AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 de l'abrutissement général.

Aller en bas 
AuteurMessage
wapasha
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 4560
Localisation : Pays des Abers
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: de l'abrutissement général.   Jeu 5 Mai à 12:32

un amis agriculteur venant prendre le pastaga with me, n'a paspu s'empecher de me parler de tv tellement il etait à la fois ecoeuré et mort de rire face à la célébrité de "la ferme des débilités".

ben oui, j'ai pas d'télé donc on me raconte quand ya des c**neries grosses comme ca. (tiens l'autre jour j'ai été interviewé par DS magazine par rapport à ca, l'edition doit etre celle a partir du 15 mai, pour ceux zé celles...) voilà, donc comme je meprise autant ces c**neries que leurs deffensseurs, je mets un fil d'info dessus batman

humanite-l'édition du 4 mai 2005.
La Ferme célébrités nourrit ses premiers détracteurs
Citation :
« La Ferme servilité ». C’est le surnom donné par l’Association pour la liberté, la tapenade et l’entente républicaine (ALTER) à la deuxième édition de la Ferme célébrités qui a débuté samedi. Derrière l’ALTER et la Confédération paysanne, près de 200 manifestants se sont rassemblés dimanche, à Visan (Vaucluse), commune où l’émission a une nouvelle fois pris ses aises, pour dénoncer cette « mise en scène ridicule » du monde paysan.

« Cette émission est aux antipodes des valeurs de liberté et de citoyenneté que nous défendons. Elle est aliénante, trompeuse, manipulatrice », explique Didier Thiéveneau, président de l’ALTER, association née l’an dernier à l’occasion de la première édition du programme. Samedi soir, quatorze personnalités, dont l’ancien tennisman Henri Leconte, le danseur Patrick Dupont ou la chanteuse Régine, se sont installées dans leur nouvelle demeure. Le confort promet d’y être spartiate : les « fermiers » partagent une unique chambrée, ouverte sur l’étable. Les sanitaires sont logés au milieu du poulailler et le linge devra être lavé dans un lavoir à l’ancienne.

Comme l’an dernier, chacun défend une cause caritative. Originalité de cette édition, des animaux exotiques, des lamas et des kangourous, ont été introduits dans ce petit coin de France. « On veut nous faire croire que c’est pour les enfants parce qu’il y a des animaux, sourit Didier Thiéveneau. Nous sommes dans une démarche d’interpellation. Nous avons écrit une lettre au CSA pour vérifier la légalité des conditions de diffusion de l’émission. Comment un programme qui utilise abusivement la vulgarité comme marque de fabrique peut-il être diffusé sans signalétique particulière ? »

L’ALTER a décidé de frapper les esprits. Par sa bonne humeur. Dimanche, Didier Thiéveneau a ainsi mené symboliquement dans Visan une cohorte de brouettes chargées de téléviseurs dans une benne à ordures. « On souhaite qu’il y ait un esprit dans cette association, de la créativité, pas d’embrigadement. On ne veut pas défendre nos valeurs citoyennes sans un brin d’humour », explique-t-il.

La manifestation de dimanche n’est sûrement que la première d’une longue série. Pour l’instant, le collectif réfléchit à la forme à donner à ses revendications. Dimanche, l’association a noué des contacts avec la Ligue de défense des Alpilles, des intermittents du spectacle, et elle s’est assuré le soutien de la Confédération paysanne. Le porte-parole du syndicat agricole, Jean-Émile Sanchez, a vivement critiqué l’émission : « La Ferme met en scène des has been qui gagnent 15 000 euros par semaine, c’est une situation insupportable pour le monde paysan. »

L’ALTER a profité de la journée pour recueillir de nouvelles adhésions. Purement visanaise au départ, la petite association (une cinquantaine de membres) compte maintenant des amis dans une très grande partie de la France : de la Bourgogne à Grenoble, en passant par Perpignan. Et elle espère bientôt le renfort d’une autre bande de joyeux lurons prêts à lutter contre la téléréalité : l’équipe de Groland.

Nicolas Guérin
source : http://www.humanite.fr/journal/2005-05-04/2005-05-04-633785

@+

_________________
Les conséquences de ce qu'on ne fait pas sont les plus graves.
Marcel MARIËN 1920
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
de l'abrutissement général.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cours public à l'UNIL : Jeux vidéos, culture ou abrutissement ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discutaction :: Parlons-en ... actualité et dossiers de fond :: Société :: Autres sujets-
Sauter vers: