Discutaction
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Antivirus NORTON 360 Deluxe – 3 Appareils ...
Voir le deal
4.99 €

 

 Non au colonialisme - au révisionisme - à la répression des

Aller en bas 
AuteurMessage
wapasha
Langue pendue
wapasha

Nombre de messages : 4560
Localisation : Pays des Abers
Date d'inscription : 30/04/2005

Non au colonialisme - au révisionisme - à la répression des Empty
MessageSujet: Non au colonialisme - au révisionisme - à la répression des   Non au colonialisme - au révisionisme - à la répression des EmptyMer 22 Juin à 14:19

altermonde.levillage-mercredi 22 juin 2005
Non au colonialisme - Non au révisionisme - Non à la répression des immigrés

Communiqué reçu de la CIMADE, publié avec son autorisation.

Citation :
Motions de l’A.G. de la Cimade

Réunie à Paris le samedi 18 juin 2005, l’Assemblée générale de la Cimade a adopté les deux motions suivantes :

Déclaration de l’Assemblée générale de la Cimade

18 juin 2005


Réunie à Paris le 18 juin 2005, l’Assemblée générale de la Cimade constate avec inquiétude la banalisation d’un discours public dans lequel l’étranger - ou celui que l’on considère comme étranger - est plus ou moins explicitement désigné comme responsable de tensions sociales et de situations de crise économique, que ce soit à l’échelle de la ville, du pays ou de l’Europe.

La Cimade exprime sa profonde déception quant aux récentes déclarations du Premier ministre et du ministre de l’Intérieur, liant étroitement les thèmes de la sécurité et de l’immigration choisie (l’insécurité et le chômage sous entendus de manière récurrente comme conséquences de l’immigration clandestine) et réaffirmant la volonté d’augmenter à marche forcée le nombre de reconduites à la frontière.

Le propos démagogique et les mesures administratives et policières qui l’accompagnent, ont déjà, ces deux dernières années, provoqué nombre d’effets pervers (arrestations et placement d’enfants avec leurs parents en rétention, entassement et conditions de vie déshumanisantes dans les lieux de rétention, examens et décisions précipités...).

La Cimade dénonce cet activisme spectaculaire qui tend à masquer une politique de l’immigration et de l’asile essentiellement « utilitariste », tant politiquement qu’économiquement. Cet activisme engendre des violences, des humiliations, des souffrances, injustifiées et injustifiables.

Le climat de suspicion générale pénalise injustement la vie quotidienne des populations résidentes, intégrées et spécialement les jeunes. La politique d’asile en France est devenue fortement restrictive, plongeant dans la clandestinité de nombreux réfugiés. La France utilise les règlements européens pour rejeter aux frontières nouvelles de l’Europe des réfugiés qui, du fait de ce refoulement, risquent d’être renvoyés de force dans le pays qu’ils ont fuit. La Cimade ne peut que s’élever contre les camps de rétention créés aux nouvelles frontières de l’Europe et contre les projets déjà avancés de camps dans les pays de transit, Libye ou pays du Maghreb.

Tout en assurant la défense des droits des personnes, la Cimade développera, prioritairement avec les Eglises et les associations partenaires, le travail d’analyse et de réflexion qu’elle a entamé ces dernières années sur les réalités des mouvements migratoires, leurs enjeux humains, éthiques et politiques.

Par cette réflexion et son service, la Cimade entend poursuivre l’interpellation critique auprès des autorités politiques sur l’impasse à laquelle conduisent des mesures essentiellement marquées par une volonté de restriction des droits, de répression, d’exclusion et d’utilisation des étrangers.

Par sa réflexion et son service, elle veut accompagner aussi cette interpellation critique de propositions, pour appeler à un regard fraternel sur l’immigration et appeler à d’autres pratiques, respectueuses de la dignité et de la liberté des personnes.
* * *

Réunie à Paris, le 18 juin 2005, l’Assemblée générale de la Cimade constate, à partir des faits suivants :

- loi du 23 février 2005 sur la réhabilitation du fait colonial ;

- projet de stèle à Marignane visant à réhabiliter « les combattants de l’O.A.S. » ;

- création du musée de la présence française en Algérie préalablement nommé « Musée de l’action civilisatrice de la France en Algérie » financé par la municipalité de Montpellier ;

la multiplication des démarches politiques révisionnistes qui visent à réhabiliter un système de domination raciste et qui ne pourront que susciter un climat de haine et de violence.

L’Assemblée générale de la Cimade détermine comme prioritaire la lutte contre l’expression de ce révisionnisme, et décide de mettre en place un groupe de travail sur cette question.

Elle mandate le Président, le Conseil et le Secrétaire général afin qu’ils saisissent immédiatement le Président de la République, le ministre de l’Intérieur et tous les parlementaires pour leur demander :

- l’interdiction de la pose d’une stèle à Marignane ;

- l’abrogation de la loi du 23 février 2005, abrogation demandée par un nombre important d’historiens et d’enseignants.
source : http://altermonde.levillage.org/article.php3?id_article=3051

@+

_________________
Les conséquences de ce qu'on ne fait pas sont les plus graves.
Marcel MARIËN 1920
Non au colonialisme - au révisionisme - à la répression des Ban_01
Revenir en haut Aller en bas
 
Non au colonialisme - au révisionisme - à la répression des
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: Immigration et droit d'asile-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser