AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Souscription Café rebelle et zapatiste

Aller en bas 
AuteurMessage
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Souscription Café rebelle et zapatiste   Mar 25 Oct à 17:48

Citation :

Café rebelle et zapatiste



Pour le pré-financement de la recolte, nous lançons dès maintenant la souscription pour le café qui sera livré en juin 2006.

Un Café Rebelle et Zapatiste

« Café du Chiapas cultivé de façon biologique et cueilli avec dignité »


Le 1er janvier 1994, date d'entrée en vigueur de l'Alena (Accord de libre-échange nord-américain), les sans-terre, les sans-voix, les « oubliés de toujours » que sont les Indiens, descendent des montagnes et, au cri de « ya basta » (ça suffit !), occupent plusieurs villes du Chiapas, Etat riche en ressources, où la population est la plus pauvre du Mexique. L'EZLN (Armée zapatiste de libération nationale) apparaît publiquement pour la première fois et, avec elle, tous les Indiens en lutte réclament la dignité, la justice et la démocratie pour tous, la reconnaissance de leurs droits et de leur culture.

Décidés à construire leur autonomie pacifiquement, sans chercher à prendre le pouvoir, et sur la base d'assemblées communautaires, les zapatistes s'organisent en communes autonomes. De nombreuses réalisations pour la mise en place d'une autonomie solide voient le jour - écoles, cliniques, coopératives, transports, agriculture, artisanat - dans une région où la plupart des paysans sont privés des services de base comme l'eau, l'électricité, l'éducation et la santé.

Au Chiapas, la lutte s'organise aussi autour du café : Mutvitz et Yachil, deux coopératives zapatistes

Mut Vitz, la « montagne aux oiseaux » en langue tzotzil, est une coopérative qui regroupe actuellement 643 cultivateurs de café, répartis dans 26 communautés de la région des Altos (les hautes terres) au Chiapas. C'est une « association de solidarité sociale » autogérée qui cultive le café selon des méthodes biologiques respectueuses de l'environnement.

Yachil Xojobal Chulchan, organisée de manière similaire, située également dans cette région montagneuse où l'on produit un des meilleurs cafés du Mexique, regroupe plus de mille producteurs autour de la commune de Polho, venant pour l'essentiel de communautés déplacées ayant dû fuir la violence.

Tous les membres de ces coopératives appartiennent à des communautés indiennes zapatistes en résistance. Ils sont victimes d'agressions régulières de la part des paramilitaires et continuellement menacés par un gouvernement décidé à éradiquer toute forme de lutte et d'organisation alternative.

Le marché du café : précarité pour les producteurs, profits pour les multinationales

Cultivé principalement dans les pays du « Sud » (Amérique latine, Afrique, Asie) par des petits paysans, et commercialisé par les grands industriels des pays du « Nord » (Nestlé, Philip Morris, Starbucks…), le café est le deuxième produit d'exportation mondiale derrière le pétrole. Si l'instabilité des cours du café, fixés dans les Bourses en Europe ou aux USA, n'assurent pas aux producteurs des revenus suffisants, cette crise profite aux multinationales du café qui, à l'inverse, enregistrent des bénéfices records. La mondialisation néolibérale, dont le seul but est d'augmenter les profits des entreprises, exploite le travail bon marché, maintenant les producteurs de café dans un cycle de pauvreté et d'endettement.

Les groupes de solidarité d'Europe et D'Amérique du Nord achètent par contre le café aux coopératives zapatistes à un prix supérieur à celui payé par les intermédiaires (appelés aussi les « coyotes » par les producteurs locaux !). A Paris, nous avons crée l'association Échanges Solidaires pour diffuser ce café par le biais d'achats solidaires. Il s'agit d'un café arabica, moulu ou en grains. Outre le prix d'achat supérieur payé au départ, les bénéfices sont entièrement reversés aux communautés zapatistes. Cet argent supplémentaire permet de fortifier l'autonomie de ces communautés. Elles peuvent commencer à diversifier leur production en y intégrant des cultures de subsistance - ce qui les rend moins dépendantes à la fois de la fluctuation des cours du café et du prix des matières de première nécessité - mais aussi développer et renforcer leurs systèmes autonomes de santé et d'éducation.

Afin d'éviter aux coopératives de devoir s'endetter en attendant le paiement de la récolte, nous leur pré-payons la plus grande partie de celle -ci au moment de la commande que nous allons effectuer d'ici à la fin de l'année. C'est pourquoi nous lançons une souscription.

Vos achats solidaires sont donc un geste essentiel dans la lutte contre la logique spéculative et la marchandisation de tous les secteurs de la société. Luttons ensemble, buvons du café zapatiste !

Bon de souscription pour achat(s) anticipé(s)

A retourner avant fin décembre 2005 à : CSPCL, 33, rue des Vignoles, 75020 Paris

Paquets de 250 g de café, 3 euros l'unité, disponibles en JUIN 2006

Nom……………………………………….... Prénom………………………..……

Adresse :…………………………………………………………………………………

Code Postal…………………. Ville…………………………………………

Courriel*………………..………………………… Tel*…………………..………
*Très important ! (pour que nous puissions vous prévenir quand le café arrive)

Je souscris pour………paquets (3€ l'unité, 5 paquets minimum) soit……….euros

Paiement effectué le ……/……/……. Par chèque bancaire à l'ordre de : Échanges Solidaires

Pour plus d'informations ou de bons de commande : cafesolidaire@no-log.org (Attention ! Changement de courriel)

anonyme article:44365 Echanges Solidaires
le 19/10/2005 à 16h43

http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=44365
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Souscription Café rebelle et zapatiste   Ven 27 Jan à 21:58

Citation :

Buvons du Café Zapatiste ! !
« Café du Chiapas cultivé de façon biologique et cueilli avec dignité »


Le 1er janvier 1994, date d'entrée en vigueur de l'Alena (Accord de libre-échange nord-américain), les sans-terre, les sans-voix, les « oubliés de toujours » que sont les Indiens, descendent des montagnes et, au cri de « ya basta » (ça suffit !), occupent plusieurs villes du Chiapas, Etat riche en ressources, où la population est la plus pauvre du Mexique. L'EZLN (Armée zapatiste de libération nationale) apparaît publiquement pour la première fois et, avec elle, tous les Indiens en lutte réclament la dignité, la justice et la démocratie pour tous, la reconnaissance de leurs droits et de leur culture.

Décidés à construire leur autonomie pacifiquement, sans chercher à prendre le pouvoir, et sur la base d'assemblées communautaires, les zapatistes s'organisent en communes autonomes. De nombreuses réalisations pour la mise en place d'une autonomie solide voient le jour - écoles, cliniques, coopératives, transports, agriculture, artisanat - dans une région où la plupart des paysans sont privés des services de base comme l'eau, l'électricité, l'éducation et la santé.

Au Chiapas, la lutte s'organise aussi autour du café : Mutvitz et Yachil, deux coopératives zapatistes

Mut Vitz, la « montagne aux oiseaux » en langue tzotzil, est une coopérative qui regroupe actuellement 643 cultivateurs de café, répartis dans 26 communautés de la région des Altos (les hautes terres) au Chiapas. C'est une « association de solidarité sociale » autogérée qui cultive le café selon des méthodes biologiques respectueuses de l'environnement.

Yachil Xojobal Chulchan, organisée de manière similaire, située également dans cette région montagneuse où l'on produit un des meilleurs cafés du Mexique, regroupe plus de mille producteurs autour de la commune de Polho, venant pour l'essentiel de communautés déplacées ayant dû fuir la violence.

Tous les membres de ces coopératives appartiennent à des communautés indiennes zapatistes en résistance. Ils sont victimes d'agressions régulières de la part des paramilitaires et continuellement menacés par un gouvernement décidé à éradiquer toute forme de lutte et d'organisation alternative.

Le marché du café : précarité pour les producteurs, profits pour les multinationales

Cultivé principalement dans les pays du « Sud » (Amérique latine, Afrique, Asie) par des petits paysans, et commercialisé par les grands industriels des pays du « Nord » (Nestlé, Philip Morris, Starbucks…), le café est le deuxième produit d'exportation mondiale derrière le pétrole. Si l'instabilité des cours du café, fixés dans les Bourses en Europe ou aux USA, n'assurent pas aux producteurs des revenus suffisants, cette crise profite aux multinationales du café qui, à l'inverse, enregistrent des bénéfices records. La mondialisation néolibérale, dont le seul but est d'augmenter les profits des entreprises, exploite le travail bon marché, maintenant les producteurs de café dans un cycle de pauvreté et d'endettement.

Les groupes de solidarité d'Europe et D'Amérique du Nord achètent par contre le café aux coopératives zapatistes à un prix supérieur à celui payé par les intermédiaires (appelés aussi les « coyotes » par les producteurs locaux !). A Paris, nous avons crée l'association Échanges Solidaires pour diffuser ce café par le biais d'achats solidaires. Il s'agit d'un café arabica, moulu ou en grains. Outre le prix d'achat supérieur payé au départ, les bénéfices sont entièrement reversés aux communautés zapatistes. Cet argent supplémentaire permet de fortifier l'autonomie de ces communautés. Elles peuvent commencer à diversifier leur production en y intégrant des cultures de subsistance - ce qui les rend moins dépendantes à la fois de la fluctuation des cours du café et du prix des matières de première nécessité - mais aussi développer et renforcer leurs systèmes autonomes de santé et d'éducation.

Afin d'éviter aux coopératives de devoir s'endetter en attendant le paiement de la récolte, nous leur pré-payons la plus grande partie de celle -ci au moment de la commande et le solde dès l'arrivée en France. C'est pourquoi nous lançons une souscription.

Vos achats solidaires sont donc un geste essentiel dans la lutte contre la logique spéculative et la marchandisation de tous les secteurs de la société. Luttons ensemble, buvons du café zapatiste !

Pour participer : http://endehors.org/news/9443.shtml

anonyme article:50038 zapatista
le mardi 24 janvier 2006 à 01h21

http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=50038
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FleurOccitane
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 5959
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Souscription Café rebelle et zapatiste   Lun 1 Mai à 3:00

Citation :

Un Café Rebelle et Zapatiste (SUITE)
--> « Café du Chiapas cultivé de façon biologique et cueilli avec dignité »


Lu sur Indymédia Nice : "Nous avions lancé au mois d’octobre 2005 une souscription pour l’importation solidaire du café de deux coopératives zapatistes, MutVitz et Yachil Xojobal Chulchan, située dans la région des Altos au Chiapas, dans les montagnes du sud du Mexique. Cette souscription nous a permis d’effectuer fin décembre une commande à ces coopératives.

Nous avons depuis reçu, courant janvier, un appel à solidarité de la troisième coopérative zapatiste, Yochin Tayel Kinal, située dans la région de Morelia et de Roberto Barrios, de création plus récente et de conditions d’accès plus difficile.

En effet, si la solidarité internationale a permis de commander aux coopératives Mut Vitz et Yachil des quantités suffisantes, ce n’est pas encore le cas pour la coopérative Yochin. Ils nous ont donc envoyé cet appel dont nous relayons quelques extraits : « Aux camarades des comités de solidarité,

Nous vous envoyons un appel afin que vous considériez avec le plus grand soin la possibilité de nous commander une quantité supplémentaire du café cultivé par les membres de notre coopérative. Avec les commandes que nous avons pour l’instant, nous ne pourrons sinon pour l’instant récolter et commercialiser le café de tous les membres de la coopérative.... ...Comme vous le savez, les « coyotes » font un travail à l’intérieur des communautés pour affaiblir et désarticuler les organisations comme les notres en leur assénant des coups politiques et économiques... ...Si des collectifs pouvaient répondre positivement à notre demande, cela serait très important pour nous.

Fraternellement

Les responsables de la coopérative »

Les « coyotes » (appelés ainsi par les paysans eux-mêmes) évoqués dans l’appel sont les intermédiaires locaux achetant le café pour le revendre aux multinationales des pays du nord (Nestlé, Starbucks...). Ils sont un outil central dans la guerre de « contre-insurrection civile » que mène le gouvernement mexicain pour détruire les strucutres zapatistes autonomes. Les « coyotes » spéculent sur le prix du café, essayant d’acheter la production avant qu’elle soit vendue aux groupes de solidarité et créer des dissensions à l’intérieur des coopératives.

La coopérative de Yochin a intégré cette année plusieurs centaines de producteurs de la région nord de Roberto Barrios. Il nous semble essentiel d’apporter la même réponse solidaire à cet appel que celles qu’ils ont eu vis à vis de ces nouveaux producteurs. Nous avons donc de notre coté lancé le projet d’importation d’un container au niveau européen. Chaque groupe important déjà du café, faisant l’effort d’importer une quantité supplémentaire.

Nous précisons que ce café n’est pas certifié bio. Les producteurs de cette coopérative sont en phase de transition et en sont à la deuxième année de celle-ci. Le café est donc quand même cultivé selon les critères de l’agriculture biologique. Il s’agit d’un café arabica, moulu ou en grains. Il est d’une qualité gustative au moins équivalente à ceux de Mutvitz et Yachil comme l’a montré la torréfaction d’un échantillon. Nous rappelons qu’outre le prix d’achat supérieur payé au départ, les bénéfices sont entièrement reversés aux communautés zapatistes. Cet argent supplémentaire permet de fortifier l’autonomie de ces communautés. Elles peuvent commencer à diversifier leur production en y intégrant des cultures de subsistance - ce qui les rend moins dépendantes à la fois de la fluctuation des cours du café et du prix des matières de première nécessité - mais aussi développer et renforcer leurs systèmes autonomes de santé et d’éducation.

Nous lançons donc cette nouvelle souscription, spécifiquement pour nous permettre d’importer le café de cette coopérative et répondre à leur appel.

Vos achats solidaires sont un geste essentiel dans la lutte contre la logique spéculative et la marchandisation de tous les secteurs de la société. Luttons ensemble, buvons du café zapatiste !

Bon de souscription ici

Mis en ligne par Patrick83, le Lundi 27 Mars 2006, 16:21 dans la rubrique "Actualité".

http://endehors.org/news/10060.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souscription Café rebelle et zapatiste   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souscription Café rebelle et zapatiste
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La montre du Forum Montres Russes [1ère tentative de souscription]
» pre-souscription d'insigne
» Souscription pour une radioroom ?
» La rebelle
» Et si ? ... Panini faisait de la souscription !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Suggestions d'actions :: Autres-
Sauter vers: