AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Bon plan ASOS : code promo de 10%
Voir le deal

 

 Nouvelle guerre au pauvres a alfortville

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

Nouvelle guerre au pauvres a alfortville Empty
MessageSujet: Nouvelle guerre au pauvres a alfortville   Nouvelle guerre au pauvres a alfortville EmptyLun 11 Juil à 22:13

Citation :

Nouvelle guerre au pauvres a alfortville

la chasse au pauvre semble être en medefo sarkozie le sport favoris des mairillons qu'ils soit pétainsto umpfn ou sociaux blairistes


Une ouverture collective et revendiquée de logements, ça dérange beaucoup ! Alors on se dépêche de foutre les mal-logés dehors...

Les squatters évacués à la surprise générale Alfortville

UNE SOIXANTAINE de policiers et de CRS et trois camions dedéménagement... Hier matin, à 9 heures, la préfecture du Val-de-Marnea fait évacuer l'ancienne maison de retraite Grünbaum-Ballind'Alfortville occupée depuis le 18 juin par une soixantaine demal-logés de la ville.

Une intervention policière qui survient seulement deux jours après la décision de justice de classe Une rapidité qui a surpris tout le monde. Mardi après-midi, le tribunal de grande instance de Charenton avait en effet exigé ledépart des squatters.

« Tout s'est passé dans le calme, commente un des occupants. Les CRS sont entrés dans la résidence munis de leurscasques et de leurs boucliers. Ils ont fait sortir les femmes, les enfants puis les hommes, soit une vingtaine de personnes.

Les autres étaient au travail. » Quelques instants plus tard, une fois les lieux sécurisés, les déménageurs ( et autres nervis privatisés ) entrent en action. Matelas, gazinières, réfrigérateurs, chaises... sous l'oeil de quelques badauds du quartier, tout le mobilier et tout l'électroménager apportés depuistrois semaines par les squatters sont sortis et entreposés sur letrottoir à la demande des occupants.

« Quatre familles se retrouvent à la rue »

« On les traite comme des bêtes, lâche cet observateur. Il auraitfallu prendre des précautions et leur trouver autre chose en attendantet ne pas les remettre à la rue. » Et c'est bien là tout le problème.

Selon le Comité chômeurs salariés d'Alfortville (CCSA), organisateur du squat, « quatre familles se retrouvent à la rue et quatre autres vont retrouver un logement plus qu'insalubre, avec des rats, descafards et surtout des risques de saturnisme ».

Pour Daniel Petri, conseiller municipal d'extrême gauche d'Alfortville et responsable duCCSA, « la seule réponse de la municipalité, c'est la force. Elle n'ajamais voulu négocier.

Ces familles sont en situation régulière, elles remplissent tous les critères pour obtenir un logement, et notammentfinancier, mais la mairie laisse pourrir la situation ». Hieraprès-midi, peu après l'évacuation, les squatters se sont rendusdevant l'hôtel de ville au cri de « recevez les familles sans logement ». Une demande refusée par la municipalité : « Nous n'acceptons pas de les rencontrer sous la pression, insiste-t-on en mairie. Nous géronsles demandes de logement au cas par cas. Il n'y a pas que cesfamilles-là.

Ce serait injuste sic qu'elles passent avant d'autres personnes qui sont tout autant dans le besoin. Le problème de logementest indéniable mais il n'est pas propre à Alfortville.

Surtout, le squat n'est pas la bonne réponse. Au contraire, cela complique le sortdes familles qui sont ballottées et prises en otages par le comité... » Hier soir, vers 19 heures, les squatters ont commencé à installer un campement pour passer la nuit devant la mairie.

sources Ac
anonyme a bas les maffieux umpfn
le 9/07/2005 à 01h53

http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=39186
Revenir en haut Aller en bas
 
Nouvelle guerre au pauvres a alfortville
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: De la relativité des droits et de la liberté :: Répressions et dérives-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser