AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Marée humaine à Los Angeles contre une loi sur l’immigration

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Marée humaine à Los Angeles contre une loi sur l’immigration   Lun 1 Mai à 2:49

Citation :

Marée humaine à Los Angeles contre une loi sur l’immigration



Entre 500 000 personnes selon la police et un million selon les organisateurs ont manifesté samedi à Los Angeles en Californie pour protester contre un projet de loi de réforme de l’immigration qu’ils qualifient de "raciste".

"Je n’ai jamais vu une manifestation de cette ampleur ici depuis des années". Même le sergent J. Baker de la police de Los Angeles n’en revient. Entre 500 000 personnes selon la police et un million selon les organisateurs ont manifesté samedi dans la mégapole californienne pour protester contre un projet de loi de réforme de l’immigration. Ces derniers jours, des milliers de personnes dont de nombreux membres de la communauté hispanique ont manifesté dans plusieurs villes américaines.

Javier Rodriguez, un porte-parole de la Coalition du 25 mars organisatrice de la manifestation, a expliqué qu’il s’agissait d’empêcher l’adoption de l’actuel projet de loi et de réclamer "une réforme humaine et juste sans caractère raciste". "Nous voulons qu’on nous respecte. Nous ne voulons pas d’une réforme qui nous criminalise", a fait valoir Nativo Lopez, président de l’Association politique mexicano-américaine.

"Amnistie pour tous"

Aux hispaniques sont venus s’ajouter d’autres groupes, des agriculteurs, des membres d’organisations religieuses, des ouvriers, des étudiants. Au son des trompettes et dans un climat festif et tranquille, une marée humaine a inondé les grandes avenues du centre de cette ville qui compte plus de 9,5 millions d’habitants dont 44,6% sont d’origine hispanique. Les manifestants, portant des drapeaux des Etats-Unis et de leurs pays d’origine, se sont approchés de la mairie dirigée par un hispanique d’origine, Antonio Villaraigosa, en scandant "amnistie pour tous".

Un quart d’ouvriers agricoles

Le Sénat à Washington doit se saisir la semaine prochaine d’un projet de loi sur l’immigration, qui divise profondément la majorité républicaine, entre les tenants d’une politique uniquement répressive et les partisans d’une légalisation des 11 millions d’immigrés clandestins. Ce texte prévoit notamment de "sévir contre les employeurs embauchant des travailleurs clandestins", ainsi que contre les passeurs et les gangs. Il prévoit aussi d’ériger une clôture sur de longs secteurs de la frontière avec le Mexique.

Le président George W. Bush a défendu samedi son projet de régulariser une partie des clandestins travaillant aux Etats-Unis. "L’Amérique est une nation d’immigrants, mais nous sommes aussi une nation de lois. Et nos lois sur l’immigration ont besoin d’être réformées", a-t-il déclaré. Plus de 35 millions d’hispaniques, dont de nombreux Mexicains, vivent aux Etats-Unis. 24% d’entre eux sont employés dans l’agriculture, 17% dans les services de nettoyage, 14% sont des ouvriers, selon l’institut de sondage Pew.

http://tf1.lci.fr/infos/monde/0,,32...





De : Los Angeles
lundi 27 mars 2006

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=24945
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Marée humaine à Los Angeles contre une loi sur l’immigration   Mer 3 Mai à 20:24

Citation :

USA - 1 million de "non" à la loi anti-immigration



Le 25 mars, entre 500.000 et 1 million de personnes ont rempli les rues du centre de Los Angeles pour protester contre la loi anti-immigrant HR4437, qui transformerait chacune des 12 millions de personnes sans-papiers résidant aux Etats-Unis en criminels tout comme n’importe qui aide les sans-papiers de quelque manière que ce soit. Les familles, les groupes de travailleurs, les groupes civiques, religieux et politiques sont venus en force à une manifestation principalement latino, dépassant les espérances de tous les organisateurs.

Les fonctionnaires de ville déclarent que c’est la plus grande manifestation qu’ils aient jamais vue. Cette marche s’inscrit dans la vague de nombreuses autres grandes manifestations contre cette loi, qui se sont déroulées à Chicago, à Washington, en Arizona et au Missouri. Après la manifestation massive de Los Angeles, les étudiants se descendus dans les rues les 27, 28 et 29 mars, où plus de 25.000 étudiants ont quitté l’école à Los Angeles, à San Diego, à San Francisco, à Houston, dans l’Utah, au Michigan et au Nevada pour protester la réforme anti-immigré.

Partout aux Etats-Unis des milliers de manifestants se sont rassemblés pour les droits des immigrés
C’était vraiment incroyable : je n’ai jamais vu le commencement de la marche, ni sa fin. Je n’ai pas entendu un discours et je n’a même jamais été au Loop où la marche était censée finir. Il y avait juste cette mer humaine dans les rues, allant dans la même direction avec le même objectif en tête : défaire la nouvelle loi draconienne contre l’immigration connue sous le nom de "l’Acte de protection des frontières, antiterroriste, et de contrôle de l’immigration illégale de 2005" (HR4437).

Le 10 mars, au moins 300.000 personnes ont arrêté le travail ou l’école et ont convergé au Chicago’s Loop pour protester contre cette loi, qui transformerait les ouvriers sans-papiers en "félons criminels aggravés", tout comme ceux qui les aident, tels que les prêtres et les infirmières (et les syndicalistes) le deviendraient pour "complicité" avec eux. La loi est passée à la Chambre des Représentants juste avant Noël, et est actuellement discutée au Sénat.

Bien que la foule était principalement latino, on pouvait également rencontré des contingents substantiels de Polonais, d’Irlandais, de Coréens, d’Arabes et d’autres communautés immigrées.

Les ouvriers d’usine, les laveurs de vaisselle, les charpentiers, les étudiants de lycée et même les petits commerçants ont marché deux miles du Parc des syndicats dans le Loop, en chantant "¡Si, puede de Se !" ("Oui, on peut le faire") et "¡El Pueblo Unido Jamas Sera Vencido !" ("Le peuple uni ne sera jamais vaincu"). Ils ont porté des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "Nous sommes l’Amérique", "Mon fils immigré mexicain est mort en Irak", "Je suis un laveur de vaisselle - pas un criminel" et "N’expulsez pas mes parents".

Plus de 100 usines de la région de Chicago se sont arrêtées ce jour-là parce que de nombreux ouvriers avaient dit à leurs patrons qu’ils projetaient de prendre leur congé pour "la grève", selon Jose Artemio Arreola de la Coalition contre le HR4437.

Ce jour-là, les couleurs prédominantes étaient cependant le rouge, le blanc et le bleu car les drapeaux américains étaient visibles partout. Il y avait même un petit groupe qui a insisté pour chanter "Etats-Unis, Etats-Unis". Etaient-ils ironiques ?, je me le demande. Il est certain que beaucoup de manifestants étaient désireux de prouver à leurs camarades américains qu’ils sont aussi patriotes qu’eux, et qu’ils veulent travailler, payer leurs impôts, élever leurs familles et participer au rêve américain. "Nous sommes la toute l’Amérique" et "Nous payons des impôts" étaient d’autres pancartes visibles.

Au rassemblement devant le bâtiment fédéral du parti démocratique local les bigwigs ont parlé à ceux qui sont réellement en mesure d’agir. Le gouverneur Rod Blagojevich, le maire "Little Dick" Daley, le sénateur Dick Durbin et les membres du Congrès Bobbie Rush et Luis Gutierrez ont tous dénoncé la législation en attente, rappelant que la ville de Chicago a été construite par des travailleur immigrés. Les employeurs sont indubitablement concernés par cette législation qui coupera dans leurs marges bénéficiaires en les privant du travail à bas-salaire ; quant aux politiciens, ils veulent ces voix latinos.

Un petit groupe des milices anti-immigrés des Minutemen de l’Illinois a tenu une conférence de presse à Grant Parkt à 10h00 heure du matin. Leur porte-parole, Rosanna Pulido, a déclaré : "Je me moque qu’il y ait trois millions de personnes dans la rue, s’ils sont illégaux ils n’ont pas de voix en Amérique." Quelle merde !

La Chicago GMB a approuvé la manifestation de protestation lors de notre réunion du 3 mars, à la demande de l’Union Latino. Malheureusement, nous ne pouvions pas mobiliser un contingent visible en un laps de temps aussi court. Un appel a été envoyé à notre mailing-liste pour nous rassembler au bord du Parc des syndicats mais quand je suis arrivé avec mon drapeau des Industrial Workers of the World (IWW), il y avait tellement de monde qu’il était impossible de retrouver n’importe quel autre membre. Plusieurs personnes, cependant, m’ont demandé ce que signifiait IWW. Quand je les ai informées que c’était les "Trabajadores Industriales del Mundo, mi sindicato", elles ont manifesté leur appréciation.

Le 10 mars était la plus grande des manifestations d’ouvriers dans l’histoire de Chicago. Depuis que 80.000 ouvriers ont descendu la Michigan Avenue en 1886 pour exiger une journée de travail de huit heures, il n’y a plus eu de telle manifestation de solidarité dans les rues de la Chicago. Quoiqu’il en soit, et de toutes les manières, c’était un mouvement conservateur, destiné à préserver pour cette nouvelle vague d’immigrés la chance d’accéder au rêve américain, un rêve apprécié par les générations précédentes. D’autre part, cette manifestation a montré chiffres en main la puissance potentielle des travaillleurs immigrés une fois qu’ils sont uni en une cause commune.

Si tout va bien les efforts destinés à organiser les travaillleurs immigrés à Chicago et dans les banlieues environnantes seront accélérés par cette démonstration de solidarité. Cela devrait certainement attirer l’attention des membres locaux des IWW sur la nécessité de renforcer nos contacts avec les ouvriers immigrés.

Des actions semblables se sont déroulées à travers le pays, dont entre autres un rassemblement le 7 mars à Washington, qui a drainé environ 20.000 ouvriers. Les membres des IWW de Philadelphie ont participé au second "paro" (arrêt de travail) de la ville le 27 mars, car les organisateurs ont délibérément programmé des manifestations lors des jours de travail afin de forcer les employeurs à reconnaître leur dépendance à l’égard des ouvriers immigrés.

D’après [Mike Hargis, Chicago IWW - Ouvrier industriel]

Au moins 14.000 étudiants de Los Angeles ont défilé pour protester contre la loi sur l’immigration
Le 27 mars, au moins 14.000 étudiants (pour la plupart hispaniques) de Los Angeles ont quitté leurs classes pour protester contre les plans draconiens de Washington au sujet de l’immigration illégale.

D’après les infos locales, des "dizaines de milliers d’étudiants" ont participé à la protestation qui partait des écoles de la deuxième plus grande ville du pays suite à la discussion du Sénat américain à propos d’une loi controversée sur l’immigration.

"Au moins 14.000 étudiants protestent dans les rues dans seule la ville de Los Angeles," a déclaré à l’AFP Monica Carazo, porte-parole du Los Angeles Unified School District.

De plus petites manifestations se sont déroulées dans un certain nombre de villes du pays, aussi bien au cours du week-end que le lundi.

Les élèves de Los Angeles ont continué à protester lundi par une marche. Au moins 21 écoles de la ville et de ses abords étaient concernées, incitant les fonctionnaires de l’éducation a fermé certains campus pour garder à l’intérieur les étudiants fâchés.

Mais ils ont sauté les barrières et ont marché dans les rues en brandissant les drapeaux américains et mexicains et chantant des slogans contre la loi sur l’immigration.

"Si nous ne quittons pas l’école aujourd’hui pour manifester, la moitié des élèves de l’école qui n’ont pas des papiers devront partir bientôt si cette loi passe, et ils ne reviendront pas, jamais," a crié Anita Benitez, étudiante à la Huntington Park High School.

Le département de police de Los Angeles a mis les officiers en "alerte tactique partout dans la ville", en raison de la vague de manifestations qui a concerné une foule d’au moins de 1.500 étudiants qui manifestaient devant l’hôtel de ville.

La loi décriée exigerait des employeurs qu’ils vérifient les numéros de sécurité sociale avec le Département de la sécurité nationale, elle prévoit également le renforcement des pénalités contre la contrebande immigrée et le durcissement des pénalités à l’égard des immigrés sans-papiers qui reviennent aux Etats-Unis après en avoir été expulsés.

Au moins 11 millions d’immigrés illégaux, principalement issus du Mexique voisin, habitent aux Etats-Unis et permettent à la machinerie humaine des villes américaines de continuer à tourner.

Source : NEFAC
Traduit de l’anglais par A voix autre.

Mis en ligne par Anonyme, le Dimanche 2 Avril 2006, 17:48 dans la rubrique "International".

http://endehors.org/news/10145.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Marée humaine à Los Angeles contre une loi sur l’immigration
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chaîne humaine contre le nucléaire
» Hommes bêtes contre Empire 2000 Pts
» Tour 3: Orcs & Gobelins contre Elfes-Noirs
» [Malraux, André] La condition humaine
» orks contre tyranide, l'occasion de tester des choses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Général :: Actualité :: Mars 2006-
Sauter vers: