AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Démantèlement du service public

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Démantèlement du service public   Lun 27 Mar à 17:33

Citation :

DEMANTELEMENT du SERVICE PUBLIC : INSTRUMENTS QUANTITATIFS et INSTRUMENTS QUALITATIFS

Instruments quantitatifs : L’ exemple de Fourmies (Nord)

Baisse catastrophique des moyens dans l’éducation


Dans le cadre de sa politique de "relance de l’éducation prioritaire" (REP), le ministre de l’Éducation nationale a fait connaître le 8 février les nouvelles mesures concernant les élèves les plus en difficulté. La nouvelle carte des collèges pouvant bénéficier de moyens supplémentaires a été diffusée sur internet. Fourmies ne s’y trouve plus !

Concrètement, deux collèges et la dizaine d’écoles rattachées, maternelles et élémentaires, soit plus de 1600 élèves, seront à court terme privés des moyens suivants : deux animateurs permettant d’alléger les effectifs en prenant un groupe en charge ; deux postes de coordonnateurs faisant le lien entre les écoles, les collèges, les associations et les différents intervenants ; classes à faible effectif ; crédits spécifiques (aux alentours de 6000 euros annuels pour les deux collèges) ; prime de REP pour les enseignants ; dotation en heures supplémentaires pour les collèges.

Ceci s’ajoute aux suppressions de postes déjà annoncées : 636 dans le Nord-Pas-de-Calais (3568 depuis 1998), dont quatre au lycée et collège Camille-Claudel à Fourmies, en attendant les chiffres pour les autres collèges et les fermetures de classes dans le primaire.

D’après de Robien, les critères retenus pour le nouveau classement REP, annoncé à grand renfort de publicité, sont à la fois scolaires et sociaux : nombre de familles relevant de "catégories socio-professionnelles défavorisées", taux d’échec aux évaluations nationales, retard scolaire, part de parents bénéficiaires du RMI, pourcentage de parents non-francophones. À Fourmies, l’ensemble de ces critères est largement rempli. C’est une des villes du Nord les plus touchées par le chômage et depuis longtemps. 7% de la population est au RMI, le taux de chômage officiel est de 25%. De plus, les licenciements et les fermetures continuant, le nombre de chômeurs va encore augmenter. Cette année encore, les Restos du Cœur ont du mal à satisfaire une demande sans cesse croissante. Il y a en revanche très peu de "parents non-francophones". Cependant, dans les familles les plus démunies, le langage, sans être non-francophone, est toujours une barrière pour la poursuite d’études d’abord, pour l’emploi ensuite. Rien que cela nécessiterait une aide spécifique. C’est le contraire qui est fait.

Ainsi on voit que les dotations bien insuffisantes accordées par le ministre à quelques quartiers en difficulté se font au détriment d’autres quartiers, tout aussi en difficulté. Les moyens accordés étaient déjà bien dérisoires face à ce qui serait nécessaire pour les enfants des quartiers populaires de Fourmies et environs. La suppression de ces moyens va leur rendre l’apprentissage scolaire encore plus difficile.

Instruments qualitatifs : la pédagogie d’Etat

S’il est généralement admis que le système éducatif (public et surtout privé ) contribue à la reproduction des inégalités sociales par manque de moyens, il est plus rare d’évoquer la contribution de la pédagogie officielle à la dégradation du service public : contibution du ministère de l’EN cautionnée par les pseudos-sciences de l’éducation, et bénéficiant de la mise-en oeuvre par les IUFM, les inspections, les rectorats, et même les associations de parents d’élèves (FCPE, PEEP) et certains "syndicats" (SGEN-CFDT, SE-UNSA). L’objectif est la mise sous tutelle de la liberté pédagogique des enseignants, la mise en cause de leurs statuts, et leur culpabilisation face à l’échec scolaire massif (dissimulé par les statistiques officielles), qui résulte à la fois des aspects budgétaires et des dogmes pédagogistes.

Conclusion :

Le budget d’Etat est l’instrument quantitatif du démantèlement du service public d’education. La pédagogie d’Etat en est l’instrument qualitatif. Les deux instruments sont complémentaires et servent l’ordre social capitaliste, que, pour ma part, je combats.

De : professeur
mercredi 1er mars 2006

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=23720
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Démantèlement du service public
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» plus de pub sur le service public
» Le camping municipal où j'ai les MO va changer de gestion
» Locataire/propriétaire
» Des nouvelles de mon camping .....
» Le probleme de la fin des navires de la marine nationale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: De l'enseignement ...-
Sauter vers: