AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Pourquoi je ne veux pas des JO...

Aller en bas 
AuteurMessage
wapasha
Langue pendue
wapasha

Nombre de messages : 4560
Localisation : Pays des Abers
Date d'inscription : 30/04/2005

Pourquoi je ne veux pas des JO... Empty
MessageSujet: Pourquoi je ne veux pas des JO...   Pourquoi je ne veux pas des JO... EmptySam 2 Juil à 19:25

altermonde.levillage- samedi 2 juillet 2005, Anaïs
Pourquoi je ne veux pas des JO...

Citation :

Cette candidature de Paris à l’organisation des JO de 2012 me révulse :

- parce qu’elle nous coûte atrocement cher. Pour sa seule candidature, Paris a voté un budget de 27 millions d’euros, auxquels il faut ajouter le million d’euros demandé par le maire de Paris pour la petite fête, ridicule, inutile et chère, organisée le 5 juin sur les Champs Elysées. [1]

- parce que si Paris obtient l’organisation des Jeux de 2012, ça va encore nous coûter très, très cher, et pour longtemps. Certaines villes olympiques n’ont toujours pas remboursé la dette contractée pour l’organisation des JO. C’est le cas de Montréal et de Moscou, qui ont accueilli les JO respectivement en 1976 et en 1980. La dette d’Athènes est elle aussi catastrophique. Les JO vont coûter une fortune (estimée à 6,2 milliards d’euros, mais il très possible que cette somme soit revue à la hausse) et vont transformer la « grande fête » sportive en une catastrophe économique.

- Parce que ces millions d’euros sont balancés par la fenêtre. La capitale manque cruellement de logements sociaux et de toutes sortes d’infrastructures sociales. Les quelques 28 millions d’euros de la candidature parisienne leur auraient été plus qu’utiles.

- Parce que le coût écologique est lui aussi exorbitant. L’augmentation du trafic va avoir des répercussions considérables sur l’environnement. La construction d’un stade va nécessiter l’abattage d’un hectare du bois de Boulogne. [2]

- Parce que si Paris « remporte » les Jeux, ce sera l’occasion d’exploiter, encore un peu plus, les travailleurs. A chaque préparation olympique, de nombreuses organisations pointent du doigt le traitement réservé aux salariés travaillant sur les installations olympiques : conditions de travail déplorables (manque latent de sécurité, horaires insoutenables,...), salaires dérisoires, précarité extrême,... Les partisans des Jeux, qui agitent fièrement aux yeux des opposants aux JO le nombre (estimé) d’emploi créés (on estime ce nombre à 42 000), se gardent bien de préciser que ces emplois seront essentiellement des emplois précaires (CDD, intérim,...). [3] Autre fait notable : Paris prévoit un recours massif au bénévolat.

- Parce que les arguments des défenseurs des Jeux sont nuls. Comme on l’a vu, les répercussions en termes d’emplois sont contestables. L’argument des gains escomptés concernant l’aménagement de la ville ne vaut pas mieux : de nombreux urbanistes s’accordent à dire que Paris n’a pas un besoin urgent - loin de là - de nouveaux aménagements, hormis bien sûr son important déficit en logements sociaux qui ne sera évidemment pas résolu par les JO (bien au contraire). Bertrand Delanoë nous promettait des « Jeux éthiques et solidaires ». Il est drôle. Les JO sont tout sauf ça.

- Parce que je déteste les tentatives d’embrigadement qu’occasionnent la candidature de Paris. Les médias tentent de nous convertir à la religion olympique, à coups de marteau-piqueur s’il le faut : spots publicitaires, reportages énamourés sur la candidature parisienne, ou encore, leur dernier amusement depuis une semaine, le décompte (ridicule) des jours restant avant l’attribution par le CIO de l’organisation des Jeux. Même chose pour la classe politique, réunie autour de « l’événement », qui n’hésite pas à nous inonder de pub, de tee-shirt, de pin’s et autres produits marketing et à s’illustrer par des déclarations d’une débilité profonde, comme quand les politiques (relayés par le « syndicaliste » Chérèque) traitent « d’irresponsables » les manifestants qui ont refusé d’annuler leur manif le jour de la visite du CIO à Paris (certains on même eu l’obscénité de leur distribuer des tee-shirt « Paris 2012 »).

- Enfin parce que les JO en eux-mêmes me dégoûtent. Je hais cette grande « fête » qui voit s’affronter les multinationales en tout genre (équipementiers, agroalimentaire, labos pharmaceutiques,...) qui, non contents de nous envahir avec leurs pubs et leurs produits (nuls et chers) seront quasiment les seuls à profiter des retombées économiques attendues. Je hais aussi ce culte du plus fort, les nationalismes qui s’exacerbent et la dévotion des médias à cette mascarade mercantile.

Voilà, juste une petite invite à résister au massif « Paris 2012 »...et aux JO en général !


[1] Ces coûts sont d’autant plus scandaleux qu’il s’agit seulement d’une candidature. La candidature de Paris pour les JO de 2008 (candidature qui a capoté) a elle aussi coûté plusieurs millions d’euros, pour absolument rien.

[2] La plupart des chiffres que j’utilise ici sont tirés du numéro 858 de Politis, semaine du 30 juin au 6 juillet 2005.

[3] Il serait d’ailleurs intéressant de connaître la part estimée de CDI dans ces créations d’emplois attendues.
source : http://altermonde.levillage.org/article.php3?id_article=3128

@+

_________________
Les conséquences de ce qu'on ne fait pas sont les plus graves.
Marcel MARIËN 1920
Pourquoi je ne veux pas des JO... Ban_01
Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi je ne veux pas des JO...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joyeuses fêtes de fin d'Année !
» Ce que femme veux, Dieu le veut
» Pourquoi je ne fais pas de secondaire
» [INFO] Pourquoi mettre à jour la ROM?
» Hello, pour mon retour, je veux rire !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: Le capital au pouvoir :: Autres-
Sauter vers: