AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Réalisons nos rêves

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Réalisons nos rêves   Sam 22 Avr à 18:37

Citation :

Réalisons nos rêves

Tout d’abord... le problème se limite t’il au CPE ? De toute évidence : Non. Peut-être est-il le dessein que la "cause" (la bonne) espère pour devenir conséquence, pour devenir conséquente. Dernier souffle sur un lit de braise qui n’attend qu’à devenir flamboiement. Catalyseur des mécontentements derrière une même revendication...

Ces mécontentements sont provoqués par de nombreuses causes, mais leurs visages présentent le même caractère. On peut, à juste titre, dire que le malaise provient d’un glissement insidieux, mais de plus en plus visible, de notre aspiration à l’idéal, à l’universalisme, aux "Droits de l’Homme"... vers un libéralisme économique dans lequel notre pouvoir se désagrège au profil de la "loi du marché". Cette analyse me semble juste, mais je vais aller un peu plus loin.

Nous manquons, me semble t’il, d’un idéal qui nous porte. Cet idéal, maintenant que nous sommes à l’heure de la mondialisation, devrait être de rendre tout le monde heureux. En effet, chacun d’entre nous aspire au bonheur, et comme le dit Victor Hugo : "Le bonheur veut tout le monde heureux". Postulat facile à énoncer. Mais postulat que nous n’avons pas la possibilité de mettre en œuvre. Pourquoi ? On peut se poser la question... nous avons des outils de production très efficaces... des méthodes performantes... des connaissances scientifiques très poussées... alors pourquoi n’arriverions nous pas à mettre en œuvre ce projet ? J’entends souvent, ça et là, que nous n’avons pas de projet d’avenir. Mais bien sûr que si... je viens de l’exposer : rendre tout le monde heureux. Idéal derrière lequel serait obligé de se ranger tous les dirigeants... y compris les pires despotes. Certains voudraient nous faire croire qu’il s’agit d’une utopie... moi je pense qu’il s’agit d’une nécessité.

Pour cela, les jeunes sont une grande chance pour notre société. Certes, ils sont complices, consommateur dans notre société consumériste, mais peut-être pas moins que moi, toi, nous, qui en avons pourtant conscience. Nous ne sommes plus acteurs dans notre société, tout au plus figurants, parfois spectateur, la plupart du temps carburant. La jeunesse est une chance car elle ne subit pas les entraves qui handicapent la plupart des adultes. Je pense notamment aux crédits à payer, à la nécessité de faire vivre sa famille, d’élever ses enfants... Les jeunes sont suffisamment libres pour s’insurger. Cela peut leurs permettre de prendre le devant de la scène sans attendre qu’on leurs donne le rôle. Certes, ils ne savent pas forcément pourquoi, mais ils ont le sentiment d’agir pour la bonne cause... et c’est juste. Les méthodes sont souvent maladroites, et l’issue est incertaine... mais l’enjeu n’en vaut-il pas la peine ? Cela, les jeunes ne l’analysent probablement pas de façon imparable (qui en est capable ?), mais ils le sentent.

Les jeunes bougent, et s’ils sont appuyés, ils ne lâcheront pas l’affaire. Mais cela ne peut suffire. Ils ne pourront aboutir qu’à une demi solution si nous ne rejoignons pas le mouvement. Je pense que les choses ont été trop loin pour que nous nous contentions d’un retrait du CPE. Arrêter le mouvement après cette concession serait une demi victoire... une demi défaite donc. Une dissolution de l’assemblée serait un danger à retardement, un pis-aller. Je pense donc que le gouvernement et le Président de la République doivent démissionner. Mieux, nous devrions les licencier... nous réaffirmerions ainsi le caractère démocratique de la France, et donnerions peut-être une impulsion qui pourrait franchir les océans. Ce licenciement de nos dirigeants, est totalement légitime. Chirac nous a trahi (Cf. discours d’investiture 2002), Villepin a explosé le compteur (100 jours largement écoulés) et Sarkozy ne respecte pas nos idéaux républicains en nous divisant sournoisement à travers le racisme notamment.

Après cela... l’inconnu ? Non. Il est de notre responsabilité de préparer l’avenir. Après la mise à la porte des incapables censés nous représenter, le président de l’Assemblée pourrait prendre l’intérim en attendant de nouvelles élections. Nous pourrions même peut-être en profiter pour changer de Constitution. Bien sûr, on ne peut pas espérer que l’économie se porte bien pendant cette période que j’appelle de tous mes vœux. Mais de toute façon, il ne faut pas espérer sortir d’un système que nous condamnons sans y perdre des plumes. Quel avenir ensuite ? Je n’ai pas d’idée précise sur ce sujet, mais il me semble que beaucoup de personnes se sont posés la question... je pense notamment aux alter mondialistes à qui la paroles serait enfin donné et qui pourraient nous suggérer des moyens de faire, non pas du commerce économique, mais du commerce utile. Beaucoup de pays, je pense à l’hémisphère sud, seraient heureux de participer au projet énoncé.

Voilà, je reconnais que je vais peut-être un peut loin, mais je crois qu’il est nécessaire de ne plus avoir peur de nos rêve et d’être audacieux... d’être fier par anticipation de participer à ce grand progrès du genre humain. Nous avons notre avenir entre nos mains... saurons-nous le saisir ? Faisons vivre nos rêves. Demain se joue aujourd’hui.

De : Mayrik
lundi 13 mars 2006

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=24193
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Réalisons nos rêves
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Général :: Sujets de fond-
Sauter vers: