AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Appel du mouvement pour une rentrée sans marques

Aller en bas 
AuteurMessage
wapasha
Langue pendue
wapasha

Nombre de messages : 4560
Localisation : Pays des Abers
Date d'inscription : 30/04/2005

Appel du mouvement pour une rentrée sans marques Empty
MessageSujet: Appel du mouvement pour une rentrée sans marques   Appel du mouvement pour une rentrée sans marques EmptyVen 26 Aoû à 0:36

casseursdepub-25/08/05
Appel du mouvement pour une rentrée sans marques

Citation :
Appel du mouvement pour une rentrée sans marques 2005rsm

Appel du mouvement pour une rentrée sans marques 2005rsm-pic1 Les publicitaires, c'est comme les dealers, ils attendent les enfants et les ados à la sortie des écoles et des lycées. Ils savent très bien que plus ils prennent les jeunes tôt, plus il sera dur après pour eux de se désintoxiquer de la consommation.

Appel du mouvement pour une rentrée sans marques 2005rsm-pic2 A cause de la publicité, de plus en plus d'enfants sont malades de l'obésité. C'est ça le métier des publicitaires : rendre les jeunes accros aux marques et à la conso pour servir de grosses entreprises qui exploitent d'autres enfants à l'autre bout de la planète.

Appel du mouvement pour une rentrée sans marques 2005rsm-pic3 La publicité est interdite à l'école, ça n'empêche pas les publicitaires de chercher par tous les moyens à y entrer. Alors, en avant la chasse à la pub! Placarde cette affiche dans ton école. Organise des débats avec tes copains, tes profs, tes parents. La pub il faut lui résister.

Appel du mouvement pour une rentrée sans marques 2005rsm-af-pe
Télécharger l'affichette (jpeg - 1,5 Mo)
Télécharger l'affichette (pdf - 1 Mo)


Appel du mouvement pour une rentrée sans marques 2005rsm-af-nb-pe
Télécharger l'affichette (jpeg - 1,5 Mo)
Télécharger l'affichette (pdf - 1 Mo)

Appel du mouvement pour une rentrée sans marques

Le mouvement pour une Rentrée sans marques appelle pour la sixième année consécutive les parents, les enseignants et les jeunes à refuser le racket commercial dont les élèves, leurs familles et les profs sont de plus en plus victimes.

Les exemples de la main-mise des entreprises sur l’école sont malheureusement toujours aussi nombreux : tapis de souris publicitaires à l’occasion de la campagne « Sur la toile, méfie-toi des pièges », « Tour de France des collèges » par la société Calysto pour expliquer le bon usage d’Internet, incitations à contracter des emprunts auprès des banques pour acheter du matériel informatique lors de la campagne « portable étudiant à un euro par jour », développement des offres pédagogiques par Disneyland et son département éducation, prise en charge de collégiens de ZEP par des entreprises comme Pinault-Printemps-LaRedoute, soutien de SFR-Cégétel à des élèves notamment des filles d’origine immigrée issues de zones sensibles pour leur permettre d’intégrer les écoles d’ingénieurs en télécommunications, etc. La pénétration de la pub dans l’école permet de changer le contenu de l’enseignement et rend possible le transfert des responsabilités de l’Etat, puissance publique, vers les grandes sociétés capitalistes privées.

Fait nouveau, ces techniques de marketing ont été, cette année, mobilisées aussi dans un but ouvertement politique. L’école publique a été littéralement victime d’une formidable propagande d’Etat à l’occasion de la campagne pour le référendum sur le Traité constitutionnel européen : les bibliothèques scolaires ont été abreuvées de brochures, de cassettes vidéos, etc. On a même distribué dans les cantines 2,2 millions de serviettes logotisées, etc. Les mauvaises langues ne manqueront pas d’établir un lien entre cette logotisation des serviettes et la « lobotomisation » de nos enfants par la pub et la télévision.

La résistance s’organise et depuis un an, notre mouvement s’internationalise : le rapport de force progresse. Notre pétition, lancée l’an dernier, a reçu près d’un millier de signature et a été relayée par l’association ATTAC et son « Manifeste pour l’annulation du code de bonne conduite des interventions des entreprises en milieu scolaire». Nous sommes toujours plus nombreux à refuser que les enfants servent de supports à des opérations publicitaires et que l’école ouvre un pont d’or aux entreprises. Notre mouvement exige toujours l’abrogation de la circulaire Lang qui permet de faire entrer par la fenêtre la publicité qui demeure officiellement interdite par la porte. Cette circulaire du gouvernement Jospin est conservée pieusement par les gouvernements Raffarin et de Villepin, preuve que, sur ce terrain, nos amis productivistes de gauche comme de droite veulent de concert enrôler nos enfants dans la société de consommation.

Le mouvement pour une Rentrée sans marques appelle les jeunes à se démarquer en refusant de marcher au pas des firmes multinationales. Il faut refuser tout autant la surconsommation que la dictature des logos. Nous devons habituer nos enfants à la simplicité volontaire et à une vie sobre, ce qui passe pédagogiquement par le boycottage de produits de marques. Nous appelons aussi à soutenir toutes les initiatives pour bouter le marché hors de l’école. L’heure est venue de poursuivre collectivement la réflexion sur quelle école nous avons besoin pour décoloniser l’imaginaire de nos enfants et avancer vers une société de décroissance équitable.

Paul Ariès,
auteur du Petit Manuel anti-pub, éditions Golias, 2004


Lettre-pétition à adresser à son député

Pour trouver votre député : www.assemblee-nationale.fr ou 01 40 63 60 00
Télécharger la lettre au format word
Télécharger la lettre au format pdf

Pour l’abrogation du « Code de bonne conduite des entreprises en milieu scolaire »
Pour une initiative parlementaire protégeant les enfants des agressions publicitaire


Madame la Députée, Monsieur le Député,

L’Assemblée nationale avait dès 1936 proclamé l’interdiction absolue de toute publicité à l’école. Ce principe protecteur de l’enfance a été sans cesse réaffirmé témoignant ainsi de l’existence d’un véritable consensus national sur cette question. Le ministère de l’Education nationale a publié, au BOEN n° 14 du 5 avril 2001, la circulaire n°2001-053 intitulée «Code de bonne conduite des interventions des entreprises en milieu scolaire». Ce texte qui introduit la notion contestable de «neutralité commerciale» a permis de multiplier les interventions des marques dans les écoles : kits pédagogiques, jeux-concours, sponsoring, etc. Beaucoup de députés de droite comme de gauche ont interrogé les ministres successifs sur le risque de violation du principe de «neutralité scolaire» que crée le flou de cette circulaire administrative. Le Conseil d’Etat a cependant conclu à sa légalité (2 novembre 2002).

Seul le dépôt d’un nouveau texte de loi permettrait de créer un vaste débat national sur la meilleure façon de protéger les enfants des agressions publicitaires notamment à l’école. Veut-on que les élèves français soient obligés demain comme aux Etats-Unis de regarder tous les matins un programme de publicité dans les classes ? Acceptera-t-on que l’on fixe des objectifs de vente de boissons ou autres produits sous prétexte de réalisme économique et de partenariat avec des entreprises ?

L’école doit rester un lieu d’apprentissage à l’autonomie et à la citoyenneté ce qui suppose que l’on protège les enfants des appétits des firmes mais aussi de leurs propres pulsions consommatrices qui les conduisent à s’enfermer dans des «identités de marques» et à surconsommer des produits dangereux.

L’école n’a pas à se faire le vecteur d’une monoculture de la consommation en tolérant en son sein la présence de marques et de publicités. Ces dernières véhiculent des «valeurs» et des comportements qui ne sont pas ceux de l’école puisqu’ils sont fondés sur une logique de l’«avoir» et du «paraître» contraire à la primauté de l’«être» qui régit encore l’école. Nous sommes convaincus que la façon dont la société répondra à la menace que représente l’introduction des marques et de la publicité à l’école déterminera sa capacité à défendre une conception républicaine de l’enseignement.

Dans l’espoir que la représentation nationale légifère au plus vite pour assurer la protection des élèves face à toutes les formes d’agressions publicitaires en milieu scolaire et péri-scolaire, nous sollicitons votre appui pour notre demande d’abrogation de la circulaire du 5 avril 2001 et de retour à l’application de la note de service n° 99-118 du 9 août 1999.
source : http://www.casseursdepub.org/

@+

_________________
Les conséquences de ce qu'on ne fait pas sont les plus graves.
Marcel MARIËN 1920
Appel du mouvement pour une rentrée sans marques Ban_01
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Appel du mouvement pour une rentrée sans marques
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une petite Vulcain Squelette sans prétention...
» Quelle fin pour Ririn, Claude & Nova ?
» aide pour la matiere ?? ca coupe ou pas ???
» Corde a sauté
» [INFO] Quel forfait choisir ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: Le capital au pouvoir :: Publicité-
Sauter vers: