AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -34%
Tondeuse homme Panasonic ER-SC40-K PRO
Voir le deal
99 €

 

 L’indécente joie de Nicolas Sarkozy

Aller en bas 
AuteurMessage
wapasha
Langue pendue
wapasha

Nombre de messages : 4560
Localisation : Pays des Abers
Date d'inscription : 30/04/2005

L’indécente joie de Nicolas Sarkozy Empty
MessageSujet: L’indécente joie de Nicolas Sarkozy   L’indécente joie de Nicolas Sarkozy EmptyVen 29 Juil à 13:06

altermonde.levillage- vendredi 29 juillet 2005, Jean Dornac
L’indécente joie de Nicolas Sarkozy

Il est des gens qui se font une joie du malheur et, implicitement, de la mort possible d’autres humains même si telle n’était pas leur intention. C’est le cas du ministre de l’Intérieur... C’est pire qu’affligeant, c’est honteux. Mais, évidemment, encore faut-il avoir une conscience claire pour ressentir la honte...

Citation :
Je fais allusion, bien sûr, au haïssable « charter scélérat » organisé mardi soir pour renvoyer chez eux un certain nombre d’Afghans, dans leur pays, estampillé pour l’occasion « démocratie sûre » selon les critères de Georges W. Bush, Tony Blair et Nicolas Sarkozy... Les deux premiers ont déjà beaucoup de sang dans leurs bilans de « pertes & profits », par rapport, bien sûr, à la nécessité impérieuse de faire du « chiffre ». Le dernier aurait-il donc hâte de les rejoindre dans son obsession maladive de cette même rage de vendeur ? On ne peut pas en douter, malheureusement !...

Il est dommage, et cette fois affligeant, que celui qui donne de tels ordres et se réjouit de leur exécution, n’ait pas la culture historique et psychologique suffisantes pour comprendre la résonance qu’ont ces « rafles », mais oui il n’y a pas d’autres mots, en nous. Ces « fournées » de malheureux qu’on expulse de nos pays trop riches, fatalement égoïstes, ne sont pas plus douces parce qu’au lieu du voyage en train on use d’avions.

Ce que ne comprend pas Nicolas Sarkozy, et ses éventuelles protestations n’y changeraient rien, c’est que les rafles qu’il organise avec « Tony le socialiste », rappellent à beaucoup d’entre nous, que ce soit parce qu’ils l’ont vécu ou parce que comme moi, ils l’ont appris de leurs parents et de leurs professeurs, les « rafles du Vel d’hiv »... Pas de rapport ? Oui, pas de rapport, mais uniquement dans le sens qu’il n’y a pas volonté de faire assassiner les « raflés ». Cependant, les irresponsables qui expédient les victimes en Afghanistan n’ont pas le droit de prétendre qu’ils ignorent les risques qu’encourent leurs victimes dans ce pays.

Et même s’il n’y avait pas de risques liés à l’état déstabilisé, politiquement dangereux, comme dans l’Afghanistan « libéré » par Bush, il reste, les maladies, ici le choléra, et la faim, l’extrême pauvreté. J’ai vu, hier matin encore, un titre qui annonçait qu’en Afrique, la pauvreté tuait plus que les conflits militaires et politiques. Or, lorsqu’on sait que 80% de la population mondiale souffre cruellement de l’égoïsme et de la voracité des 20% restant, c’est bien à la mort, une mort lente, dans laquelle la responsabilité de nos atroces « puissants » reste invisible, contrairement à la mort donnée par les militaires, que nos irresponsables politiciens envoient leurs victimes actuelles et futures. Alors, où est la différence avec les victimes du « Vel d’hiv » ?

e vous renvoie, concernant les risques encourus par les expulsés de mardi, pour ceux qui ne les auraient pas encore lus, aux articles suivants :
- La démagogie des charters, un renvoi imminent d’exilés Afghans vers Kaboul ?
- « Faire du chiffre » : Obéir à l’injonction ou résister ?
- Appel contre un charter européen pour Kaboul
- Stalingrad : NON AUX ARRESTATIONS ET AUX EXPULSIONS DE SANS-PAPIERS !!

La phraséologie du ministre

Nicolas Sarkozy, convaincu de devenir un « grand homme » par la souffrance imposée aux petits, aux pauvres, dans nos banlieues et ailleurs dans le monde, se targue, à demi mots, d’être l’instigateur de ces expulsions par charters de la mort. Il se vante même, le pauvre homme, d’agir au-delà des barrières politiques ! La vantardise et l’orgueil ne font pas bon ménage pour rester crédible. La mauvaise foi non plus. Car il oublie, le ministre indigne, qu’ici, en France, grâce à l’intense campagne contre le référendum, qu’une grande partie du peuple français a bien compris et retenu qu’il n’y a plus de partis socialistes en Europe. Entendre parler de personnages socialistes pour des individus comme Blair, Schrœder et Zapatero ou, bien qu’on n’en parle plus guère, de François Hollande, est évidemment insultant pour les grands socialistes qu’a connu l’histoire, mais au-delà, c’est à s’écrouler de rire. Le fait même que Nicolas Sarkozy parle de frontières politiques en désignant ces gouvernements « sociaux-libéraux » suffit à montrer ce qu’ils sont : des succursales néolibérales déguisées en officines socialistes. Il faudrait peut-être que Sarkozy relise le « petit chaperon-rouge » pour comprendre ce que je veux dire...

Dans cette affaire du « charter de la mort » et des nombreux qui sont appelés à satisfaire le besoin de « chiffre » de Sarkozy, nous pouvons « admirer » l’hypocrisie de ce genre de politicien, véritable catastrophe morale pour un pays comme la France.

Vous n’entendrez jamais Sarkozy appeler les choses par leur nom : L’exécrable expulsion devient dans son langage hypocrite : « une reconduite » ; c’est mignon, ne trouvez-vous pas ? On l’imagine, au pied de l’avion, à faire une superbe courbette devant les expulsés en leur disant : « Je vous en prie, vénérables Afghans, montez dans le bel avion que l’Etat français, dans sa bonté, met à votre disposition. Merci pour votre visite et bon voyage ! »
Eventuellement, lorsqu’il veut paraître un peu plus méchant, mais toujours dans le « politiquement correct », il parlera de « vols groupés d’éloignement de clandestins ». Pour un peu, il voudrait imposer l’image des oiseaux migrateurs en vols groupés...

Pour dissimuler l’acte abominable qui consiste pour un riche particulièrement égoïste à jeter à la rue un pauvre qui demande une miette, il faut, bien sûr, donner le sentiment que le riche en question ne l’est pas tant que ça. Par conséquent, notre manipulateur de langage et surtout de sens des mots, nous montre que la France n’a pas les moyens de payer, seule, les frais de ce voyage des expulsés vers l’enfer. Il faut donc « mutualiser les efforts financiers et politiques ». On aimerait connaître le nom de la « mutuelle » en question...
Qu’un pays comme la France, sous le gouvernement UMP, soit devenu l’image même du vieil avare et de l’antipathique misanthrope explique ce besoin de minimaliser les frais d’expulsion ; mais la « mutualisation » des efforts politiques, n’a qu’un sens ; celui de paraître moins abominable. Les criminels imaginent toujours que leur responsabilité personnelle est moins grande s’ils agissent en bande...

Après la leçon d’hypocrisie, il joue « l’Etat de droit »

Sans doute parce que sa propre politique d’expulsion des plus pauvres titille un reste de conscience, le ministre de l’Intérieur s’est senti obligé de rappeler que : « Les différents pays membres de l’Europe sont des Etats de droit et il est normal que dans les Etats de droit on fasse respecter la règle » ! Fort bien, mais lorsque ce politicien favorise par son choix idéologique du néolibéralisme la destruction des emplois des Français les plus modestes, en quoi respecte-t-il le droit, mais un droit qui ne soit pas de façade ? En rien, bien sûr ! De toute façon, dans son esprit et celui de ses complices, il est plus urgent de s’attaquer à l’horrible Impôt sur les fortunes qui risque d’enlever la cerise sur le gâteau de ses amis millionnaires ou multimillionnaires.

Mais, ce rappel à l’Etat de Droit, me ramène à nouveau 60 ans en arrière... Je ne peux m’empêcher de penser que Pétain devait dire et penser la même chose, lorsqu’il laissait rafler les Juifs, massacrer les résistants ou condamner à mort Charles de Gaulle. L’Etat de droit n’est jamais autant remis au goût du jour que dans les périodes où des politiciens indignes gouvernent.

Passons donc dans l’abject...

Nicolas Sarkozy a jugé que : « Si nous voulons développer l’intégration, si nous voulons maîtriser l’immigration, il faut que ceux qui sont victimes des filières criminelles qui utilisent la misère humaine sachent que nous ne sommes pas décidés à accepter cela. Nous raccompagnerons donc ceux qui n’ont pas de papiers ».

Ce ministre dont on se demande par quelle faveur il a obtenu son marocain place Beauvau, reconnaît que certains parmi les malheureux qu’il a expulsés, ont été victimes de filières criminelles. On s’attendrait, si ce ministre avait une quelconque valeur morale, un quelconque sens des réalités et de l’efficacité au-delà de ses discours musclés, à ce qu’il s’en prenne à ces filières criminelles. Mais il est bien connu que les « monsieur muscle » ont tout dans les biceps et rien dans la cervelle. Donc, Nicolas Sarkozy condamne et exécute les victimes et non pas les responsables des filières criminelles... C’est évidemment logique...

En conclusion, je crois que, dans une non-violence réaffirmée, forte dans notre détermination, nous devons, partout où nous sommes, radicaliser nos actions qu’il s’agisse de nos écrits, de nos appels, de nos discours, ou de nos actes sur le terrain.

Il y va, désormais, j’en suis convaincu, de la survie des droits de l’homme, de la survie de la notion de démocratie, de la survie de notre liberté à tous.

La mise à mort possible des immigrés trop pauvres pour avoir le droit de réclamer justice et droit, préfigure ce qui attend tous les citoyens pauvres, partout dans le monde, y compris dans les pays riches.


Nicolas Sarkozy, aujourd’hui, s’en prend, par opportunisme médiatique, aux étrangers et observez-le bien car ce n’est pas neutre, aux étrangers pauvres et musulmans. Les attentats à Londres se sont déroulés il y a une quinzaine de jours à peine. Il y avait donc urgence et opportunisme dans cette hâte indécente d’expulser une première charrette de condamnés, innocents, pauvres et musulmans.

Nous devons, pour la dignité et le droit à la justice des pauvres de tout pays, radicaliser nos actions !
source : http://altermonde.levillage.org/article.php3?id_article=3312

@+

_________________
Les conséquences de ce qu'on ne fait pas sont les plus graves.
Marcel MARIËN 1920
L’indécente joie de Nicolas Sarkozy Ban_01
Revenir en haut Aller en bas
 
L’indécente joie de Nicolas Sarkozy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Télécharger Le Pacte (Seeking Justice) 2012 [DVDRIP MD][FR] (Avec Nicolas Cage)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: Immigration et droit d'asile-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser