part, nous exigeons la signature d’un contrat d’insertion sur le logement, et pas sur l’insertion professionnelle pour une des rmistes présentes, d’autre part, un hébergement décent et une aide d’urgence, pour une autre allocataire qui a des problèmes de santé et dont le dossier traine.

D’autre part de manière plus générale, nous exigeons

- une explication sur la gestion des demandes de RMI des salariés démissionaires et des intermittents du spectacles : lors d’une précédente occupation de la Caf, nous avons en effet appris que leurs demandes n’étaient pas traitées par la caf mais par le conseil général, ce qui ralentit voire bloque l’attribution.

- nous voulons aussi connaître, en tant qu’usagers, la composition des CLI, leur dates de réunion et surtout leur compétence, puisque depuis la loi de décentralisation, c’est le président du conseil général et non plus le préfet qui les fixe.

La directrice de l’espace insertion fait appel à ses supérieurs de la DASES, ne s’estimant pas comptétente pour nous répondre : au bout d’une heure d’occupation, c’est donc Mme Lang, qui dirige l’ensemble des espaces insertion qui arrive et nous reçoit tous pour répondre à nos questions.

Sur l’insertion par le logement, le discours est toujours aussi ambigu : Mme Lang reconnaît par oral que des mal-logés peuvent effectivement signer uniquement sur le logement et qu’on ne peut leur imposer une insertion professionnelle, mais elle refuse de le mettre par écrit. Elle nous répond dans un premier temps que les RMIstes malades peuvent signer leur contrat d’insertion uniquement sur le suivi d’un traitement médical avant de se rappeler que la loi ne le permet pas. Par ailleurs, elle nous indique que les Rmistes sont dispatchés sur insertion profesionelle ou sociale selon des critères fixés par la DASES : ainsi si vous avez moins de 31 ans, vous êtes orientés systématiquement vers l’insertion profesionnelle, avant même de connaître votre état de santé, votre situation au regard du logement, ou vos souhaits.

Selon Mme Lang « la dases regarde si vous êtes vraiment à la rue » : Il y a des faux et des vrais SDF. Si un ami vous domicilie pour votre dossier CAF, la mention “ Chez monsieur untel ” figure sur votre dossier, le département considère que vous êtes logé et peut tout à fait vous contraindre a accepter un petit contrat de chaudronerie à l’autre bout de la banlieue.

Ce qui est interessant, c’est de voir que les travailleurs sociaux et même leur direction sont un peu plus remontés qu’il y a quelques mois contre l’équipe Delanoe : nous apprendrons ainsi, que lors d’une réunion de la commission paritaire et technique en présence de Gisèle Stiévenard (la chargée aux affaires sociale de la mairie de paris), les travailleurs sociaux présents ont refusé de commencer la réunion si le sujet du logement n’était pas abordé.

Concernant la composition des CLI, nous apprendrons qu’elles sont en plein renouvellement, notamment au niveau des associations qui y participent, mais surtout que la règle désormais applicable est de les faire présider par des élus ; selon la DASEs, cela vient d’une volonté de leur faire prendre conscience des problèmes notamment de logement…

En tout cas, sur le 10ème, c’est une Verte Mme Dubarry qui préside la CLI, et donc qui a décidé de suspendre trente Rmistes il y a quelques jours.

la discussion sera ensuite beaucoup plus tournée vers des questions de fond : la responsable de la DASES, reconnaitra notamment qu’en raison de l’obligation de convoquer en masse, on reçoit effectivement des gens pour rien (ainsi, l’allocataire pour laquelle nous sommes venues se rendra compte que ses RDV précédents n’ont servi à rien, le dossier est vide).Elle reconnaitra aussi, que l’insertion c’est forcément du travail précaire ou sous-payé puisque les formations longues qui permettraient de faire autre chose sont interdites aux Rmistes

Nous sommes ressortis quelques heures apres être entrés. Satisafaits d’avoir les deux rendez vous que l’on demandait, d’avoir encore enflé les frais de déplacements de la direction de la DASES, et de savoir que désormais des élus proches de nous veillent sur les Commission Locales d’Insertion

Source : AC-Forum
source : http://infoblog.samizdat.net/page.php?p=2450

@+

_________________
Les conséquences de ce qu'on ne fait pas sont les plus graves.
Marcel MARIËN 1920
Pas de trève estivale entre le RTO et la mairie de Paris Ban_01
Revenir en haut Aller en bas
 
Pas de trève estivale entre le RTO et la mairie de Paris
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: Travail, emploi et précarité-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser