AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Démarchage des étudiants, OFUP hors des facultés

Aller en bas 
AuteurMessage
wapasha
Langue pendue
wapasha

Nombre de messages : 4560
Localisation : Pays des Abers
Date d'inscription : 30/04/2005

Démarchage des étudiants, OFUP hors des facultés Empty
MessageSujet: Démarchage des étudiants, OFUP hors des facultés   Démarchage des étudiants, OFUP hors des facultés EmptyMer 11 Mai à 13:27

bellaciao-mercredi 11 mai 2005
OFUP hors des facultés
Citation :
OFUP hors des facs
La fac de Nantes a viré l’OFUP. Pour savoir pourquoi, vous pouvez lire ci-dessous le dossier préparé par une commission de travail de notre syndicat (FSE Paris I). Au prochain CA de notre fac (17 mai), nous présenterons une motion pour les virer. Plusieurs sections de la FSE sont en train de mener la même campagne.

http://oxygenefse.free.fr

DOSSIER OFUP

Depuis de nombreuses années, les universités accueillent l’OFUP, une des seules entreprises privées autorisées à démarcher les étudiants et enseignants. Ce traitement de faveur administratif, inédit pour une entreprise privée, s’explique par le fait qu’à l’origine l’OFUP avait pour unique but de vendre des abonnements presse « à prix cassés » et offrait aux étudiants des emplois saisonniers.

Or, il y a cinq ans, le groupe OFUP a été racheté, par le groupe FIRSTREAM, qui a vu dans l’OFUP un moyen d’investir les milieux universitaires, par le biais de son réseau d’étudiants : ainsi, la vente de presse n’est plus qu’une vitrine pour vendre des produits plus lucratifs tels que la banque, l’assurance ou encore la téléphonie mobile. Elle a pour cela mis en place une stratégie de vente forcée et a établit une base d’adresses électroniques étudiantes collectées lors des souscriptions, qui lui permet ainsi de disposer d’un réseau de clients potentiel. FIRSTREAM ne se prive pas de revendre ces données à d’autres entreprises privées, qui ont ainsi un moyen de promouvoir leurs produits.

Il est donc clair que Firstream use de l’image a priori positive dont dispose l’OFUP auprès de l’éducation nationale et de ses usagers, pour investir un milieu protégé du démarchage abusif des entreprises privées. En tant que syndicat chargé de défendre les intérêts des étudiants, il est de notre devoir de dénoncer de telles pratiques et d ’exiger l’exclusion de cette entreprise privée aux méthodes scandaleuses.

En effet, il est urgent d’agir car FIRSTREAM a tout intérêt à investir les universités qui lui permettent de disposer d’un marché potentiel pour ses différents opérations commerciales, ainsi que pour ses différents partenaires, tout en exploitant les étudiants qu’elle embauche.

Tout d’abord, depuis 2001 FIRSTREAM, touche des commissions de la banque COVEFI, en imposant aux saisonniers qu’elle embauche l’ouverture d’un compte dans cette même banque. Il est stipulé dans les 2500 contrats de travail annuel contractés, que c’est la condition sine qua non pour percevoir tout salaire. La pratique est d’autant plus scandaleuse qu’elle est présentée dans les universités lors des réunions de recrutement (l’article 6 du contrat de travail d’un CDD stipule que le contractant s’engage à « ouvrir simultanément à la signature du contrat ou maintenir un compte bancaire auprès de la banque partenaire de l’OFUP, afin de permettre la gestion du règlement de rémunération,[...]et maintenir ce compte ouvert pendant toute la durée d’exécution du contrat ».)

Mais FIRSTREAM ne s’arrête pas là : depuis 2003 un système de parrainage a été mis en place. Il incite les saisonniers à faire ouvrir un compte similaire à leurs amis en échange d’une rémunération qui ne les commissionnent qu’à partir de la 10ème vente. De plus, elle a accompagné cette pratique par une commercialisation de la banque à l’université avec l’opération AXA Banque, pour laquelle 45 étudiants ont été recrutés sous le titre « consultant bancaire AXA ». Naturellement cette pratique a été soigneusement dissimulée sous couvert de l’habituelle vente de presse.

De même, FIRSTREAM a étendu ses partenariats commerciaux au sein de l’université puisque elle vend aussi des abonnements CANAL + (pour cette opération les saisonniers sont rémunérés 3 euros par vente ), et va même jusqu ’à « vendre » les murs des universités pour un affichage publicitaire aux entreprises telles que GILLETTE, ou L’OREAL, et embauche à cet effet des étudiants en CDI sous le titre de « diffuseur local »

Bien entendu les bénéfices engendrés ne profitent qu’à FIRSTREAM. Ainsi il est clair que FIRSTREAM ne vise pas à vendre de la presse universitaire. Elle le démontre une fois de plus par la profusion de son outil de paiement électronique via le net, le « FIRSTREAM PASS » (un moyen de paiement on-line) qui lui permet de collecter des réseaux clients, qu’elle peut ensuite revendre à des sites marchands en ligne ! Les étudiants sont donc incités à acheter tout et n’importe quoi sur Internet. On est loin des vertus pédagogiques de l’OFUP

Il semble donc logique que les responsables de centre OFUP (étudiants managers des facultés et lycées régionaux) soient obligés de collecter les adresses émail de tous les clients presse OFUP. Cette obligation figure même dans les contrats de travail CDD par le biais d’un objectif de 70% d’adresses émail qui entraîne la division de la rémunération variable par 2 s’il n’est pas atteint. Que dire alors de la consigne nationale visant à inciter les étudiants abonnés à payer leur revue sur Internet via FIRSTREAM

C’est donc en toute logique, que la technique de vente renforcée a été systématisée lors des inscriptions des nouveaux bacheliers. Le but est clair, vendre non pas un seul abonnement mais un pack de 4 abonnements (ce qui représente une valeur supérieure au prix moyen d’une inscription administrative universitaire )

Enfin, dans un souci de rentabilisation maximale, FIRSTREAM, a décidé de diminuer l’activité de vente OFUP dans les lycées de 2/3 et de délaisser les établissements isolés, trop coûteux en frais de déplacement

Naturellement ce manque à gagner sera compensé par une hausse des objectifs de vente dans les universités !

Bien entendu tous les objectifs énoncés, sont réaffirmés dans la stratégie commerciale prévue pour 2005

C’est donc sans aucune autorisation que FIRSTREAM investirait une fois de plus vos universités cet été durant les chaînes d’inscriptions (en juillet et septembre). Sous couvert d’un abonnement profitable à vos études, ils tenteraient de faire de nous une donnée commerciale ! ! La presse est un outil parfois nécessaire à nos études mais il ne doit en aucun cas servir de couverture à des opérations a but purement lucratif. De même, la difficile situation financière de bon nombre étudiants ne doit en aucun justifier une telle exploitation.

Motion pour le CA du 17 mai 2005

L’université, lieu d’études et de savoir, ne peut tolérer qu’une entreprise privée à but clairement lucratif démarche dans ses locaux. Or, malgré la vitrine présentable que permet la vente de presse, nous ne pouvons plus accepter que de tels agissements continuent. Il est du devoir de l’université de protéger les étudiants de tout démarchage, de rejeter tout intérêt privé mercantile au sein de ses murs.

C’est pourquoi nous réclamons l’interdiction de l’OFUP dans les locaux de l’université Paris.I.

De : oxigéne fse
source : http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=14793

@+

_________________
Les conséquences de ce qu'on ne fait pas sont les plus graves.
Marcel MARIËN 1920
Démarchage des étudiants, OFUP hors des facultés Ban_01
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Démarchage des étudiants, OFUP hors des facultés
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [INFO] Probleme hors forfait illimitics 3g+
» [AIDE] MicroSd Hors service aprés Flashage
» un nouveau hors série de Symboles et Traditions
» Vos ouvrages préférés (hors litt. anglaise)
» Truck & Tanks Hors-Série N°5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: De l'enseignement ...-
Sauter vers: