AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mouvement social : l'impasse

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Mouvement social : l'impasse   Sam 13 Mai à 20:08

Citation :

« MOUVEMENT SOCIAL »: L’IMPASSE
--> Matière à réflexion


La décision du Conseil Constitutionnel à propos de la loi sur « l’égalité des chances », reconnaissant sans réserve sa constitutionnalité puis, quelques jours après le « remplacement » du CPE par un « dispositif d’aides à l’emploi des jeunes » pose le problème de la stratégie de ce que l’on peut appeler le « mouvement social ».

Le Pouvoir a habilement réussi à figer la situation, « ni retrait, ni application »… puis à « retomber sur ses pieds » en « aménageant » la loi. Tout dans les termes, rien sur le fond.

Il a reculé, mais n’est pas pour mieux sauter ?

Le rapport de force entre le pouvoir, et ce que l’on appelle le « mouvement social » repose sur une donnée essentielle qui pèse lourd sur l’issue du conflit : l’inexistante expression politique de ce dernier.

LES DEUX LEGITIMITES

Incontestablement deux « légitimités » s’affrontent, et se sont clairement affronté dans ce conflit:

- une légitimité « officielle » qui est celle du pouvoir en place. Sur un plan du droit et de la procédure de désignation, il n’y a rien de contestable : le gouvernement de la France est légitime de même que toutes les décisions qu’ils prend – ce qui permet au pouvoir de dire en toute légitimité : «le pouvoir n’est pas dans la rue».

- une légitimité « non officielle » qui est celle de la rue. Sur le plan du droit, cette « légitimité » n’existe pas. Pourtant, dans certain cas, le Pouvoir ne peut l’ignorer.

Cette contradiction, que le droit ne peut reconnaître, montre concrètement les limites de la « démocratie représentative » : il ne peut, y avoir légitimité qu’en droit, mais pas en fait… et pourtant ! Il y a là un incontestable conflit de légitimité.

Ce n’est pas un problème nouveau. L’Histoire n’est que la succession de solutions apportées à cette question. Mais aujourd’hui qu’en est-il ? Que peut-il se passer ?

Le problème pour le pouvoir est de, tout en sauvant l’apparence de sa légitimité, en promulguant la loi, assumer et dépasser un rapport de force avec le mouvement social qui lui conteste de fait cette légitimité.

Dans l’affaire du CPE, le pouvoir n’a pas voulu donner l’impression de céder et dans un premier temps, en promulguant la loi, il a montré que « formellement » il ne cédait pas à la pression de la rue qui en demandait le retrait. Par une ridicule pirouette, mais avait-il le choix, il a promulgué une loi apparemment inapplicable puisqu’il n’en a pas demandé l’application ( ?)… et finalement en a « remplacé » une partie, l’article 8, par une autre.

Cette situation volontairement ambiguë, mais aussi résultat des rapports de pouvoir à la tête de l’Etat, met l’opposition politique et syndicale, ainsi que le « mouvement social » dans une position inconfortable, celle d’opposant à un pouvoir politique intransigeant et manipulateur qui donne l’apparence de la volonté de dialogue, qui joue le pourrissement de la situation tout en se réservant le droit de revenir ce sur quoi il n’a jamais cédé : la loi sur l’ « égalité des chances ».

Cette ambiguïté qui aurait pu apparaître comme une victoire des opposants à la loi a dans un premier temps renforcé les positions d’opposition. Pourquoi ? Pour deux raisons :

- les partis politiques et autres organisations qui ont la prétention de représenter le mouvement social ont senti la manipulation et veulent faire payer son impudence au pouvoir (49-3 au Parlement et syndicats ignorés) en lui faisant « perdre la face ». Il y va de leur stratégie politique, plutôt d’ailleurs politicienne : déconsidérer les candidats UMP en vue des prochaines échéances électorales.

- pour le « mouvement social », et en particulier les jeunes, le CPE a pris un sens beaucoup plus large que la simple loi « égalité des chances »… c’est toute la dynamique de précarisation qui est à l’œuvre dans notre société qui est pris pour cible… posant ainsi, implicitement, sinon explicitement, la question du sens de ce système.

Toutes les organisations politiques et syndicales ont fait leur le principe qui fait du pouvoir représentatif, le pouvoir légitime. Les premières, soutenues d’ailleurs par les secondes, au pouvoir, réaffirment ce principe. Dans l’opposition elles reconnaissent la légitimité de la rue à la condition que cette même rue les porte au pouvoir… d’où elles ne reconnaissent que le pouvoir « légitime ». La boucle est bouclée.

Ainsi la « rue » est manipulée par les unes et les autres avec pour seul objectif : l’accès au pouvoir des bureaucraties politiques.

DU SOUTIEN … AU CONTROLE

Toute possibilité d’initiative du mouvement social est parasitée par les « institutionnels de la politique ». En effet, les organisations politiques et syndicales s’arrogent de fait, le droit de la représentation et, ce qui est plus grave, de la négociation… Outre le fait qu’il s’agit d’un véritable « abus de pouvoir » au regard du mouvement social en lutte, elles n’ont aucune légitimité en matière de représentation. Cette situation induit, entre ces organisations, une concurrence et surenchère, sources de toutes les démagogies… Ainsi, et ce n’est qu’un exemple, le Parti Socialiste ose impunément se présenter comme le champion de la lutte contre la libéralisation de l’économie ( ???)…Ainsi, l’UNEF (manipulée par le PS), absente dans de nombreux lieux universitaires « parle et négocie au nom des étudiants » ( ?)…

Cette tendance à la monopolisation / confiscation du pouvoir dans le « mouvement social » par la Gauche n’est pas pour déplaire à la Droite et au Pouvoir. Pourquoi ? Parce que cette situation est une garantie du « non débordement » du mouvement sur des questions sensibles qui remettraient en cause les fondements même du système marchand… tant il est vrai et vérifié que la Gauche n’a aucune intention d’aller « trop loin » dans la contestation. Le contrôle du mouvement social par les différentes tendances de la « Gauche » (politiques et syndicales) le cantonne dans les limites de l’acceptable, commun à toutes les formations politiques officielles et par le système lui-même.

Les médias jouent un rôle essentiel dans cette mystification, en particulier dans le dévoiement du mouvement et l’orientation de son action vers la compromission et la capitulation. Ils valorisent systématiquement les « responsables de… » qui ne sont en fait que les représentants des bureaucraties politiques et syndicales… La base, les coordinations, c'est-à-dire l’élément, essentiel, moteur de la mobilisation, est systématiquement ignorée.

La négociation se fait alors « entre gens responsables », « entre gens de dialogue », c'est-à-dire entre gens qui acceptent les limites, les règles du jeu imposé par le système… Ce qui explique que le chef de la majorité parlementaire puisse appeler au téléphone au cours d’un week end l’ensemble des « responsables syndicaux » pour amorcer la sortie de crise,… sans se faire raccrocher au nez !

Le début de la liquidation du mouvement est ainsi enclenché.

QUE PEUT-IL SE PASSER ?

Rien que du très classique.

Le temps joue contre les opposants car la lente et laborieuse procédure mise en place par le Pouvoir n’a pour seul objectif que d’user les énergies et accroître les conflits entre grévistes et non grévistes… diviser pour régner… conflits complaisamment répercutés par les médias. Un mouvement social qui n’avance pas,…recule.

Qu’il y ai retrait (ce qui n’est pas le cas pour des raisons d’opportunité politicienne, mais aussi pour une question de principe) ou non de la loi sur « l’égalité des chances »…, même s’il y a « remplacement » de l’article 8, rien n’est réglé concernant l’emploi. C’est le cadre marchand de l’économie mondialisé qui va de toute manière déterminer les dispositions qui seront prises. Rappelons que le CNE, copie conforme du CPE, n’est lui pas du tout remis en question. Quel sens peut avoir une suppression du CPE si le CNE existe. ? La métastase CPE a été enlevée, pas la métastase CNE. La déréglementation du marché du travail va se poursuivre…

Le Pouvoir va négocier, éventuellement, avec les syndicats, une « nouvelle loi ». Pour la forme elle ne va faire aucune référence au CPE honni mais introduire des éléments « nouveaux » censés « aider à l’emploi » suivant la formule consacrée, autrement dit déréglementer… mais pas trop.

Le front syndical se fissure doucement, ce qui était prévu. Les syndicats vont négocier et finalement accepter, en ordre dispersé, « au nom du réalisme » et présenteront ça comme une « victoire par rapport à ce qu’était de CPE »…. « Il vaut mieux ça que rien,… » etc…

Chez les jeunes les scissions vont apparaître entre celles et ceux qui déclarent avoir obtenu ce qu’ils demandaient, le retrait du CPE, soutenus par les syndicats et partis politiques trop contents d’en rester là, et celles et ceux qui veulent aller plus loin, remettre en question le statut du travail dans notre société, passant pour cela pour des « extrémistes » et autres « jusqueboutistes »..

Entre temps la mobilisation générale aura cessé. Les vacances de Pâques seront arrivées. Les étudiants et les lycéens prépareront les examens… Les derniers bastions de résistance tomberont les uns après les autres alimentant les frustrations.

L’actualité passera, on parlera grippe aviaire, sport, catastrophes aériennes et incendies de forêts… A la rentrée de septembre, la cuisine électorale commencera et étouffera tout.

Si la Gauche passe en 2007 elle sera toute contente de trouver une loi sur l’emploi qu’elle n’aura pas besoin de faire voter avec les risques que cela comporte.

J’exagère ? Mais c’est comme cela, à quelques détails prêts, que ça c’est passé à propos des privatisations, du service public, de la protection sociale et des retraites.

[...]


http://endehors.org/news/10297.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Mouvement social : l'impasse   Sam 13 Mai à 20:11

(suite)

Citation :

LE DEFICIT STRATEGIQUE DU MOUVEMENT SOCIAL

Peut / pouvait-il en être autrement ?

Non ! Dans l’état actuel de la conscience collective on ne pouvait certainement pas espérer une autre issue. La situation politique est verrouillée par les partis et par l’incapacité collective à penser le politique autrement.

Une victoire dans ces conditions ne peut-être que partielle… une victoire sur le système marchand exige d’autres moyens politiques et une véritable stratégie… Ce n’est pas le cas aujourd’hui.

La situation est-elle désespérante, comme certains vont la ressentir ? Non. Il s’agit une bonne fois pour toute de prendre conscience de cette situation et ne surtout pas en conclure que c’est « chaque fois pareil » et que « l’on n’en sortira jamais ».

Indépendamment de la manière dont se termine ce conflit nous pouvons et pourrons … et devons en tirer des leçons. Il y va de notre avenir et surtout celui des jeunes et des générations futures.

Notre succès dans cette affaire est tout à fait relatif. Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, ce n’est pas le Pouvoir qui est, aujourd’hui et demain, dans l’impasse, mais le « Mouvement social ».

Ne rêvons pas, si rien n’est fait de notre côté, le scénario est écrit d’avance, certes pas dans le détail, mais dans les grandes lignes nous venons de le voir… Demain ce sera ce qui reste du code du travail, le salaire minimum, les conventions collectives, qui vont disparaître……L’essentiel pour les politiciens (confirmés ou en herbe) c’est que les apparences soient sauves.

Se pose alors la question de l’expression politique du « mouvement social », c'est-à-dire de la condition de son existence dans le champ du politique qui pourrait et saurait faire face à l’expression politique du Pouvoir en tant que défenseur et garant du système marchand.

Il est évident que tant que nous resterons dans la configuration politique actuelle, tous les acquis sociaux vont peu à peu disparaître, avec la complicité de nos « faux amis » de Gauche.

Ce qui manque au « mouvement social » c’est une logistique politique. Une révision complète de ses relations, souvent ambiguës, avec les bureaucraties politiques, un changement complet de ses relations avec le politique. En l’absence de celle-ci il se fera, une fois encore, confisquer le pouvoir, les initiatives, l’expression et finalement les décisions par les bureaucraties politiques qui agissent en fonction de leurs intérêts qui n’ont rien à voir avec les siens : voir la Gauche et la Droite quand elles sont au pouvoir.

Si la conscience sociale, politique du plus grand nombre, et en particulier celle des jeunes, croit au fur et à mesure de la dégradation des relations sociales, le pas n’est pas encore fait de se débarrasser des scories de « la » politique qui nous mène systématiquement dans l’impasse. Faire ce pas est un impératif historique absolu.

Penser à notre avenir c’est repenser l’action au présent.


Patrick MIGNARD

Pour aller plus loin dans le sens de « Que faire ? » voir :

« NE PAS CONFONDRE GAUCHE ET MOUVEMENT SOCIAL »

« ILS NE CEDERONT PLUS RIEN ! »

« SE REAPPROPRIER L’ECONOMIQUE ET LE SOCIAL »

« FORMES DE LUTTES EN PERIODE DE DECADENCE »

« SUR LES STRUCTURES ALTERNATIVES »

« DECADENCE » « TRANSITION »


Mis en ligne par Patrick Mignard, le Jeudi 13 Avril 2006, 08:29 dans la rubrique "Pour comprendre".

http://endehors.org/news/10297.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mouvement social : l'impasse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Expo photos : Photographies de Jazz en mouvement à Koekelberg
» Vitesse d'obturation pour figer le mouvement
» THE SOCIAL NETWORK
» des infos sur cette phase de lune raketa (en particulier sur le mouvement que l'on voit très mal) ?
» Mouvement raketa 2409 (nouveau pour moi), et a priori assez semblable à certains mvt vostok

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Général :: Sujets de fond-
Sauter vers: