AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Compte rendu de la 6e action des déboulonneurs de Paris...

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Compte rendu de la 6e action des déboulonneurs de Paris...   Mar 6 Juin à 0:40

Citation :

Compte rendu de la 6e action des déboulonneurs de Paris...

19h et une poignée de secondes… Vendredi 28 avril 2006. Angle de la rue de Rivoli et de la rue de l’arbre sec. Paris, 1er arrondissement. Une bonne octantaine de personnes sympathisantes convergent vers le lieu choisi pour notre 6e sacrifice publicitaire en espace public…
3 panneaux déroulants sous verre, enchâssés sous des échafaudages abîment notre regard, notre esprit, pour ne pas dire la planète : ces panneaux ne savent pas encore à qui ils ont affaire…

Dans un gentil désordre, tout le monde s’installe… Escabeaux, matériels papier et sono, pots ou aérosols de peintures : on se déploie, on déplie sur la surface du trottoir… Une petite table de fortune est installée avec des liasses de documents informatifs… L’ « auberge espagnole » devait être fermée : les boissons et collations que chacun-e devait ramener sont invisibles ! A croire que les temps changent : il semble que l’on préfère la tranche de vie à la tranche de pain. A moins que l’on préfère barbouiller
qu’être barbouillé…

Pendant qu’un des déboulonneurs commence à décrire au micro l’action qui commence à avoir lieu, les heureux barbouilleurs, dont une barbouilleuse heureuse, s’activent tranquillement sur les panneaux, en traçant de manière lisible à la peinture quelques mots parlants : « Limitons la publicité : 50 x 70, signé les déboulonneurs » ; « Pas de quartier pour la pub, pas de pub
dans mon quartier » ; « Travaille, consomme et meurs » ; « Publicité = viol mental »… Les marques sont soigneusement recouvertes…, des affiches de la taille de 50 cm par 70 cm, sont collées ainsi que des affichettes, avec dessins ou textes…

Des cyclistes de la police municipale ont stationnés en face, transmis leurs demandes d’instruction, et attendent les renforts : ils ne savent pas que nous sommes beaucoup plus impatients qu’eux ! Des prises de paroles se succèdent, pendant que se font des rencontres avec les passants. Puis, des paroles au micro sont offertes aux automobilistes qui s’arrêtent à notre hauteur, bloqués par le «feu rouge », pour connaître leurs réactions spontanées face à notre action, ou pour les mettre devant leurs contradictions d’automobilistes pollueurs cautionnées par le système publicitaire … C’est un festival : l’animateur s’en donne à cœur joie et fait éclater une bonne humeur générale…

Une voiture de police arrive enfin. Immédiatement, nous l’accueillons. Le médiateur police vient le premier à leur rencontre, pour les rassurer quant à nos intentions, et les barbouilleurs et finalement une large partie de l’assistance le rejoignent aussitôt. Les barbouilleurs présentent leurs pièces d’identité, d’autres personnes de l’assistance les tendent aussi.
Quelques unes sont prises par les policiers, mais devant cette collaboration inattendue, ils finissent par refuser les pièces. Ainsi, un barbouilleur, malgré son insistance répétée, son aérosol dégoulinant à la main, et trois tentatives successives et espacées, s’est vu refuser qu’on le contrôle, au prétexte qu’ils en avaient déjà assez en leur possession…

La policière qui mène l’entretien est détendue, souriante, nous demande combien de temps nous comptons rester là, et nous propose que nous en restions là en nous dispersant. Cela ne nous convient pas. Elle nous demande ce que nous préférons faire : si cela nous irait que nous partions, sans qu’il n’y ait de poursuites ou formule d’autres propositions inhabituellement conciliantes face à un groupe en flagrant délit de dégradation de biens privés…
L’un des barbouilleurs prend les devants et la parole de manière un peu sarcastique, en lui disant à peu près que « devant la paresse affichée par la police, nous souhaitons être interpellés, afin qu’elle travaille un peu », puis en le répétant à l’assistance au microphone. La contrariété s’affiche sur la policière si coopérative jusque là, qui poursuit alors son office, en lien avec la préfecture.

On entonne alors à l’unisson notre chant du barbouilleur, sur l’air du déserteur de Boris Vian. Tout le monde y met autant de cœur que de voix, et l’instant est véritablement vibrant, tellement l’espace sonore de ce beau quartier est bel et bien occupé…

Une voiture banalisée vient encore se garer sur le trottoir d’en face. Devant la lenteur de réactions des autorités, nous décidons de leur offrir un flagrant délit ! A portée de main et sous leurs yeux, nous nous en prendrons à un obstacle publicitaire à deux faces, ce que les publicitaires appellent dans leur jargon un sucette. Après concertation, et sous les commentaires pleins de vie et d’humour faits au micro du déboulonneur animateur, 4 barbouilleurs écrivent « obstacle publicitaire nuisible. 50x70».

Lorsque nous abordons la face verso, nous tombons sur une campagne municipale d’affichage en faveur de la lutte contre le sida. Voilà un cas intéressant, qui suscite polémique et mérite débat : barbouiller ou pas ? Si oui comment ? Nous organisons un débat et les prises de position se succèdent dans l’assistance (perception du public, contenu vs contenant, etc…), ainsi que des propositions d’inscriptions… Le débat est riche et très animé, mais toujours courtois, avec des positions affirmées et différentes.
La police, elle, est partie, et a rendu les pièces d’identité, et n’a laissé que l’équipe pas banale et néanmoins banalisée de la police de la préfecture… Ils disent attendre les renforts.
Finalement, on procède à un vote avec trois items : contre le barbouillage pur et simple (épargner cette affiche), pour le barbouillage brut (peu importe le contenu), pour un barbouillage pédagogique (contenu non visé mais critique du dispositif) et les abstentions. Le résultat est tellement serré qu’il est contesté. Il faut revoter et recompter, sans oublier celles et ceux qui étaient sur l’autre trottoir, et qui n’ont même pas voté par procuration… Dans notre joyeuse parodie, nous parvenons quand même à trouver un consensus (opéré à partir du décomptage : 22 voix pour le barbouillage pédagogique, 16 contre le barbouillage, 8 pour le barbouillage indifférencié, tout le reste en abstention et en non-inscrit…).
Nous inscrirons, sur la partie dessin, au marqueur large « cause légitime, mais dispositif trop grand : 50 cm par 70 cm ». Quelque soit le jugement du résultat (en terme de radicalité, d’efficacité ou de perception par un public néophyte ou averti), la consultation a permis une bonne discussion et une décision au consensus…

L’heure passant, et en arrivant à la réflexion que la police a décidé de laisser pourrir notre manifestation, quelles que soient nos provocations. Nous décidons de « nous » dissoudre, pour prolonger notre moment radieusement décalé et nos discussions sans fin dans un café voisin… Et discuter de la conférence de presse que nous donnons à la maison de la radio vendredi 3 mai, suite au procès en correctionnelle de deux déboulonneurs
montpelliérains le 27 juin. Et tergiverser sur l’inaction policière à
Paris…

La période d’essai de 6 mois est terminée. Nous pouvons maintenant passer à l’étape suivante, en divulguant le lieu le plus tôt possible.

Rendez vous vendredi 26 mai 2006 à 19h place de la République, terre-plein
central.

Réservez dès maintenant, faites passer le mot, ramenez du monde, communiquez sans restriction !


www.deboulonneurs.org

DÉSOBÉISSANCE CIVILE CONTRE LE SYSTEME PUBLICITAIRE

Le collectif des deboulonneurs persiste et signe !!
Un procès au Mans, une assignation au tribunal correctionnel le 27 juin 2006 à Montpellier, une dizaine de convocations au commissariat à Paris, et le collectif national des déboulonneurs poursuit sur la voie de la désobéissance civile. Les actions sont en train de se généraliser au niveau national (bientôt Lille et Toulouse, et de nombreuses villes sur les rangs : Bordeaux, Brest, Rennes, Montauban, Amiens, Strasbourg, etc…)

Réussirons-nous à nous faire arrêter et à avoir un procès ?
Après avoir sévi au cours de 6 actions, une nouvelle session d’actions simultanées contre le système publicitaire dans se tiendra à Paris, Rouen, Montpellier, le Mans, et Lyon.

Notre revendication?
Une taille maximale d’affichage de 50 cm par 70 cm, accompagnée d’une contrainte stricte de densité et de la suppression des panneaux lumineux, animés et energivores.
Pour marquer un coup d’arrêt à l’expansion du système, avoir un débat public et créer une brèche !

La tactique ?
La dégradation assumée et non-violente par barbouillage de panneaux publicitaires en public.
Cette action, contre l’invasion publicitaire de l’espace public, se répétera tous les 4èmes vendredis du mois (ou jours suivants), au niveau national, inlassablement, jusqu’à gain de cause…

Pourquoi ce choix?
L’inertie des pouvoirs publics face aux enjeux environnementaux et sociaux, face à la privatisation rampante de l’espace public, face aux lois bafouées, face au non-respect des libertés individuelles, justifie de passer au stade de désobéissance civile.

Contact : 06 99 06 22 88 et deboulonneurs.paris@no-log.org

Un aperçu de nos bienfaits : http://soutiendeboulonneurs.free.fr/

Mis en ligne par endehors, le Mardi 2 Mai 2006, 13:18 dans la rubrique "Actualité".

http://endehors.org/news/10473.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Compte rendu de la 6e action des déboulonneurs de Paris...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un compte-rendu-type : débriefing d'une partie de "Bolt Action" 18 juin 2016
» Compte-rendu journée du 16 février au centre social
» Compte rendu Chaos/Orques VS Empire/Breto
» [compte rendu] sortie montpellier
» Compte rendu déplacement RIH ce 13/01/2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: Le capital au pouvoir :: Publicité-
Sauter vers: