AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Conflit à Durée Indéterminée ???

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Conflit à Durée Indéterminée ???   Sam 29 Avr à 23:27

Citation :

Conflit à Durée Indéterminée ???

Si nous devions qualifier l’évolution politique et sociale de ces dernières années, nous ne pouvons, sans nous tromper, qu’affirmer qu’elle est caractérisée par un véritable " coup d’état " social permanent. Les attaques de la classe dirigeante contre nos droits, acquis et nos conditions de vie, comme actuellement les attaques incessantes et implacables contre le code du travail - premier acquis et arme de défense du salariat - sont très bien menées car elles ont très bien pris en compte dans une large mesure ce qui se passe dans nos organisations syndicales, c’est à dire de la réaction du salariat face à la régression sociale permanente mais surtout de l’attitude de nos directions syndicales. La classe dirigeante accordera toujours une grande attention à toute l’évolution de la classe ouvrière organisée par rapport à son offensive. En fait leur analyse de l’évolution et des changements en cours dans les rapports de force est proche de l’analyse marxiste, pour des raisons parallèles, bien qu’opposée.

Pour avoir l’espoir de stopper leurs attaques, voir seulement de les ralentir, il faut des signes d’une résistance forte et unie au sein du salariat, tout signe d’un tournant massif et d’une élévation dans les luttes, tout signe de militantisme et de volonté déterminée de s’opposer à tout prix aux attaques incessantes, accroîtra les hésitations de la classe dirigeante à aller pour un temps plus loin. Inversement, tout développement de la division, de la passivité, de nos organisations syndicales, tout succès de la classe dirigeante qui ne soit pas suivi par une forte et énergique résistance ou contre attaque, toute indication montrant que malgré leurs discours, les directions de nos organisations capituleront à la fin devant les exigences de la classe dirigeante, tout symptôme de ce type convaincra la classe dirigeante que le prix à payer est moins élevé qu’elle ne le craignait et ne pourra que l’encourager à renforcer son arrogance et l’inciter à frapper plus fort, à aller plus loin. La classe dirigeante est très bien consciente que le salariat ne peut pas seul, lancer une contre-offonsive spontanée capable d’arrêter la régression sans ses organisations syndicales. Car même si une grève qui démarrerait après un appel bureaucratique, après une journée nationale d’action à l’appel des confédérations syndicales, et que les salariés s’en emparent, la prennent en main et la transforme en grève de masse, on atteindra vite les limites de la spontanéité. Une lutte se dirige quotidiennement et localement, mais il est indispensable d’établir une direction nationale et d’élaborer une stratégie. Mais surtout la classe dirigeante c’est très bien qu’il n’y a pas de grève étendue dans un desert syndical, de plus les organisations syndicales sorte épuisé des confrontations avec la classe dirigeante depuis l’épisode des retraites et qu’ont ils fait contre le CNE ?

Malheureusement pour la période actuelle c’est bien ce dernier constat que nous ne pouvons que faire, c’est bien cette dernière évolution des rapports de force qui l’emporte et la classe dirigeante elle, en est entièrement consciente !. Les organisations syndicales étant incapables de donner des suites sérieuses à leurs journées de mobilisation et de se rassembler pour stopper cette régression. Cette situation les place plus que jamais devant leurs responsabilités. Car si nos confédérations syndicales ne sont pas capables de présenter un front unique avec une stratégie et une perspective lisible, le crédit du syndicalisme risque bien d’en pâtir, de même si nos organisations syndicales restent empêtré dans des considérations de boutique, elle devront s’attendre à un jugement sévère du salariat.

Pendant que nous assistons à l’augmentation des phénomènes du chômage et de la pauvreté massive, de personnes sans logis, du développement de la précarité du travail, des Working poor (travailleur pauvre) comme les définissent les Américains, la répartition et l’augmentation des richesses continuent à être concentrer et accaparer par une minorité de nantis et de parasitaires de la société.

La précarisation du salariat se traduit par une généralisation de l’insécurité du marché du travail, de l’emploi et sur les postes de travail. Aujourd’hui, entrer dans le monde du travail, par un Contrat à Durée Indéterminée, c’est entrer dans le monde des « privilégiés », et conserver un emploi, même après un Contrat à Durée Déterminée ou par Intérim, tient du miracle.

Nous sommes actuellement dans une période, ou, pour rendre la définition de « précaire » conforme à la réalité et pertinente, il faudrait rajouter à la définition du dictionnaire : « Vagabond d’un marché du travail de plus en plus paupérisé. »

En France, le MEDEF peut se réjouir il ne cesse de remporter de belles victoires, Tous nos acquis sociaux tombent comme les feuille en automne, ils sont en train d’être éradiqués les uns après les autres. Ils nous dérobent tous ! nos retraites, notre sécurité sociale, nos allocations chômage, nos 35 heures. Ils bradent tous ce qui constitue à leurs yeux un " fardeau " et une entrave à la sauvegarde et à la progression de leurs profits : les services publics, les systèmes de protections sociales, les droits syndicaux. La grande braderie des gouvernements précédents continue et comme pour les soldes : liquidation totale !, tout doit disparaître !, tout doit être privatisé. Leur avidité est sans limite : hôpitaux, écoles, H.L.M. tout doit être vendu et répondre ainsi à la soif de nouveau profit qu’exigent les appétits du capital. Il est en passe d’obtenir satisfaction sur une de ses revendications essentielles : détruire le code du travail.

Rappelons-nous DU RAPPORT VIRVILLE

Le CNE et le CPE comme pour la réforme des retraites, sont des conflits annoncés, plusieur débat et rapport antérieurs avaient préciser les termes de la confrontation.

Au sujet de la précarité et du code du travail, tout a été clairement annoncé, par les gouvernements précédents de Raffarin avec le rapport Virville, pierre angulaire des lois futures pour l’emploi, enrichi par les 44 sommations du MEDEF, qui ont pour objectif ni plus ni moins la destruction du code du travail,

Tout y est explicitement écrit : dans ce rapport de 50 propositions on trouve le dessaisissement du Parlement de ses prérogatives législatives en matière de droit du travail, la mise sous tutelle des juridictions du travail, l’immunité patronale en cas de délit ou d’infraction, la subordination de la loi au contrat, la généralisation de la flexibilité et de la précarité des salariés, l’assouplissement des 35 heures et l’aménagement du temps de travail. Les mesures phares du rapport esquissent un bouleversement complet de la relation contractuelle, touchant à la fois la forme et au contenu du contrat de travail, sa durée, les conditions de sa rupture ou de sa modification, c’est à dire sapant la base du code du travail et annonçant la mort du CDI.

Ce rapport, comme bien d’autre qui ont suivis, a pour but unique la satisfaction des revendications patronales. Au cours de la négociation sur « la refondation sociale », le Medef n’a pas obtenu tout ce qui figurer parmi ses objectifs, qui se résumé à dire aux salariés : « Cultiver votre employabilité dont vous êtes seuls responsables, assumez- en le risque ! ». C’était tout le sens des 44 sommations du Medef, qui ont suivies le rapport Virville, elle exigeait et obtiennent la flexibilité accrue de l’emploi et du travail pour l’adapter aux fluctuations de la production et de la rentabilité du capital, ainsi faire supporter le risque de l’emploi par les salariés. Ils doivent donc devenir corvéables à merci, le MEDEF a obtenu de pouvoir embaucher ou jeter les salariés comme les spéculateurs achètent ou vendent des actions. Comme dans tous les pays industrialisés, la volonté de désintégrer le salariat comme collectif, comme classe, passe par la tentative de les ramener à un statut de « louage de services » qui existait avant l’essor du capitalisme industriel. Il obtient donc, tout simplement un retour aux XIX siècles, ou le « contrat de travail » était soumis au régime du « louage de service » de l’article 1780 du Code Civil. Laurence Parisot, remplaçante du baron Seilliere devenu l’honorable représentant de l’internationale du profit, souhaite la fin de toute référence à la durée légale du travail et la généralisation du contrat nouvelle embauche à toutes les entreprises : « les contrats atypiques doivent devenir la norme », « La vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail échaperait-il à cette loi ».

L’objectif de la classe dirigeante n’est pas de favoriser l’emploi mais de « libérer » les capitalistes de leurs obligations légales à l’égard des salariés. A travers les délocalisations et l’externalisation du travail, la sous-traitance et la précarisation, a travers l’exclusion des individus et le broyage du code du travail, il s’agit ni plus ni moins de renforcer la subordination du salariat à l’exploitation capitaliste. Et en effet, la précarité s’étend dans le monde du travail au rythme d’une pandémie. Tous les échelons du salariat sont touchés et les entreprises - publiques commes privés - érigent la précarité en véritable mode de gestion. Aucun secteur n’est épargné, même dans les secteurs les plus modernes de l’économie et pour les catégories de salariés les plus qualifiés, par exemple les chercheurs, les nouvelles formes d’exploitation de travaille génèrent de nouvelle forme d’insécurité. L’étude sur les conditions de travail du Ministère du travail (réalisée tous les 7 ans : 84-91-98-2005), révèle une très nette dégradation des conditions de travail depuis 1984, les salariés déclarant souffrir de formes d’activité pénibles et d’une grande exposition à des risques divers, sont d’une croissance fulgurante. Nous assistons actuellement à un éclatement du marché du travail et à son fractionnement. Le noyau de salariés à temps plein et à durée déterminée est de plus en plus restreint, même si le salariat reste toujours, pour le moment, majoritairement en Cdi. La couche des salariés précaires, le plus souvent très mal protégés, ne cesse de croître. Cette frange du salariat doit accepter des emplois aux normes détériorées en terme de salaire, de statut, de conditions de travail, de qualification et de droits. La précarité a connu un développement tel qu’il a contribué à la formation d’une classe ouvrière périphérique, surexploitée, divisée, et totalement désorganisé.

Avec ces nouveaux contrats, CNE et CPE, les contrats « atypiques » vont devenir de plus en plus la « norme » dominantes de recrutement de la force de travail, tandis que le recrutement sur des postes à temps plein et à durée déterminée restera de plus en plus minoritaire, avec toutes les conséquence qui en découlent : pour trouver un logement - 29,8% des SDF travaillent sous contrat précaire - faire un prêt, s’assurer une « stabilité », 24,6% du salariat est en contrat précaires et 58% d’entre eux ont des problèmes d’impayés. Il suffit de citer quelques chiffres, comme quoi ces nouveaux contrats ne déboucheront sur aucun emploi stable : 20% des fins de Cdd et fin d’intérim débouche sur un Cdi. 70% des contrats précaires sont des Cdd dont la moitié ne dépasse pas le mois. 60% des étudiants travaillent pour payer leur étude, 63% des diplomés sortent stagiares sans soldes. Pour la jeunesse, la précarité c’est leur réalité. Le dernier rapport sur la pauvreté en France (février 2006) indique : que 7 millions de personnes vivent avec moins de 774 euro par mois !

Nous dirigeons nous vers un Conflit a Durée Indéterminée ?

[...]


http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=24608
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Conflit à Durée Indéterminée ???   Sam 29 Avr à 23:27

(suite)

Citation :

POUR UN FRONT UNI

Face à la dégradation de nos conditions de vie, les salariés et la jeunesse font preuve d’une grande combativité. Les luttes sociales reviennent plus fortement sur le devant de la scène, même s’il s’agit d’actions et de mobilisations purement défensives. De ce fait il y a urgence à construire un front syndical unitaire et puissant face au Medef, à son gouvernement, face à leur détermination à imposer la régression sociale. Il est grand temps que nos organisations syndicales se préocupent sérieusement de répondre à ces attaques sans précédent depuis le régime de Vichy. Nos responsabilités, et notamment celle de la CGT, sont à la mesure de l’offensive patronale. Les luttes passées et actuelles attestent de la capacité de réaction des salariés et de la jeunesse, dés lors que les organisations syndicales s’investissent sur le sujet. Les mouvements sociaux actuels démontrent que la jeunesse et les salariés n’accepte pas la vie de précarité, de régression sociale et d’exploitation que leur impose le capitalisme. Ils sont exacerbés par les pressions, le harcèlement et le chantage qu’ils subissent au quotidien. Ils font preuve d’une combativité tout à fait impressionnante, la France est dans un état de grande fermentation sociale, il incombe donc aux directions syndicales de répondre à l’attente des salariés par le lancement d’une grève générale de 24 heures. Cette nécessité met clairement en relief la responsabilité et le devoir de nos directions confédérales à tous les niveaux.

Il est vital de s’opposer aux attaques de la classe dirigeante, particulièrement de leurs intentions de détruire le code du travail - symbole de lutte et de conquête du syndicalisme, ne l’oublions pas ! - par une riposte résolue, unie est énergique, par un combat pour défendre les droits et garanties qui encadrent le contrat de travail. Une grève unitaire et totale de 24 heures serait un puissant avertissement au MEDEF et à son gouvernement. Elle leur ferait clairement comprendre que les salariés n’acceptent pas la régression sociale. Si une telle réponse unie, résolue et énergique voit le jour, elle pourra avoir des réactions en chaîne qui changeront l’atmosphère revendicative dans le salariat et mettre à l’ordre du jour le règlement du contentieux revendicatif. Une réponse unitaire et énergique par la combativité et la confiance qu’elle exprime, entraînera de large couche du salariat derrière elle. Tout succès du salariat dans sa lutte contre la régression cimentera l’unité dans ses rangs par une vague d’adhésions, mais elle stimulera aussi le militantisme et la détermination du salariat dans sa confiance en lui et dans des solutions alternatives face à cette régression. Une riposte massive et unitaire de l’ensemble des secteurs public et privé, mobilisé autour d’une plate forme qui résume les revendications principales misent en avant aux cours des derniers mouvements sociaux renforcerait tous les salariés dans leur lutte contre la régression sociale. Une réponse appropriée par une grève de 24 heures, face à l’enjeu, est la seule façon que le terrain soit préparer pour une puissante contre-offensive du salariat dans son ensemble. IL faut en avoir la volonté et surtout, avoir à la tête de nos organisations syndicales, des dirigeants offensifs, déterminés et courageux.

Nous devons avoir aussi conscience que nous ne sommes plus dans le bon vieux temps ou par nos mobilisations de masse, grèves et même parfois la simple menace d’une action suffisait à arracher des concessions à la classe dirigeante et aux capitalistes. Aujourd’hui nos luttes ne sont pas l’espoir d’améliorer nos conditions de vie, mais la triste réalité et nécessité de lutter de façon permanente contre leur dégradation. Et il nous faut reconnaître, que malgré la mise en mouvement de toutes nos forces et de toute notre dépense d’énergie militante, nous sommes en train de faire une sérieuse série d’échec dans nos luttes et mobilisations.

L’ATTITUDE DE NOS ORGANISATIONS

Il arrive un moment ou il faut regarder les choses en face. Il devient maintenant nécessaire, pour faire face à cette agression tout azimut, d’amener une correction à l’action syndicale et à sa direction. Devant l’extrême gravité de la situation et la volonté manifeste de résister dont font preuve les jeunes et les salariés du privé comme du public, une riposte syndicale massive et d’envergure nationale s’impose. Les grèves courtes et les manifestations aux airs de Carnaval, ne sont plus suffisantes, il est indispensable et urgent que nos directions syndicales adoptent des méthodes de lutte plus sérieuse. Il faut tout de même reconnaître à ces réactionnaires une qualité de taille : ils sont pleinement conscients des intérêts de la classe capitaliste qu’ils représentent et défendent. Ils assument leurs responsabilités avec audace et mènent leur combat contre le salariat avec énergie et détermination. Peut-on en dire autant de nos représentants à nous ?

Il faut reconnaître que nos directions syndicales n’ont pas sérieusement pris la mesure de la détermination de la classe dirigeante à renforcer leur pression sur les salariés. Il semblerait même, qu’une trêve qui ne dit pas son nom, plane sur nos organisations. Ils sont aussi complètement en décalage par rapport à la réalité de ce qu’endurent et vivent de larges couches du salariat. Ils tendent à ce couper de couches entières du salariat et se trouvent de ce fait aspiré par la classe dominante. Il espère que le bon vieux temps de la collaboration de classe et du compromis qui les débarrassait de la pénible nécessité de mener la lutte reviendra. Et aujourd’hui leur fonction sociale et politique essentielle est de museler et de remplacer la lutte de classe intransigeante par des tentatives de conciliation à travers le « dialogue social », et ceci afin d’éviter des épreuves de forces décisives entre les couche sociales. Car si les confédérations syndicales aiment mobiliser « leurs troupes » le jour dit, elles apprécient beaucoup moins de courir après des salariés qui vote la grève reconductible. Pour les bureaucraties une seule obsession : faire rentrer le mouvement, cette marée montante, dans le « cour normale du dialogue sociale ».

Mais c’est impossible ! Dans le contexte actuel, leur prétendu politique « réaliste » de « dialogue social » ne peut mener que de défaite en défaite. Tout simplement parce que toutes issus au « dialogues » dépend du rapport de force qui s’oppose, de la détermination du salariat à faire valoir ses intérêts. Le seul « dialogue » possible pour les intérêts du salariat surviendra et se produira, mais qu’après affrontement, qu’après conflits tous simplement parce que le rapport de force le permettra. Toute l’histoire de nos importantes conquêtes sociales démontre une vérité essentielle : c’est que la négociation ( ou pour être à la page « le dialogue social ») a toujours suivie l’affrontement plus qu’elle ne le précedent et l’empêche. Cette formule creuse de « dialogue social » n’a d’autre fonction que de désamorcer les luttes sociales

Les ingrédients sont pourtant là, pour que les luttes dans l’unité gagnent en intensité et tendent à ce généraliser. Les manifestations de masse rassemblent de plus en plus de monde. Comment l’expliquer ? Certainement pas par l’habileté des organisations de ces manifestations, qui sont les premiers surpris de leurs succès ! La seule explication réside dans l’existence d’un fort mécontentement massif, dans tout le salariat et la population, qui attendait et attendent toujours de pouvoir s’exprimer. Aujourd’hui, la force motrice du combat, n’est plus pour l’instant l’espoir d’améliorer sa situation, c’est de façon croissante, la triste nécessité de faire face à la détérioration de ses conditions de vie. Nous étions par le passé à l’offensive, nous voilà maintenant acculé à la défensive. Nous sommes entrer dans une période ou une correction de l’action syndicale et de sa direction est plus qu’autrefois nécessaire, indispensable, mais surtout s’impose.

Le risque est grand si le salariat ne sent pas le sérieux de nos organisations syndicales et leur détermination a ce battre contre cette régression, si les secteur les plus combatif ne trouve pas dans leurs dirigeants le répondant à leurs volontés de lutte, si les dirigeants n’assument pas leur rôle de direction, de centralisation, d’organisation, d’amplification des luttes, l’ensemble des forces sociales risquent de retomber dans la rancœur, la résignation, entraînant un repli sur l’individualisme déjà bien présent. Pourtant c’est dans l’action collective que l’individualité s’affirme le mieux. L’individu est libéré des chaînes et des fers capitalistes ; il contrôle à ce moment sa vie, son destin ; il prend conscience de sa force et de sa valeur mais aussi de celles de ses collègues. Pour les organisations syndicales, l’enjeu est de taille. Leur crédit s’est effrité parmi les travailleurs, tant dans les catégories traditionnelles que dans les nouvelles couches de salariés comme les précaires de tout genre. Elles doivent prouver, si elles veulent rester les interlocuteurs privilégiés du MEDEF, qu’elles sont représentatives du monde salarial. Cette preuve, elles doivent l’apporter aux travailleurs par la recherche de l’unité d’action.

De : Pierre Pillot
mardi 21 mars 2006

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=24608
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Conflit à Durée Indéterminée ???
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Offre terminée.
» Conflit dans l'ordinateur...
» [AIDE] Conflit entre GPS et Bluetooth !!
» [AIDE] conflit carte SIM pendant la charge
» Les cycles ou séries que vous avez terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Général :: Sujets de fond-
Sauter vers: